Amputation de la queue des moutons - Énoncé de position

Le 16 juillet 2014

Position

L’Association canadienne des médecins vétérinaires (ACMV) considère que l’amputation de la queue des moutons peut être nécessaire afin d’améliorer le bien-être et l’hygiène des animaux, mais qu’il s’agit d’une intervention douloureuse. L’ACMV recommande que, lorsque l’amputation de la queue des moutons est nécessaire, elle doit être réalisée au plus jeune âge possible avec l’utilisation de l’analgésie appropriée et que la technique utilisée doit être appropriée à l’âge de l’animal. L’ACMV appuie de nouveaux travaux de recherche sur les protocoles analgésiques et anesthésiques pour l’amputation de la queue chez les moutons.

Contexte

  1. L’ACMV encourage l’élaboration et la mise en œuvre de protocoles analgésiques et anesthésiques pratiques pour l’amputation de la queue des moutons afin d’atténuer la douleur aiguë et à long terme ainsi que la détresse associée à cette intervention.
  2. L’amputation de la queue est une intervention de l’élevage des moutons qui peut atténuer le risque de myiases en réduisant les matières fécales autour du périnée (1).
  3. L’amputation de la queue devrait être réalisée au plus jeune âge possible et il est recommandé d’attendre après que l’attachement de la brebis à l’agneau soit formé (de 24 à 48 heures après la naissance).
  4. L’amputation de la queue est réalisée en utilisant diverses techniques, y compris l’enlèvement chirurgical (c.-à-d. la caudectomie), un fer chaud ou d’autres techniques qui produisent une nécrose de la queue distale (p. ex., anneau de caoutchouc, combinaison d’anneau de caoutchouc et d’une pince).  Ces méthodes sont habituellement réalisées sans anesthésie ni analgésie et peuvent induire des réactions de douleur importantes (2-5).
  5. L’amputation de la queue avec un fer chaud coupe la queue et cautérise simultanément la blessure.  Cette méthode est privilégiée, car elle cause moins d’inconfort comparativement à d’autres techniques (2).
  6. Les queues ne devraient jamais être coupées plus court que l’extrémité distale du pli caudal.  Certains éleveurs de moutons et producteurs d’agneaux d’exposition ont historiquement coupé la queue extrêmement courte pour que les muscles des jambes paraissent plus gros.  Si la queue est enlevée entièrement (c.-à-d. en laissant 3 vertèbres caudales ou moins) il existe un risque accru de prolapsus rectal (6). 
  7. Sans égards à la technique d’amputation de la queue choisie, tous les moutons profitent de l’utilisation de l’analgésie systémique (p. ex., un médicament anti-inflammatoire non stéroïdien – AINS) et/ou un anesthésique local (2,3).
  8. L’amputation de la queue des moutons devrait être effectuée seulement par du personnel compétent qui utilise de l’équipement approprié et bien entretenu ainsi que des techniques reconnues.
  9. Les vétérinaires devraient encourager les éleveurs de moutons à adopter le Code de pratiques pour le soin et la manipulation des moutons du Conseil national pour les soins aux animaux d’élevage (7).

Bibliographie

  1. FRENCH, N.P., R. WALL et K.L. MORGAN. « Lamb tail docking: A controlled field study of the effects of tail amputation on health and productivity », Vet Rec, 1994, vol. 134, p. 463-467.
  2. GRAHAM, M. J. KENT et V. MOLONY. « Effects of four analgesic treatments on the behavioural and cortisol responses of 3-week-old lambs to tail docking », The Vet J, 1997, vol. 153, p. 87-97.
  3. LESTER, S., D. MELLOR, R. HOLMES, R. WARD et K. STAFFORD. « Behavioural and cortisol responses of lambs to castration and tailing using different methods », N Z Vet Journal, 1996, vol. 44, p. 45-54.
  4. GRANT, C. « Behavioral responses of lambs to common painful husbandry procedures », Appl Anim Behav Sci, 2004, vol. 87, p. 255-273.
  5. PRICE, J. et A.M. NOLAN. « Analgesia of newborn lambs before castration and tail docking with rubber rings », The Vet Rec, 2001, vol. 149, p. 321-324.
  6. THOMAS, D.L., D.F. WALDRON, G.D. LOWE et al. « Length of docked tail and the incidence of rectal prolapse in lambs », J Anim Sci, 2003, vol. 81, p. 2725-2732.
  7. Code de pratiques pour le soin et la manipulation des moutons du Conseil national pour les soins aux animaux d’élevage.  (Site Web du CNSAÉ) Disponible au :  http://www.nfacc.ca/codes-of-practice/sheep  Dernière consultation le 1er août 2014.

(Adoptée en juillet 2014)