CVMA-ACMV

Table des matières et résumésAvril 2018, Vol. 82, No. 2

Articles

In vitro study of matrix metalloproteinases 1, 2, 9, 13 and serum amyloid A mRNAs expression in equine fibroblast-like synoviocytes treated with doxycycline

Samaneh Ghasemi, Kamran Sardari, Pezhman Mirshokraei, Hossein Hassanpour (page 82)

L'application d'inhibiteurs synthétiques des métalloprotéinases de la matrice (MMP), telle que la doxycycline, est une des options thérapeutiques possibles pour l'ostéoarthrite. Toutefois, peu de choses sont connues sur le mécanisme protecteur de la doxycycline dans les modèles équins des inhibiteurs des MMP, de même que sur l'expression génique de l'amyloïde sérique A (SAA). La présente étude visait à déterminer les effets de la doxycycline sur l'expression de l'ARNm de MMP-1, MMP-2, MMP-9, MMP-13, et SAA des synoviocytes équins apparentés aux fibroblastes (FLS). Les FLS ont été établis à partir du liquide synovial provenant d'articulations métacarpo-phalangiennes cliniquement normales de six chevaux squelettiquement matures. Les cellules ont été traitées avec 10 ou 100 µg/mL de doxycycline pendant 48 h. L'expression d'ARNm de MMP-1, MMP-2, MMP-9, MMP-13, et SAA a été évaluée par réaction d'amplification en chaîne par la polymérase en temps réel. Le traitement avec la doxycycline a causé une diminution significative de l'expression de MMP-1 par les FLS et ce pour les deux concentrations (P = 0,001). Aucune différence significative ne fut détectée parmi les groupes MMP-2, MMP-9, et MMP-13 (P > 0,05). Seulement une tendance à la diminution de l'expression d'ARNm de SAA en présence de doxycycline pouvait être notée. La doxycycline inhibe l'expression génique de MMP-1 à l'étape de la transcription. Ces informations indiquent que la doxycycline peut protéger l'environnement articulaire en inhibant MMP-1 à l'étape de la transcription.

Using a computer simulation model to examine the impact of biosecurity measures during a facility-level outbreak of equine influenza

Kelsey L. Spence, Terri L. O'Sullivan, Zvonimir Poljak, Amy L. Greer (page 89)

Les mesures de biosécurité à la ferme sont une composante importante d'un plan de maîtrise afin de minimiser l'introduction et la dissémination de maladies infectieuses, telle que l'influenza, dans une installation équine. L'évaluation de l'efficacité de mesures de biosécurité dans des conditions de champ peut toutefois représenter un défi. En absence d'une épidémie active, nous avons utilisé une simulation informatisée d'une infection afin de décrire l'impact de : i) une vaccination préventive; ii) une réduction des contacts cheval-à-cheval; et iii) une combinaison de vaccination et de contacts réduits sur le taux d'attaque projeté d'une épidémie simulée d'influenza équin dans un établissement. Les résultats ont démontré que l'intervention la plus efficace était une combinaison d'une proportion élevée de chevaux récemment vaccinés et d'une réduction substantielle des contacts cheval-à-cheval une fois que l'influenza fut identifiée dans l'établissement. Cette étude fait ressortir l'importance de la compliance lors de la mise en place de mesures de biosécurité sur des fermes équines, telles que des pratiques de maitrise des infections au niveau de l'établissement.

Comparison between cerebrospinal fluid and serum lactate concentrations in neurologic dogs with and without structural intracranial disease

Leontine Benedicenti, Giacomo Gianotti, Evelyn M. Galban (page 97)

Les objectifs de la présente étude étaient d'examiner la relation entre les concentrations de lactate du liquide céphalo-rachidien (LCR) et du sérum chez des chiens présentant des signes cliniques de pathologie du système nerveux central et établir si les concentrations de lactate du LCR sont plus élevées chez les chiens avec une maladie intracrânienne structurale (Groupe Pos-IRM) comparativement à des chiens avec des signes cliniques de maladie intracrânienne mais sans maladie structurale du cerveau (Groupe Nég-IRM) sur la base des trouvailles en imagerie par résonnance magnétique (IRM). Utilisant une étude prospective, du sang canin et du LCR ont été prélevés chez 24 chiens avec des signes neurologiques après un examen par IRM du cerveau. Les chiens ont été séparés en deux groupes. Aucune différence significative ne fut détectée entre les concentrations de lactate sérique (1,57 ± 0,9 mmol/L) et de lactate du LCR (1,34 ± 0,3 mmol/L). Il y avait une corrélation directe entre les concentrations de lactate du LCR et du sérum (R = 0,731; P = 0,01). Aucune différence significative dans la concentration de lactate du LCR ne fut trouvée entre les deux groupes de chiens (P = 0,13).

Roles of the crp and sipB genes of Salmonella enterica serovar Typhimurium in protective efficacy and immune responses to vaccination in mice

Songbiao Chen, Chengshui Liao, Chunjie Zhang, Xiangchao Cheng (page 102)

Salmonella enterica sérovar Typhimurium a un large spectre d'hôte et est capable de causer chez l'humain des infections allant d'une gastroentérite sévère à une infection systémique. Afin de déterminer si des souches atténuées de S. Typhimurium pourrait servir de vaccin oral sécuritaire et efficace afin de prévenir la fièvre typhoïde, les caractéristiques biologiques de mutants ayant subits des délétions dans les gènes crp et sipB furent évalués. Des études antérieures ont démontré que les gènes crp et sipB sont associés à la pathogénicité de Salmonella. Dans la présente étude, la cytotoxicité, l'efficacité protectrice, et les réponses immunitaires de l'hôte ont été analysées. Nos données antérieures avaient démontré une diminution significative de la virulence pour tous les mutants crp et sipB comparativement à une souche sauvage. Cette étude a confirmé ces données chez les cellules HeLa et démontré que le mutant crp était significativement moins cytotoxique (P < 0,05) que le mutant sipB. Après une infection défi avec une souche sauvage, les souris vaccinées avec le mutant crp étaient significativement mieux protégées (P < 0,05) et présentaient une plus grande réponse en IgG sérique (P < 0,01) et IgA sécrétoire (P < 0,05) comparativement aux souris vaccinées avec le mutant sipB. Nos résultats indiquent que le mutant crp possède le potentiel pour être un vaccin candidat et est sécuritaire chez la souris.

Venous blood gases, plasma biochemistry, and hematology of wild-caught common chameleons (Chamaeleo chamaeleon)

David Eshar, Melanie Ammersbach, Boaz Shacham, Gad Katzir, Hugues Beaufrère (page 106)

Des prélèvements sanguins ont été obtenus de la veine caudale ventrale sur 41 caméléons communs (Chamaeleo chamaeleon) dans l'optique d'établir des intervalles de référence pour 30 analytes sanguins. Le ratio calcium/phosphore, le PCV, les solides totaux par réfractométrie (TS), la numération-formule sanguine ont aussi été déterminés. L'évaluation microscopique des frottis sanguins ont révélé la présence de corps d'inclusions ressemblant aux corps d'inclusions a Chlamydia dans les monocytes sur sept échantillons. Les femelles avaient des valeurs significativement plus élevées pour l'AST et la GGT. Des différences significatives entre les mêmes analytes mais d'après différentes techniques analytiques ont été trouvées pour le PCV/hématocrite, des électrolytes (sodium, potassium) et les protéines plasmatiques (TS, TP et albumine). Les analytes sanguins rapportés dans cette étude pourront fournir des données de base utiles pour l'évaluation de l'état de sante des caméléons communs, tout en considérant les effets potentiels du sexe et de l'analyseur utilisé.

26S proteasome and insulin-like growth factor-1 in serum of dogs suffering from malignant tumours

Ingrid Gerke, Franz-Josef Kaup, Stephan Neumann (page 115)

Des études chez l'humain ont démontré que la voie ubiquitine-protéasome et l'axe du facteur de croissance apparenté à l'insuline sont impliqués dans la carcinogénèse, et ainsi, des composantes de ces systèmes pourraient être utiles en tant que marqueurs du pronostic et constituer des cibles thérapeutiques potentielles. En médecine vétérinaire, seules quelques études existent sur ce sujet. Dans cette étude, les concentrations sériques de protéasome 26S (26SP) et du facteur de croissance 1 apparenté à l'insuline (IGF-1) ont été mesurés par réaction immunoenzymatique (ELISA) chez 43 chiens souffrant de tumeurs malignes et 21 chiens cliniquement normaux (groupe témoin). Les associations entre la taille des tumeurs, le temps de survie, le pointage de la condition corporelle (PCC) et le type de tumeurs ont été évaluées. La concentration médiane de 26SP dans le groupe avec tumeur était plus élevée que celle du groupe témoin mais de manière non-significative. Toutefois, les chiens avec des carcinomes mammaires montraient des quantités significativement augmentées de 26SP comparativement au groupe témoin et les chiens avec des tumeurs dont la taille était de moins de 5 cm avaient des concentrations de 26SP significativement augmentées comparativement aux chiens avec des tumeurs plus grosses et aux chiens du groupe témoin. Les concentrations de 26SP n'étaient pas corrélées au temps de survie ou au PCC. Aucune différence significative dans les niveaux d'IGF-1 ne fut trouvée entre le groupe avec tumeur et le groupe témoin; toutefois, les concentrations d'IGF-1 s'étendaient sur un plus large spectre dans le groupe avec tumeur. Les chiens avec des tumeurs plus large que 5 cm avaient des concentrations d'IGF-1 significativement plus élevées que les chiens avec des tumeurs plus petites. Les concentrations d'IGF-1 étaient corrélées positivement avec le temps de survie, mais aucune corrélation avec le PCC ne fut trouvée. Conséquemment, les concentrations de 26SP semblent être augmentées chez quelques chiens souffrant de tumeurs malignes, et plus spécialement les chiens avec des carcinomes mammaires et des plus petites tumeurs. Des concentrations augmentées d'IGF-1 pourraient être une indication d'une grosse tumeur et d'un pronostic sombre.

Efficacy and pharmacokinetics of bupivacaine with epinephrine or dexmedetomidine after intraperitoneal administration in cats undergoing ovariohysterectomy

Javier Benito, Beatriz Monteiro, Francis Beaudry, Paulo Steagall (page 124)

L'objectif de cette étude était de déterminer la pharmacocinétique de la bupivacaïne avec de l'épinéphrine ou de la dexmedetomidine après son administration intrapéritonéale chez des chats subissant une ovariohystérectomie. Seize chats adultes en bonne santé (3,3 ± 0,6 kg) ont été inclus dans un essai prospectif, randomisé et «à l'aveugle». Le protocole anesthésique comprenait la buprénorphine-propofol-isoflurane. Méloxicam (0,2 mg/kg) a été administré par voie sous-cutanée avant la chirurgie. Un cathéter a été placé dans la veine jugulaire pour l'échantillonnage du sang. La bupivacaïne 0,25 % a été administrée intrapéritonéale (2 mg/kg) avec de l'épinéphrine (BE, 2 µg/kg) ou de la dexmedetomidine (BD, 1 µg/kg) avant l'ovariohystérectomie (n = 8/groupe). Des échantillons de sang ont été prélevés jusqu'à 8 heures après l'administration de bupivacaïne. Les concentrations plasmatiques et les données pharmacocinétiques de la bupivacaïne ont été déterminées par l'aide de la chromatographie liquide-spectrométrie de masse (LC-MS) et la représentation graphique avec un modèle non-compartimentale. La douleur a été évaluée à l'aide de l'échelle composite multidimensionnelle de la douleur (MCPS), de l'échelle composite de Glasgow de la douleur féline (GPS) et d'une échelle visuelle analogique dynamique jusqu'à 8 heures après l'extubation. L'analgésie de secours a été fournie avec la buprénorphine si MCPS ≥ 6. Les modèles linéaires de mesures répétées ont été utilisés pour l'analyse des scores de douleur et de sédation (P < 0,05). Les concentrations plasmatiques maximales de bupivacaïne (Cmax) pour BE et BD étaient de 1155 ± 168 ng/mL et 1678 ± 364 ng/mL (P = 0,29) à 67 ± 13 minutes (Tmax) et 123 ± 59 minutes (P = 0,17), respectivement. Les paramètres pharmacocinétiques et les scores de douleur n'étaient pas différents entre les traitements (P > 0,05). Un chat de BE a reçu analgésie de secours (P = 0,30). La bupivacaïne avec de l'épinéphrine ou de la dexmedetomidine intra-péritonéale a produit des concentrations inférieures aux niveaux toxiques et des effets analgésiques similaires. Il est donc sécuritaire d'administrer ces combinaisons de médicaments chez les chats subissant une ovariohysterectomie.

H9N2 avian influenza virus retained low pathogenicity after serial passage in chickens

Akinlolu Jegede, Qigao Fu, Yohannes Berhane, Min Lin, Ashok Kumar, Jiewen Guan (page 131)

Les souches H9N2 du virus de l'influenza aviaire (VIA) circulent mondialement parmi la volaille et causent des infections sporadiques chez l'humain. Afin de mieux comprendre l'évolution de ces virus alors qu'ils circulent parmi la volaille, un isolat H9N2 de poulet a été passé 19 fois chez des poulets via inoculation par aérosol. Le séquençage du génome complet a démontré que les virus de l'approvisionnement initial et ceux après le 8e et le 19e passages (P0, P8, et P19) avaient tous le même site de clivage monobasique dans l'hémagglutinine (HA), typique des virus de faible pathogénicité. Toutefois, à la position 226 de la protéine HA le ratio de glutamine (qui favorise l'adhésion aux récepteurs de type aviaire) à leucine (qui favorise l'adhésion aux récepteurs de type mammalien) a diminué de 54:46 à P0, à 87:13 à P8, et à 0:100 à P19. Chez des poulets exposés à des aérosols provenant de P0, P8, ou P19, la réplication des virus était similaire et principalement limitée au tractus respiratoire. Aucun des poulets infectés n'a montré de signes cliniques. Sur l'ensemble des 19 passages les virus ont maintenu un pouvoir infectant relativement stable mais ont graduellement perdu leur capacité létale pour les embryons de poulets. En fonction des résultats de l'épreuve d'inactivation de l'hémagglutination, P8 était légèrement et P19 significativement (P < 0,05) moins thermostable que P0. De manière globale, après 19 passages chez des poulets les VIA H9N2 ont maintenu une faible pathogénicité avec sélection positive de L226 dans l'HA. Ces résultats suggèrent que les virus H9N2 pourraient acquérir une spécificité mammalienne après circulation asymptomatique dans les espèces aviaires.

Time course of Salmonella shedding and antibody response in naturally infected pigs during grower-finisher stage

Saranya Nair, Abdolvahab Farzan, Terry L. O'Sullivan, Robert M. Friendship (page 139)

Un essai longitudinal a été réalisé afin de déterminer la progression de l'excrétion de Salmonella et la réponse en anticorps chez des porcs en période de croissance-finition naturellement infectés. Des porcs âgés de 10 semaines (n = 45) ont été transférés d'une ferme avec une histoire de salmonellose et hébergés dans une installation de recherche. Des échantillons de fèces ont été prélevés à chaque semaine (semaines 1 à 11) de même que des échantillons de tissus lors de l'abattage et ont été cultivés pour Salmonella. Des échantillons de sérum ont été testés pour la présence d'anticorps contre Salmonella par une épreuve immunoenzymatique (ELISA). Les résultats ont été analysés par un modèle de régression logistique multiniveaux à effets mixtes. Au-delà de 10 semaines, 91 % et 9 % des porcs excrétaient Salmonella ≤ 4 et > 5 fois, respectivement. La médiane estimée de la durée d'excrétion de Salmonella était de 3 à 4 sem mais quelques porcs ont excrété Salmonella jusqu'à 8 sem. L'excrétion de Salmonella augmenta 1 sem après l'arrivée mais fut suivie par la suite d'un patron de diminution jusqu'à la semaine 11 (P < 0,05). Les isolats de Salmonella (n = 29) qui ont été obtenus de 18 porcs à différentes occasions, étaient S. Typhimurium (28 %), S. Livingstone (21 %), S. Infantis (14 %), S. Montevideo (7 %), S. Benfica (3 %), S. Amsterdam (3 %), S. Senftenberg (17 %) and S. I :Rough-O (7 %). De 11 porcs pour lesquels les premiers et les derniers isolats furent sérotypés, 10 porcs étaient réinfectés avec un sérotype différent. Lors de l'abattage, Salmonella a été isolé de sept porcs, parmi lesquels cinq (71 %) n'avaient pas eu de culture positive pour au moins 7 sem avant l'abattage. La réponse en anticorps a présenté un pic 4 sem après le pic d'infection par Salmonella; l'excrétion de Salmonella a diminué alors que la réponse en anticorps augmentait (P < 0,05). Ces résultats indiquent que les porcs peuvent excréter Salmonella jusqu'au milieu de leur période de croissance-finition et peuvent être réinfectés avec un sérotype différent.

Evaluation of the efficacy of a novel porcine circovirus type 2 synthetic peptide vaccine

Jiwoon Jeong, Changhoon Park, Seeun Kim, Su-Jin Park, Ikjae Kang, Kee Hwan Park, Chanhee Chae (page 146)

Un nouveau vaccin peptidique contre le circovirus porcin de type 2 (CVP2) contenant un domaine d'une protéine consensus de la capside (Cap) codé par le cadre de lecture ouvert 2 fut développé pour limiter l'infection par CVP2. L'efficacité du vaccin fut évaluée versus celle d'un vaccin commercial CVP2 sous-unitaire recombinant s'exprimant dans un baculovirus et basé sur la protéine Cap. La séquence en acides aminés de cette protéine Cap a été élaborée basée sur l'alignement des séquences d'acides aminés provenant de différents isolats d'Europe, d'Amérique du Nord, et d'Asie. Le vaccin a été évalué dans soit de la saline tamponnée avec du phosphate ou dans un adjuvant contenant de l'hydroxyde d'aluminium, d'oxyde de cobalt, ou des liposomes. Globalement, le vaccin peptidique CVP2 était moins efficace contre une infection défi par CVP2 comparativement au vaccin commercial. Le vaccin peptidique était le plus efficace lorsque les liposomes étaient utilisés comme adjuvant, réduisant de manière significative (P < 0,05) la virémie tout en augmentant la quantité d'anticorps neutralisants et de cellules secrétant de l'interféron γ. Ceci suggère qu'en présence de liposomes le vaccin lipidique était en mesure d'induire des réponses immunitaires humorale et cellulaire.


Communication Brève

Effect of a commercially available fish-based dog food enriched with nutraceuticals on hip and elbow dysplasia in growing Labrador retrievers

Sabrina Manfredi, Francesco Di Ianni, Nicola Di Girolamo, Sergio Canello, Giacomo Gnudi, Gianandrea Guidetti, Francesca Miduri, Martina Fabbi, Eleonora Daga, Enrico Parmigiani, Sara Centenaro, Antonella Volta (page 154)

L'objectif de la présente étude était d'évaluer la prévalence de dysplasie de la hanche et du coude dans un groupe de chiens Labrador en croissance nourris avec une diète à base de poisson enrichie de neutraceutiques ayant des propriétés chondroprotectrices. L'âge des chiots variait de 3 à 12 mois et ils ont été divisés en deux groupes, chacun étant nourri avec une diète différente. La diète témoin consistait d'un aliment de haute qualité pour chien à base de poulet, alors que la diète test était un aliment pour chien à base de poisson et enrichi avec des neutraceutiques. Les articulations des hanches et des coudes ont été radiographiées à 6 et 12 mois d'âge. Un total de 42 chiens a complété l'étude. À 12 mois d'âge, aucune différence n'a été trouvée entre les groupes dans la prévalence de dysplasie de la hanche et du coude, bien que les chiens nourris avec la diète à base poisson enrichie de neutraceutiques avaient un score d'ostéoarthrite moins sévère à 12 mois. Il a été conclu que la diète à base de poisson enrichie de neutraceutiques avait des effets bénéfiques sur le développement d'ostéoarthrite sévère.

Peak vertical force in a stabilized canine cranial cruciate deficient stifle model: A one-year follow-up

Bertrand Lussier, Alexandre Gagnon, Maxim Moreau, Jean-Pierre Pelletier, Éric Troncy (page 159)

Le but de cette étude était de rapporter, chez un modèle canin stabilisé suite à une déficience du genou induite par section transversale du ligament croisé crânial (LCC), l'évolution du pic de force vertical (PFV) sur une année. Notre hypothèse était que le PFV serait normalisé à la fin de la période de suivi. Quinze (> 20 kg) chiens croisés ont été inclus dans l'étude. L'instabilité du genou a été induite par section transversale du ligament croisé crânial au Jour (J) 0, suivie par la stabilisation par suture latérale à J28. Le PFV a été acquis à J−1, J14, J26, J91, J210, et J357. Lorsque comparé à J0, le PFV était significativement diminué à J14, J26 et J91. Les valeurs du PFV à J210 et J357 n'étaient pas différentes qu'à J0. Cette étude suggère le retour des valeurs normales du pic de force verticale chez un modèle d'instabilité induite du genou lorsque la stabilisation a été réalisée 28 jours après la section transversale du ligament croisé crânial.