ACMV | Table des matières et résumés
CVMA-ACMV

Table des matières et résumésoctobre 2019, Vol. 83, No. 4

Articles

Vesicular disease in pigs inoculated with a recent Canadian isolate of Senecavirus A

Kate Hole, Thanuja Ambagala, Charles Nfon (page 242)

L’objectif de la présente étude était d’examiner si un isolat canadien virulent de Senecavirus A (SVA) causait une maladie vésiculaire idiopathique (IVD) chez les porcs. Le SVA, qui fut isolé pour la première fois aux États-Unis en 2002 comme le virus de la vallée de Seneca, a été associé à des cas d’IVD porcine au Canada en 2007 et aux États-Unis en 2010. Depuis 2014, des épidémies de SVA au Brésil, aux États-Unis, au Canada, en Chine, en Thaïlande, et en Colombie indiquent une distribution globale en expansion et un besoin d’étudier la pathogénicité du virus. Contrairement au prototype du virus, des isolats récents de SVA aux États-Unis ont été démontrés comme causant une maladie vésiculaire chez les porcs. Nous rapportons ici une maladie vésiculaire chez des porcs à la suite de l’inoculation expérimentale d’un isolat canadien de SVA obtenu en 2016.Tous les porcs inoculés ont développé des lésions vésiculaires indépendamment de la voie d’inoculation. Le virus fut détecté dans le sang et les fluides oraux ainsi qu’à partir d’écouvillons oral et fécal. De plus, tous les porcs ont séro-convertis au SVA au 6e jour post-inoculation. Cette étude confirme que des isolats canadiens récents de SVA causent une maladie vésiculaire chez les porcs et souligne l’importance de surveiller l’augmentation de virulence du SVA. (Traduit par Docteur Serge Messier)

Effectiveness of a commercial porcine reproductive and respiratory syndrome virus (PRRSV) subunit vaccine against heterologous PRRSV-1 and PRRSV-2 challenge in late-term pregnant gilts

Taehwan Oh, Hanjin Kim, Kee Hwan Park, Jiwoon Jeong, Ikjae Kang, Siyeon Yang, Chanhee Chae (page 248)

L’objectif de la présente étude était d’évaluer l’efficacité d’un vaccin sous-unitaire commercial contre le virus du syndrome reproducteur et respiratoire porcin (VSRRP) lors d’une infection défi avec des souches de VSRRP-1 et VSRRP-2 hétérologues chez des cochettes en fin de gestation. Les cochettes furent vaccinées par voie intramusculaire 56 et 35 jours ante-partum (aux jours 58 et 79 de la gestation) et infectées par voie intra-nasale 21 jours ante-partum (jour 93 de la gestation) avec VSRRP-1 ou VSRRP-2. Sans égard au génotype de la souche utilisée pour l’infection défi, les cochettes vaccinées ont mené leur gestation à terme et ont mis-bas entre les jours 114 et 115 de la gestation. Toutes les cochettes non-vaccinées ont avorté, entre les jours 105 et 110 de gestation. Les cochettes vaccinées avaient un niveau significativement plus faible (P < 0,05) de virémie à VSRRP et des niveaux significativement plus élevés (P < 0,05) d’anticorps viraux neutralisants et de cellules secrétant de l’interféron-γ comparativement aux cochettes non-vaccinées. Le nombre moyen de cellules positives pour VSRRP par surface de tissu fœtal examiné ne différait pas significativement entre les portées des cochettes vaccinées et non-vaccinées. Les résultats présentés ici indiquent que la vaccination en fin de gestation avec un vaccin sous-unitaire anti-VSRRP est efficace contre les problèmes reproducteurs causés par une infection par des souches hétérologues de VSRRP-1 et VSRRP-2. (Traduit par Docteur Serge Messier)

Effect of nursery feeding program on serum haptoglobin, growth performance, and carcass characteristics of pigs reared on commercial farms

Heather Reinhardt, Anna K. Shoveller, Abdolvahab Farzan, Brian McBride, Lee-Anne Huber, Cornelis F.M. de Lange* (page 255)

Un total de 774 porcs fut inclus dans 13 cohortes sur sept fermes commerciales afin d’examiner l’effet d’un programme d’alimentation en pouponnière sur l’haptoglobine sérique, les performances de croissance subséquentes, et les caractéristiques des carcasses des porcs en finition. Les porcs furent sevrés [23,4 ± 0,2 jours d’âge et 5,3 ± 1,5 kg de poids corporel (BW)] et assignés au hasard à une diète complexe (HC : source de protéines hautement digestibles, incluant des protéines animales; N = 346) ou une diète simple (LC : moulée à base de maïs et de soya; N = 340) pendant 37,7 ± 1,7 jours sur trois phases (1 parc par diète par cohorte; le parc était l’unité expérimentale; n = 13); les sexes étaient équilibrés entre les traitements. Par la suite, les porcs recevaient une diète de croissance-finition commune. Au poids cible de 118 kg, les porcs (sous-groupe : n = 275 et 258 pour HC et LC, respectivement) étaient abattus pour évaluer les caractéristiques des carcasses. Le programme alimentaire en pouponnière n’a pas influencé le BW, le gain de BW, ou l’haptoglobine sérique à aucun stade de production. Le coût en aliment fut réduit de 2,82 $ par porc durant la période en pouponnière pour les porcs LC (P < 0,001). La profondeur de l’œil de la longe, l’épaisseur du gras dorsal, le poids de la carcasse, le pourcentage de rendement maigre, et le revenu brut par carcasse à l’abattage n’étaient pas influencés par le programme alimentaire en pouponnière. Nourrir avec une diète LC en pouponnière sur des fermes commerciales est un moyen réaliste de réduire les coûts en aliment sans affecter négativement l’haptoglobine sérique, les performances de croissance durant et après la période en pouponnière, ou la valeur des carcasses. (Traduit par Docteur Serge Messier)

Protective efficacy of a Brucella vaccine using a Salmonella-based delivery system expressing Brucella Omp3b, BCSP31, and SOD proteins against brucellosis in Korean black goats

Won-Kyong Kim, Ja-Young Moon, Jeong-Sang Cho, Jin Hur (page 261)

La présente étude visait à évaluer l’efficacité protectrice d’une nouvelle formulation de vaccin contre Brucella chez les chèvres. Vingt chèvres noires furent séparées en deux groupes. Le Groupe A reçut par injection 3,0 × 109 unités formatrices de colonies (UFC)/mL de Salmonella servant de système de livraison ne contenant seulement que le vecteur (pMMP65). Le groupe B fut immunisé avec 3,0 × 109 UFC/mL du vaccin, un mélange de trois souches vaccinales de Brucella (utilisant le système de livraison à base de Salmonella) exprimant chaque protéine recombinante Omp3b, BCSP31, et SOD de B. abortus. Aucune bactérie Salmonella du système de livraison ne fut isolée des ganglions lymphatiques et organes testés. Les concentrations sériques d’immunoglobulines G (IgG) et d’interféron gamma étaient significativement plus élevées dans le groupe B que dans le groupe A. À la suite d’une infection défi par voie intra-conjonctivale avec une souche virulente de B. abortus (544), 40 % des animaux vaccinés dans le groupe B étaient protégés contre l’infection par B. abortus. L’index d’infection et de colonisation par B. abortus dans les tissus testés étaient significativement plus faible dans le groupe B comparativement au groupe A. Nous avons conclu que ce vaccin contre Brucella induisait des réponses immunes spécifiques d’antigène significatives et fournissait une protection efficace contre l’infection par B. abortus chez les chèvres. Des études additionnelles sont requises afin d’augmenter le taux de protection de ce vaccin (Brucella) et pour découvrir son application pratique chez les petits ruminants. (Traduit par Docteur Serge Messier)

Stability of epidermal growth factor, fibronectin, and alpha-2-macroglobulin in canine serum under different storage conditions

Cecile Briffod, Christian Bédard, Maria Vanore (page 267)

L’objectif de la présente étude était d’évaluer si les concentrations du facteur de croissance épidermique (EGF), de la fibronectine, et de l’alpha (α)-2 macroglobuline dans le sérum canin demeuraient stable sous différentes conditions d’entreposage. Du sérum fut obtenu de 10 chiens adultes et entreposé pendant 7 j à la température de la pièce (RT) et à 4 °C et pendant 1, 3, et 6 mo à −20 °C. Des cultures bactériennes du sérum furent effectuées après 7 j à 4 °C et RT. Pour chaque chien et temps de vérification, l’EGF, la fibronectine et l’α-2 macroglobuline furent quantifiés en duplicata par épreuve immuno-enzymatique (ELISA). Les concentrations moyennes de chaque facteur à chaque temps de vérification furent utilisées pour analyse statistique. Aucune croissance bactérienne ne fut observée dans les différents échantillons. Comparativement à la valeur de base (232,24 ± 49,47 pg/mL), la concentration d’EGF était significativement plus basse après 1 sem d’entreposage à 4 °C (135,39 ± 27,12 pg/mL, P = 0,006), mais pas à RT (315,85 ± 79 pg/mL, P = 0,6) ou après 1, 3, ou 6 mo d’entreposage à −20 °C (220,84 ± 41,07 pg/mL, P = 0,7; 220,98 ± 78,26 pg/mL, P = 0,8; 266,06 ± 20,39 pg/mL, P = 0,4, respectivement). Comparativement à la valeur de base, les concentrations de fibronectine après 1 sem d’entreposage à 4 °C ou à RT et après 1, 3, ou 6 mo d’entreposage à −20 °C n’étaient pas statistiquement différentes. Comparativement à la valeur de base (186,67 ± 45,20 mg/dL), la concentration d’α-2 macroglobuline après 1 sem d’entreposage à 4 °C avait augmenté significativement (244,61 ± 58,27 mg/dL, P = 0,002), mais pas à RT (177,09 ± 26,99 mg/dL, P = 0,2). Les différences dans les concentrations après 3 et 6 mois d’entreposage à −20 °C étaient significatives comparativement à la valeur de base (243,32 ± 42,64 mg/dL, P = 0,005 et 56,39 ± 21,78 mg/dL, P < 0,0001, respectivement), mais pas après 1 mo d’entreposage à −20 °C (136,79 ± 25,61 mg/dL, P = 0,1). Une semaine d’entreposage à RT avait peu d’effets sur la stabilité d’EGF, de fibronectine et d’α-2 macroglobuline dans le sérum canin. Les facteurs mesurés sont demeurés stables pour 3 mo lors d’entreposage à −20 °C. (Traduit par Docteur Serge Messier)

Acute-phase protein profile in horses subjected to different exercise protocols

Pedrita Assunção, Tatiana Barbosa, Letícia Yonezawa, Luciano Barbosa, Marcus Watanabe, Aguemi Kohayagawa, Elizabeth Schmidt (page 272)

L’exercice est associé à l’induction d’une réponse inflammatoire en phase aiguë (APR). La présente étude vise à étudier la synthèse et le profil des protéines sériques avant et après la mise en pratique de deux protocoles d’exercices différents, et à et à établir un lien entre ce profil à la présence ou à l’absence de lésions musculaires causées par l’exercice. Dix chevaux, de race pure arabe (n = 5) et criollo (n = 5), ont été soumis à des tests sur un tapis roulant d’accélération rapide et de courte durée, principalement anaérobique (TRA), et des exercices de faible intensité et de longue durée (TLD), principalement aérobique. Des échantillons de sang veineux ont été prélevés avant le début de l’exercice (T0) et à six moments post-exercice : immédiatement après (T1), 30 minutes (T2), 3 h (T3), 12 h (T4), 24 h (T5) et 48 h (T6). L’hématocrite a été déterminé par la méthode du microhématocrite. Des échantillons de plasma et de sérum ont été préparés par centrifugation (1500 × g pendant 5 min) pour les concentrations plasmatiques de fibrinogène, les protéines sériques totales (TP), l’électrophorèse sur gel de polyacrylamide de sodium dodécylsulfate (SDS-PAGE) et l’activité sérique de créatine kinase (CK). La concentration en TP et l’activité sérique en CK ont été déterminées dans un analyseur automatique de biochimie. Le fibrinogène a été établi par la méthode de précipitation thermique dans des tubes capillaires à microhématocrite. Les niveaux estimés d’haptoglobine ont diminué de manière significative en TRA et les concentrations estimées d’AGP ont été significativement augmentées pour les deux protocoles à T2. L’albumine a augmenté considérablement dans le protocole TLD. Les variations des concentrations d’hématocrite, d’haptoglobine et d’albumine chez les chevaux soumis à différents protocoles d’exercice sur tapis roulant sont liées à la réponse physiologique à l’hémoconcentration et à l’hémolyse. L’augmentation de l’AGP dans le protocole TLD suggère la libération de catécholamines et une réponse permettant d’éviter les dommages oxydatifs aux tissus. (Traduit par Docteur Serge Messier)

Pharmacodynamic assessment of ex-vivo canine T-lymphocyte proliferation: Responses to dexamethasone, cyclosporine, mycophenolic acid, and the active metabolite of leflunomide

Megan Grobman, Kaitlin A. Bishop, Hansjorg Rindt, Laura A. Nafe, Carol R. Reinero (page 279)

Un manque de compréhension des défauts immunitaires spécifiques sous-jacents aux maladies à médiation immunitaire canines nuit à une thérapie optimale. L’incapacité à concevoir un traitement approprié à l’anomalie immunitaire d’un individu peut résulter en une perte d’efficacité, des complications secondaires, une dépense supplémentaire, et des effets secondaires indésirables induits par les médicaments. Nous avons adopté un essai de cytométrie en flux sur un petit volume de sang entier afin de déterminer l’effet de médicaments immunosuppresseurs sur la prolifération de lymphocytes-T. En utilisant des chiens en santé dans cette étude de preuve de principe, nous avons émis l’hypothèse qu’il y aurait une suppression dose-dépendante de la prolifération des lymphocytes-T en réponse à la dexaméthasone, à la cyclosporine, à l’acide mycophénolique, et au métabolite actif du leflunomide (A77 1726). Du sang entier fut prélevé de six chiens en santé et incubé pendant 4 j avec et sans les agents mitogènes concanavaline A et lipopolysaccharide et avec des concentrations croissantes d’immunosuppresseurs. Les échantillons étaient par la suite colorés avec des colorants de viabilité et des anticorps contre le marqueur pan-lymphocyte-T CD5 et le marqueur de prolifération cellulaire Ki67. Les pourcentages de lymphocytes-T proliférant étaient déterminés par cytométrie en flux, et la concentration inhibitrice 50 % (IC50) fut calculée. L’inhibition de la prolifération de lymphocytes-T par la panoplie d’immunosuppresseurs a été démontrée comme étant dose-dépendante, avec une variabilité marquée parmi les chiens. L’IC50 moyenne était 394,8 ± 871 (écart-type) µM pour la dexaméthasone, 18,89 ± 36,2 ng/mL pour la cyclosporine, 106,3 ± 157,7 nm pour l’acide mycophénolique, et 3,746 ± 6,8 µM pour le A77 1726. Ces résultats appuient l’utilisation de cet essai pour détecter l’efficacité d’immunosuppresseurs individuels utilisés pour diminuer la prolifération de lymphocytes-T. Dans le futur, cet essai pourrait être utilisé chez des chiens de compagnie avec des maladies à médiation immunitaire spontanées afin d’aider à concevoir des traitements individuels. (Traduit par Docteur Serge Messier)

Comparison of hematologic and biochemical reference values in specific-pathogen-free 1-month-old Yorkshire pigs and Yorkshire–Landrace crossbred pigs

Rui Li, Feng Wang, Yuanyuan Zhang, Changwen Li, Changyou Xia, Hongyan Chen, Xiaoye Lu, Fangping Liu (page 285)

L’analyse des valeurs hématologiques et biochimiques chez les porcs est une base importante pour la recherche biomédicale et le diagnostic clinique vétérinaire. Des valeurs de référence pour des porcs exempts d’agents pathogènes spécifiques (SPF) âgés de 1 mois de race Yorkshire (Y) ou Yorkshire–Landrace croisée (YL) sont limitées. La présente étude visait à décrire et comparer les valeurs de référence pour des paramètres hématologiques et biochimiques chez ces porcs. Des échantillons sanguins furent obtenus de 90 porcs Y (52 mâles et 38 femelles) et 88 porcs YL (55 mâles et 33 femelles), tous âgés de 1 mois et élevés dans un environnement SPF. Parmi les 16 paramètres hématologiques et les 15 paramètres biochimiques sériques testés, aucune différence significative ne fut trouvée entre les porcs Y et YL sauf pour la concentration de triglycérides (P < 0,05), et aucune hétérosis ne fut observée. Ainsi, les valeurs déterminées dans la présente étude peuvent être utilisées comme valeurs de référence de base pour des porcs Y et YL âgés de 1 mois et vont contribuer à l’utilisation de porcs SPF en recherche biomédicale. (Traduit par Docteur Serge Messier)

Veterinarians’ attitudes towards use of nutraceuticals

Susan M. Elrod, Erik H. Hofmeister (page 291)

L’objectif de la présente étude était d’évaluer la compréhension des vétérinaires de l’utilisation des nutraceutiques chez les humains et les animaux de compagnie et leurs motivations et circonstances pour recommander des nutraceutiques aux clients. Nous avons réalisé une enquête transversale auprès de vétérinaires participant à des sessions de formation continue au College of Veterinary Medicine de l’University of Georgia (USA) entre 2012 et 2015 (N = 126). Les informations concernant l’âge, l’année de diplomation, le domaine de pratique, et les approches typiques à l’utilisation des nutraceutiques furent compilées à partir des questionnaires retournés par les vétérinaires. Les résultats indiquèrent que les vétérinaires sont plus familiers avec l’utilisation des nutraceutiques chez les animaux que chez les humains, et qu’ils recommandent les nutraceutiques à leurs clients à des fins préventives et/ou étant donné l’intérêt du client. Les vétérinaires croyaient que les nutraceutiques étaient les plus utiles lors d’ostéo-arthrose et ainsi utilisent des produits avec acides gras oméga-3 et glucosamine/chondroïtine plus souvent que les autres produits autant pour leurs patients que leurs propres animaux. La sécurité et l’efficacité étaient les facteurs les plus importants lors du choix des nutraceutiques à recommander aux clients. Les résultats de l’enquête démontrent que les vétérinaires sont familiers avec les nutraceutiques et sont favorables à leur utilisation chez des patients lorsqu’ils considèrent ces produits comme sécuritaires et efficaces. (Traduit par Docteur Serge Messier)

Feasibility of a novel 3-dimensional mathematical algorithmic computation of feline bladder volumes using point-of-care longitudinal and transverse cysto-colic ultrasonographic images

Xiu Ting Yiew, Samantha Clarke, Allan Willms, Shane W. Bateman (page 298)

Les formules géométriques conventionnelles pour estimer le volume de la vessie présument que les vessies ont une géométrie sphéroïde uniforme. Les vessies sont souvent de forme irrégulière, toutefois, spécialement lorsqu’elles ne sont pas remplies complètement ou sont déformées par un côlon rempli, ce qui résulte en des mesures linéaires imprécises par échographie et des estimations erronées de volume. La présente étude pilote a examiné la faisabilité, la fiabilité inter-observateur (reproductibilité), robustesse, et accord d’une nouvelle méthode de computation en 3-D du volume de la vessie en utilisant un traçage de la circonférence de la vessie comparée à une formule publiée utilisant la dimension linéaire de la vessie féline. Des images échographiques en mode B pairées longitudinale et transverse de la vessie (n = 228) furent obtenues par deux observateurs avec des compétences différentes en échographie au point de service en utilisant 10 chats en santé positionnés en décubitus dorsal à différents moments. En utilisant des critères stricts pour le coefficient de corrélation de concordance de Lin, les accords inter-observateurs (n = 223) ont été notés comme substantiels (0,95 à 0,99) avec une différence médiane (biais) statistiquement significative mais cliniquement non-significative de 0,96 mL [écart interquartile (IQR) : 0,16 à 2,46, P < 0,001] et 0,23 mL (IQR : 0,88 à 1,97, P = 0,006) lorsque les traçages de la circonférence de la vessie étaient effectués sur des groupes similaires d’images échographiques respectivement. La force des accords inter-observateurs se sont améliorés de substantiels (0,95 à 0,99) jusqu’à presque parfaits (> 0,99) à mesure que la qualité des images échographiques s’améliorait. La méthode de traçage de la circonférence de la vessie a montré une force d’accord modérée (0,90 à 0,95) avec la formule récemment publiée des dimensions linéaires de la vessie, avec une différence médiane (biais) additive significative de −6,76 mL (IQR : −9,06 à −3,88, P < 0,001) et −6,44 mL (IQR : −11,41 à −3,81, P < 0,001) notée par chaque observateur (n = 111, n = 83), respectivement. Les données obtenues par traçage orthogonal de la circonférence de la vessie justifient des études supplémentaires sur l’utilisation de cette méthode pour estimer le volume de la vessie chez les chats. (Traduit par Docteur Serge Messier)


Communication Brève

Effect of vaccination of pregnant beef heifers on the concentrations of serum IgG and specific antibodies to bovine herpesvirus 1, bovine viral diarrhea virus 1, and bovine viral diarrhea virus 2 in heifers and calves

Emily J. Reppert, Manuel F. Chamorro, Lacey Robinson, Natalia Cernicchiaro, Joyce Wick, Robert L. Weaber, Deborah M. Haines (page 313)

L’objectif de la présente étude était d’évaluer les effets, sur des taures d’embouche, de la vaccination en fin de gestation avec deux doses d’un vaccin contenant les virus tués suivants herpesvirus bovin-1 (BHV-1), virus de la diarrhée virale bovine 1 (BVDV-1), et le virus de la diarrhée virale bovine 2 (BVDV-2) sur les concentrations sériques d’anticorps contre BHV-1, BVDV-1, et BVDV-2 chez des taures et leurs veaux ainsi que sur la concentration d’IgG chez les veaux. Parmi les 47 taures d’embouche gestantes sélectionnées, 26 reçurent deux doses du vaccin à 6,5 et 8 mo de gestation (à la vérification de la gestation), et 21 reçurent deux doses de saline. Les titres sériques moyens log2 d’anticorps neutralisants contre BHV-1, BVDV-1, et BVDV-2 avant la vaccination ne différaient pas de manière significative entre les deux groupes de traitement; toutefois, au moment du vêlage les trois titres moyens étaient significativement plus élevés (P < 0,05) chez les taures vaccinées que chez les taures témoins. Vingt-quatre heures après la naissance, les quantités moyennes d’IgG sériques chez les veaux ne différaient pas significativement entre les deux groupes, à 30,18 et 32,28 g/L, respectivement (P < 0,05); toutefois, les titres sériques moyens log2 d’anticorps contre les trois virus étaient plus grands chez les veaux nourris avec du colostrum des taures vaccinées que chez les veaux se nourrissant de colostrum des taures non-vaccinées et de manière significative pour BHV-1 et BVDV-1 (P < 0,001 et P = 0,009), respectivement. Ainsi, la vaccination en fin de gestation chez des taures d’embouche pourrait résulter en une plus grande et constante déposition d’anticorps spécifiques dans le colostrum, réduisant la variabilité dans les titres initiaux chez les veaux et en prolongeant la durée de l’immunité maternelle. (Traduit par Docteur Serge Messier)

Three-dimensional kinematic evaluation of Tightrope CCL in a canine in vitro cranial cruciate deficient stifle model

Mathieu Laugier, Jaëlle Tremblay, Yvan Petit, Alexandre Grignon-Lemieux, Annie Levasseur, Bertrand Lussier (page 317)

L’impact de la correction chirurgicale d’une déficience du ligament croisé crânial du genou (CCDS) sur la cinématique du grasset canin a été peu étudié. La technique de restauration du ligament croisé crânial (CCL) appelée ‘Tightrope’ (TR) a été proposée pour restaurer la cinématique 3D lors de CCDS en utilisant des points isométriques. Nous avons émis l’hypothèse que la technique TR restaurerait la cinématique 3D d’origine du grasset dans notre modèle. Dix membres pelviens ont été utilisés avec un appareil préalablement validé. Trois conditions expérimentales furent évaluées : i) grasset intact, ii) transsection du ligament croisé crânial (CCLt), et iii) CCLt stabilisé par TR; et les données de cinématique furent enregistrées. La technique TR lors de CCL n’a pas limité la flexion sagittale. Cette technique neutralisait la rotation interne sans restaurer les courbes d’origine, mais elle ne restaurait pas l’abduction, ni ne neutralisait ou restaurait une translation crâniale, mais elle a restauré les translations latéro-médiale et proximo-distale. Dans notre modèle, la technique TR sans pré-conditionnement des bandes FiberTape n’a pas restauré la cinématique 3D d’origine et une translation crâniale résiduelle pourrait résulter en des déchirures fréquentes du ménisque. (Traduit par Docteur Serge Messier)