Utilisation d'animaux dans le cadre des spectacles et des loisirs – Énoncé de position

Le 30 juillet 2010

Position

« L’Association canadienne des médecins vétérinaires (ACMV) accepte l’utilisation des animaux dans le cadre des spectacles et des loisirs seulement lorsque les besoins physiques, sociaux et comportementaux des animaux sont satisfaits. L’ACMV s’oppose aux activités, aux concours et aux épreuves qui présentent une probabilité élevée de blessures, de détresse ou de maladies. »
 
Contexte
 
1.  L’ACMV reconnaît que l’utilisation des animaux pour les besoins des spectacles et des loisirs peut soulever des préoccupations si les besoins physiques, sociaux ou comportementaux des animaux ne sont pas satisfaits (1-5).
 
a.  Les exemples d’utilisation des animaux pour les spectacles incluent notamment les zoos, les aquariums et d’autres expositions d’animaux; les animaux utilisés pour des besoins médiatiques, les cirques et les rodéos; et les concours équestres et autres épreuves sportives auxquelles participent les animaux.
 
b.  Les animaux qui se donnent en spectacle ou qui sont exposés dans un environnement ambulant ou statique, peuvent recevoir une attention insuffisante pour répondre à leurs besoins physiques, sociaux et comportementaux.
 
i.  Cette situation peut être attribuable à des quartiers étroits, au manque d’exercice et à d’autres besoins physiques, à l’incapacité d’exprimer des comportements naturels et/ou au manque de socialisation et de stimulation mentale appropriés.
 
ii.  Le développement de stéréotypies est le résultat de ces environnements ou conditions appauvries.
 
2.  Dans tous les milieux où des animaux sont gardés ou utilisés, un traitement sans cruauté et éthique doit prévaloir et les animaux doivent être présentés et utilisés avec respect (1,6,7).
 
a.  Les activités de spectacles et de loisirs devraient utiliser des animaux qui sont accouplés, élevés, apprivoisés et dressés de manière appropriée.
 
b.  Les animaux ne devraient pas être forcés d’exécuter des actes ou des tâches qui suscitent une détresse ou un malaise physique ou mental.
 
c.  Les activités qui présentent des actes non caractéristiques à l’espèce ou qui forcent les animaux à exécuter de tels actes devraient être découragées de façon à ne pas blesser l’animal ni à tromper le public quant à la nature réelle de l’animal.
 
d.  Les méthodes de dressage devraient se fonder sur le renforcement positif, en utilisant des comportements naturels.
 
3.  L’ACMV recommande que tous les animaux utilisés dans le cadre des spectacles ou des loisirs reçoivent des soins vétérinaires appropriés prodigués par des vétérinaires possédant l’expérience appropriée.  Un vétérinaire devrait être responsable de la supervision de tous les concours où les animaux peuvent subir des blessures.
 
4.  L’utilisation systématique de substances améliorant la performance ou le recours à des interventions qui modifient la conformation ou la fonction des animaux pour les besoins de la compétition sont inacceptables. 
 
5.  L’ACMV appuie fortement l’élaboration d’indices de santé et de bien-être appropriés à chaque espèce dans le cadre des activités sportives ou des spectacles (7-13).
 
6.  L’ACMV préconise l’élaboration et l’adoption de normes nationales pour la gestion, l’élevage et le transport des animaux utilisés dans le cadre des spectacles ou des loisirs.
 
Bibliographie
 
  1. ASSOCIATION DES ZOOS ET AQUARIUMS DU CANADA. Politique de l’AZAC concernant l’utilisation d’animaux sauvages ou exotiques pour les expositions, jeux et spectacles. Disponible au
    http://www.caza.ca/media/Pdf/Policies/oct_15_2007_postition_on_animals_in_shows_fr.pdf [dernière consultation le 29 avril 2013].
  2. NEVILL, C.H. et T.H. FRIEND. « A preliminary study on the effects of limited access to an exercise pen on stereotypic pacing in circus tigers », Appl Anim Behav Sci, 2006, vol. 101, p. 355-361.
  3. NEVILL, C.H. et T.H. FRIEND.  « The behaviour of circus tigers during transport », Appl Anim Behav Sci, 2003, vol. 82, p. 329-337.
  4. PRICE, E.E. et T.S. STOINSKI. « Group size: Determinants in the wild and implications for the captive housing of wild mammals in zoos », Appl Anim Behav Sci, 2007, vol. 103, p. 255-264.
  5. HUTCHINS, M., B. SMITH et R. ALLARD. « In defense of zoos and aquariums: the ethical basis for keeping wild animals in captivity », J Am Vet Med Assoc, 2003, vol. 223, p. 958-966.
  6. SCHILDER. M.D.H et J.A.M. VAN DER BORG. « Training dogs with the help of the shock collar: Short and long term behavioural effects », Appl Anim Behav Sci, 2004, vol. 85, p. 319-334.
  7. ONES, A.C. et R.A. JOSEPHS. « Are we dog’s best friend? Predicting canine cortisol response from human affiliative and punitive behaviors », in MILLS, D., E. LEVINE, G. LANDSBERG et al., éd. Current Issues and Research in Veterinary Behavioral Medicine, Lafayette, Indiana, Purdue Univ Pr, 2005, p. 194-197. 
  8. DESMECHT, D., A. LINDEN, H. AMORY et al. « Relationship of plasma lactate production to cortisol release following completion of different types of sporting events in horses »,  Vet Res Commun, 1996, vol. 20, p. 371-379.
  9. WIELEBNOWSKI, N. « Stress and distress: Evaluating their impact for the well-being of zoo animals », J Am Vet Med Assoc, 2003, vol. 223, p. 973-977.
  10. MOBERG, G.P. « Biological response to stress: Implication for animal welfare », in MOBERG, G.P. et J.A. MENCH, éd. The Biology of Animal Stress, New York, New York, CABI, 2000, p. 1-21.
  11. HONESS, P.E., C. MARIN, A.P. BROWN et S.E. WOLFENSOHN. « Assessment of stress in non-human primates: Application of the neutrophil activation test », Anim Welfare, 2005, vol. 14, p. 291-296.
  12. KORTE, S.M., B. OLIVIER et J.M. KOOLHASS.  « A new animal welfare concept based on allostasis », Physiol Behav, 2007, vol.  92, p. 422-428.
  13. WASSER, S.K., K.E. HUNT, J.L. BROWN et al. « A generalized fecal glucocorticoid assay for use in a diverse array of non-domestic mammalian and avian species », Gen Comp Endocr, 2000, vol. 120, p. 260–275.
(Révisé en juillet 2010)