Utilisation des animaux à des fins scientifiques - Énoncé de position

Le 21 janvier 2016

Position

L’Association canadienne des médecins vétérinaires (ACMV) reconnaît que l’utilisation des animaux à des fins scientifiques contribue à l’amélioration du bien-être général des humains et des animaux.

L’utilisation des animaux à des fins scientifiques est acceptable seulement lorsqu’il n’y a aucune méthode de remplacement scientifique acceptable et lorsqu’il a été démontré que les études sont justifiées sur le plan scientifique et éthique. Lorsque l’utilisation des animaux est nécessaire, les chercheurs doivent s’efforcer d’utiliser des méthodes et des approches qui minimisent la douleur et la détresse.

L’utilisation des animaux pour l’enseignement et la formation est acceptable seulement lorsqu’elle est justifiée par un examen du mérite pédagogique. Vu que ce type d’utilisation des animaux ne produit pas généralement de nouvelles connaissances à moins qu’il ne fasse partie d’un projet de recherche, toute intervention douloureuse exige une justification rigoureuse. Des modèles inanimés doivent être utilisés pour l’enseignement lorsqu’ils sont disponibles.

Des vétérinaires adéquatement formés doivent faire partie intégrante des programmes institutionnels de soins aux animaux et d’utilisation des animaux. L’ACMV appuie le recours à la Déclaration sur les normes de soins vétérinaires de L’Association canadienne de la médecine des animaux de laboratoire (ACMAL) (1) comme cadre pour la mise en œuvre et la prestation des soins vétérinaires dans les établissements d’enseignement, d’essais et de recherche universitaires, gouvernementaux et privés utilisant des animaux au Canada. L’ACMV appuie aussi vivement le programme du Conseil canadien de protection des animaux (CCPA) (2), qui surveille l’utilisation des animaux en science. Des études de recherche utilisant des animaux doivent être réalisées par du personnel qualifié, conformément aux lignes directrices et aux politiques du CCPA et, selon le cas, par des établissements détenteurs d’un Certificat de bonnes pratiques animales - BPAMD du CCPA qui comprend la prestation de soins primaires aux animaux par des personnes qui sont expérimentées et formées dans la reconnaissance des signes de douleur et de détresse particuliers à l’espèce et peuvent fournir du soutien technique vétérinaire compétent et cohérent.

Contexte

Les vétérinaires sont formés pour prévenir et soulager la douleur et les souffrances des animaux et pour améliorer leur bien-être physique et comportemental. Les vétérinaires travaillant auprès des animaux utilisés à des fins scientifiques se sont engagés à utiliser les animaux de manière responsable et à jouer un rôle de leadership dans tous les domaines se rapportant au bien-être des animaux. Ils doivent avoir recours aux meilleures pratiques vétérinaires actuellement en vigueur et viser continuellement à mettre en œuvre le principe établir par Russell et Burch (3) sur les 3 R (remplacement, réduction et raffinement) (4). Les vétérinaires sont des membres cruciaux des équipes de recherche. Ils devraient travailler avec les chercheurs afin de garantir que ceux qui utilisent des animaux emploient les méthodes les moins cruelles sur le plus petit nombre possible d’animaux requis pour obtenir des renseignements valables (5), tout en veillant à éviter les conséquences néfastes. De plus, les vétérinaires doivent connaître les politiques, les lignes directrices, les recommandations du CCPA, et, le cas échéant, les lois provinciales et fédérales touchant l’utilisation des animaux à des fins scientifiques afin qu’ils puissent appuyer les Comités des soins aux animaux des établissements dans l’exécution de leur mandat.

Bibliographie

  1. L’ASSOCIATION CANADIENNE DE LA MÉDECINE DES ANIMAUX DE LABORATOIRE (ACMAL). Normes sur les soins vétérinaires. Disponible au : http://calam-acmal.org/pdfs/StandardsVetCare.pdf Dernière consultation le 19 octobre 2015.
  2. CONSEIL CANADIEN DE PROTECTION DES ANIMAUX. Disponible au : http://www.ccac.ca Dernière consultation le 19 octobre 2015.
  3. RUSSELL, W.M.S. et R.L. BURCH. (1959). Principles of Humane Experimental Technique. Disponible au : http://altweb.jhsph.edu/pubs/books/humane_exp/het-toc Dernière consultation le 19 octobre 2015.
  1. OIE. Utilisation des animaux pour la recherche et l’enseignement. Code sanitaire pour les animaux terrestres, Chapitre 7.8. Disponible au : http://www.oie.int/fileadmin/Home/eng/Health_standards/tahc/2010/chapitre_aw_research_education.pdf Dernière consultation le 19 octobre 2015.
  1. BAYNES, K., D. BAYVEL, J. MACARTHUR et al. « Harmonizing veterinary training and qualifications in laboratory animal medicine: A global perspective », ILAR Journal, 2011, vol. 52, p. 393-403.

Renvoi additionnel (ouvrage non cité)

GRIFFIN, G., J.MACARTHUR CLARK, J. ZURLO et M. RITSKES-HOITINGA. « Scientific uses of animals: Harm-benefit analysis and complementary approaches to implementing the three Rs », Rev Sci Tech Off Int Epiz, 2014, vol. 33, p. 265-272.

(Révisé en octobre 2015)