Altération de la queue des chevaux – Énoncé de position

Le 20 mars 2013

Position

« L’Association canadienne des médecins vétérinaires (ACMV) s’oppose à l’altération chirurgicale de la queue des chevaux à des fins d’esthétique ou de compétition. Cela comprend entre autres la caudectomie, l’incision et le bloc de la queue. Ces interventions ne contribuent pas à la santé du cheval et sont utilisées principalement dans la piste d’équitation (incision, bloc et caudectomie) ou en raison de pratiques traditionnelles (caudectomie). L’altération chirurgicale de la queue doit être réalisée uniquement lorsqu’elle est jugée médicalement nécessaire par un vétérinaire (p. ex., blessure). »
 
Contexte 
 
  1. Les chevaux ont besoin de leur queue pour plusieurs raisons, dont la protection contre les insectes, la régulation thermique et le comportement. L’amputation peut provoquer des infections, de la douleur, des névromes ou de la douleur fantôme.
  2. L’ACMV s’oppose à l’altération chirurgicale de tout animal pour des raisons purement esthétiques (1). La caudectomie des chevaux est l’ablation chirurgicale de la queue et elle est effectuée presque exclusivement chez les races de trait (2). Une justification possible de cette intervention serait d’empêcher la queue de rester coincée dans le harnais de travail. Malgré la justification historique, il n’existe aucune preuve pour appuyer l’affirmation que la caudectomie est nécessaire ou améliore la sécurité ou le bien-être animal (3, 4).
  3. Le bloc de la queue fait référence à l’intervention qui permet de chimiquement modifier l’approvisionnement nerveux pour créer l’effet désirable d’une queue plus plate dans la piste d’équitation. L’incision de la queue consiste à couper les tendons de la queue du cheval pour modifier l’allure de la queue et créer un maintien artificiellement élevé (4-6). 
  4. Les interventions de bloc et d’incision de la queue sont des interventions vétérinaires qui trahissent la confiance accordée par le public à la profession. Elles utilisent des compétences et des connaissances particulières de la profession vétérinaire afin de donner une fausse représentation de la qualité d’un animal individuel.
  5. L’ACMV encourage les propriétaires de chevaux et les vétérinaires à réaliser que les traditions de longue date ne sont pas nécessairement dans le meilleur intérêt de leurs animaux (caudectomie) et que l’altération chirurgicale afin d’améliorer les chances de gagner dans la piste d’équitation constitue un manquement aux devoirs de la profession. 
Bibliographie
 
  1. Énoncé de position de l’ACMV sur la chirurgie esthétique. Révisé en novembre 2007. Disponible au http://veterinairesaucanada.net/documents/cosmetic-surgery
  2. NEGERBALL, S.A. « How to perform surgical tail docking in draft horses », Proceeding Amer Assn Equine Pract, 1999, vol. 45, p. 113-114.
  3. CREGIER, Sharon E. « Shocking docking: mutilation before education? », Equine Vet Sci, 1990, vol. 4, p. 252-255. 
  4. LEFEBVRE, D., D. LIPS, F.O. ÖDBERG et J.M. GIFFROY. « Tail Docking in horses: a review of the issues », Animal, 2007, vol. 8, p. 1167-1178.
  5. LOWDER, M.Q., E.R. BRIDGES, A. GUTIERREZ et C.L. PADMORE. « Tail blocking in a quarter horse », Equine Practice, 1991, vol. 13, p. 17-19.
  6. COLTER, S.B. Tail alterations in show horses, in : Current Therapy in Equine Medicine,  L. Mills éd., 1992 WB Saunders, Philadelphie, p. 579-581.
 
(Révisé en mars 2013)