ACMV | Table des matières et résumés
CVMA-ACMV

Table des matières et résumésavril 2020, Vol. 84, No. 2

Articles

Changes in CO-oximetry values and pulse oximetry in isoflurane-anesthetized dogs with and without nitrous oxide

Teela Jones, Cindy Feng, Tanya Duke-Novakovski (page 83)

Des concentrations de 64 % à 70 % d’oxyde nitreux (N2O) apporte une analgésie intra-opératoire. Cliniquement, il a été noté que l’estimation par oxymétrie de pouls (SpO2) de la saturation en oxygène (O2) de l’hémoglobine (SaO2) diminuait avec le N2O. Une atélectasie d’absorption due à la respiration d’O2 était suspectée diminuer la pression artérielle partielle en O2 (PaO2) sous la valeur de 70 mmHg et réduire SaO2 et SpO2 lorsque le N2O était utilisé. L’administration de N2O depuis le début de l’anesthésie pourrait prévenir le développement d’atélectasie et une faible PaO2.

La présente étude a été réalisée en deux parties (P < 0,05). Dans la Partie 1, des chiennes anesthésiées à l’isoflurane soumis à une ovario-hystérectomie (n = 15 dans chaque groupe) ont respiré du N2O depuis le début de l’anesthésie (N2Oearly) ou 1 heure plus tard (N2Olate). Les valeurs de SpO2, d’oxymétrie de CO, et de PaO2 furent comparées à celles de chiens respirant O2 tout au long de l’anesthésie (témoin). Le moment d’introduction du N2O n’a pas affecté PaO2 (plus basse = 94 mmHg), SaO2 ou SpO2. Avec le N2O, la plus basse valeur de SpO2 était 91 % et correspondait à une PaO2 de 151 mmHg. La carboxyhémoglobine augmenta (plus élevée = 2,7 %) et SaO2 diminua avec le N2O (plus basse = 96,7 %).

Dans la Partie 2, pour reproduire les résultats, 10 chiens anesthésiés avec de l’isoflurane ont respiré du N2O, puis O2. Avec le N2O, SaO2 n’a pas augmenté, mais la carboxyhémoglobine augmenta et retourna à la valeur de base une fois que le N2O fut arrêté. Le chien avec la valeur de carboxyhémoglobine la plus élevée (2 %) avait une SaO2 de 96,8 % (PaO2 = 93 mmHg). Les changements de valeurs de carboxyhémoglobine et de SaO2 n’étaient pas cliniquement significatifs. L’oxymétrie de pouls n’estimait pas de manière fiable SaO2 mais le N2O n’était pas toujours un facteur.

The effect of inspired oxygen concentration on oxidative stress biomarkers in dogs under inhalation anesthesia

Patarakit Chongphaibulpatana, Yuu Kumagai, Daisuke Fukui, Masaaki Katayama, Yuji Uzuka (page 91)

La présente étude a examiné les biomarqueurs oxydatifs de stress à trois concentrations différentes en oxygène chez des chiens sous anesthésie générale afin de déterminer si des concentrations élevées en oxygène augmentent le stress oxydatif. Six chiens beagles en santé ont été assignés de manière aléatoire pour recevoir trois protocoles d’anesthésie (inhalation de 40 %, 60 % et 100 % d’oxygène) pendant 3 heures d’anesthésie générale avec du sévoflurane, avec au moins une semaine entre chaque protocole. Pour chaque essai, des échantillons sanguins furent prélevés à 0, 3, 6 et 24 heures après l’inhalation d’oxygène. Des dérivés de métabolites oxygène réactif, le potentiel anti-oxydant biochimique, la superoxyde dismutase et le 8-hydroxydéoxyguanosine dans le sang n’ont pas différé significativement parmi les trois groupes à n’importe quel moment. Cette étude est la première à comparer des concentrations élevées en oxygène avec des concentrations faibles en oxygène lors d’anesthésie chez des chiens. Selon nos trouvailles, 100 % d’oxygène ne modifierait pas le niveau de stress oxydatif chez les chiens durant une anesthésie générale avec du sévoflurane pendant 3 heures.

Respiratory and hemodynamic effects of 2 protocols of low-dose infusion of dexmedetomidine in dogs under isoflurane anesthesia

Caterina Di Bella, Despoina Skouropoulou, Marzia Stabile, Cosmin Muresan, Salvatore Grasso, Luca Lacitignola, Luisa Valentini, Antonio Crovace, Francesco Staffieri (page 96)

L’objectif de la présente étude était d’évaluer les effets respiratoires et hémodynamiques de l’infusion d’une faible dose de dexmedetomidine [1 µg/kg de poids corporel (BW) par h], avec ou sans une dose de charge (1 µg/kg de BW), chez des chiens sous anesthésie à l’isoflurane. Trente chiens ont été pré-médicamentés avec de la méthadone [0,3 mg/kg BW intra-musculaire (IM)], induit avec du propofol intra-veineux (IV) et maintenu avec de l’isoflurane (1,3 % à 1,4 %) sous ventilation mécanique. Les animaux étaient attribués au hasard à trois traitements IV (n = 10) : 1 µg/kg BW dexmedetomidine, suivi de 1 µg/kg BW par heure (groupe BI); ou un bolus de solution saline, suivi par soit une infusion de 1 µg/kg BW par heure de dexmedetomidine (groupe I) ou une solution saline (groupe C). Les infusions étaient arrêtées après 30 min. La compliance statique du système respiratoire (Cstat) et la résistance du système respiratoire (Rrs), le ratio pression partielle d’oxygène/fraction d’oxygène dans l’inspiré (PaO2/FIO2), le shunt intrapulmonaire (Fshunt) et le débit cardiaque (CO) furent déterminés 5 min avant le bolus (BASELINE), à la fin du bolus (BOLUS), et à des intervalles de 15 (T15), 30 (T30) et 45 min (T45). Dans le groupe BI, Cstat et PaO2/FIO2 étaient plus élevés à T15 et T30 qu’à BASELINE dans le même groupe et similaire au groupe C aux mêmes temps. Dans le groupe I, les mêmes paramètres à T30 étaient plus élevés qu’à BASELINE et plus élevés que ceux du groupe C aux mêmes temps. Dans le groupe BI, Rrs et Fshunt étaient plus bas qu’à BASELINE et similaire au groupe C aux mêmes temps. Dans le groupe I, les mêmes paramètres à T30 étaient plus bas qu’à BASELINE et ceux du groupe C aux mêmes temps. Le CO à T30 était plus élevé dans les groupes BI et I que dans le groupe C. Les résultats de cette étude ont démontré qu’une infusion d’une faible dose de dexmedetomidine améliore l’oxygénation et la mécanique du système respiratoire et a un effet hémodynamique stabilisant chez les chiens anesthésiés avec de l’isoflurane et ventilé mécaniquement.

Cardiovascular and respiratory effects of carbon dioxide pneumoperitoneum in the domestic rabbit (Oryctolagus cuniculus)

Claudia Kabakchiev, Alexander Valverde, Ameet Singh, Hugues Beaufrère (page 108)

L’effet de différentes pressions intra-abdominales (IAP) sur les paramètres cardiorespiratoires durant un pneumopéritoine à CO2 a été évalué sur 6 femelles lapins néo-zélandais. Les lapins furent assignés à des séquences aléatoires d’IAP (0, 4, 8 mmHg) dans une étude croisée. Les paramètres suivants furent mesurés à chaque IAP : pression artérielle directe (ABP), débit cardiaque, indice de volume systolique et cardiaque (SVI, CI), fréquence cardiaque, CO2 de fin d’expiration (ETCO2), gaz sanguins artériels (PaCO2, PaO2), pic de pression inspiratoire (PIP) et saturation en oxygène (SpO2). Entre chaque IAP, l’abdomen était dégonflé pendant une période de 5 minutes. Des modèles de régression linéaire mixte ont été utilisés pour l’analyse statistique. La fréquence cardiaque, le SpO2, et l’ABP ne furent pas affectés significativement par l’IAP, bien qu’il y eût une augmentation de l’ABP avec l’IAP. La PaCO2 était augmentée a une pression de 8 mmHg et le ETCO2 et le PIP augmentaient avec chaque pression. Le débit cardiaque et le CI étaient significativement diminués avec une augmentation de l’IAP et, bien que le SVI montraient la même tendance, ces baisses n’étaient pas statistiquement significatives. En conclusion, un pneumopéritoine avec du CO2 entraine une augmentation de la ETCO2, du PaCO2, et du PIP, alors que le débit cardiaque et la CI diminuent. Ces changements cardiorespiratoires doivent être pris en compte pendant la détermination de la pression intra-abdominale optimale à utiliser pour des chirurgies laparoscopiques chez le lapin.

In-vitro effects of taurolidine alone and in combination with mitoxantrone and/or piroxicam on canine transitional cell carcinoma

Brittney Byer, Lisa J. Schlein, Barbara Rose, Bernard Séguin (page 115)

Le carcinome à cellules transitionnelles est le cancer le plus fréquent de la vessie urinaire du chien et compte pour approximativement 2 % des tumeurs malignes rapportées chez cette espèce. Il n’existe présentement pas de cure pour cette tumeur et la plupart des chiens succombent des complications associées à la progression de la tumeur au niveau de la vessie. La taurolidine est une substance avec des propriétés anti-cancéreuses et anti-angiogéniques contre plusieurs cancers chez l’humain et différents modèles animaux. Cette étude in vitro a évalué la taurolidine comme thérapie pour le carcinome à cellules transitionnelles chez le chien. Quatre lignées cellulaires de carcinome à cellules transitionnelles canins ont été traitées avec différentes concentrations de taurolidine, mitoxantrone, et piroxicam, seul et en combinaisons (taurolidine-mitoxantrone, taurolidine-piroxicam, mitoxantrone-piroxicam et taurolidine-mitoxantrone-piroxicam). La susceptibilité des lignées cellulaires a été déterminée par l’inhibition de croissance en 72 heures et la viabilité cellulaire a été évaluée par l’absorbance de la résazurine mesurée à λ530/590. La capacité de la taurolidine à induire l’apoptose a été évaluée avec l’essai à l’Annexin-V/Iodate de Propidium. Toutes les lignées cellulaires étaient sensibles au traitements avec la taurolidine, le mitoxantrone, et le piroxicam seul. Les résultats des traitements de combinaisons de médicaments étaient dépendants des lignées cellulaires et des concentrations des médicaments. Les combinaisons avaient soit aucun effect comparé au médicaments seuls, ou un effet sous-additif ou synergique. La taurolidine a induite l’apoptose de façon dépendante à sa concentration et temps d’exposition. La taurolidine seule a démontré des effets significatifs sur la viabilité in vitro chez chacune des quatre lignées cellulaires de carcinome à cellules transitionnelles canins. Ces effets peuvent potentiellement être améliorés par l’ajout du mitoxantrone ou piroxicam.

Assessment of diastolic function using mitral flow propagation velocity in cats

Keisuke Sugimoto, Nana Kawase, Takuma Aoki (page 124)

Les objectifs de la présente étude étaient d’examiner l’utilité de la vélocité du flux de propagation mitral (Vp) chez les chats en évaluant les effets du résumé du schéma de flux et l’évaluation de variables de Vp chez des chats avec cardiomyopathie hypertrophique (HCM). Des chats en santé ont été catégorisés dans les groupes résumé (Sum) et séparation (Sepa) afin d’évaluer les effets sur Vp du résumé du schéma de flux. Les chats avec HCM furent catégorisés en groupes HCM atrial gauche (LA) (−), LA (+) et LA (++) selon le degré d’hypertrophie de LA dans le but d’examiner la faisabilité de Vp. Il n’y avait pas de différence significative notée dans la Vp entre les groupes Sum et Sepa et aucune corrélation significative entre Vp et le rythme cardiaque. Une diminution de Vp était associée avec le degré d’hypertrophie de LA. La vélocité du flux de propagation mitral semble être cliniquement réalisable chez les chats et pourrait possiblement être utile dans la détection de dysfonction diastolique chez les chats avec HCM.

Effects of laser power, wavelength, coat length, and coat color on tissue penetration using photobiomodulation in healthy dogs

Lindsay N. Hochman-Elam, R. Eric Heidel, Justin W. Shmalberg (page 131)

La photobiomodulation est une modalité de traitement médical régénérateur acceptée utilisée pour stimuler la réparation tissulaire, diminuer l’inflammation et améliorer la mobilité chez les humains et les animaux. L’objectif de la présente étude était d’évaluer l’influence de la puissance et de la longueur d’ondes du laser, la couleur et la longueur du pelage, et le rasage sur la livraison in vivo de photons par un laser thérapeutique chez des chiens. Quarante-sept chiens de races diverses et de couleurs de pelage différentes (17 noirs, 15 bruns et 15 blancs) et avec des longueurs de pelage différentes furent évalués avec deux lasers vétérinaires disponibles commercialement. Les photons étaient délivrés sur l’aspect latéral du repli inguinal et sur le tendon calcanéen, avec pénétration directe à travers le derme, ainsi qu’à travers le derme et le tendon, tel que mesuré avec un capteur laser thermopile. Des impacts significatifs sur la transmission du laser furent notés pour la puissance du laser (P = 0,001), la longueur d’ondes (P < 0,002), la couleur du pelage (P < 0,001) et le rasage du poil (P < 0,001). Le pourcentage de transmission était plus élevé pour un laser de classe IV à longueur d’ondes 810/980 nm à 0,5 W que pour un laser de classe IIIb à longueur d’ondes de 904 nm (P < 0,001). Il y avait une différence significative entre la transmission des photons parmi les pelages blancs, bruns et noirs, avec moins de transmission notée avec une augmentation de la pigmentation du pelage (P < 0,001). La transmission était supérieure à des niveaux de puissance plus élevés (3 W, 5W). Les résultats montrent des différences significatives dans la transmission du laser pour toutes les variables mesurées, à l’exception de la longueur du pelage, qui n’était pas un prédicteur significatif de la transmission du laser. Étant donné que la transmission était réduite significativement dans les endroits plus foncés et non-rasés, des lasers de plus forte puissance pourraient être nécessaires pour des chiens à pigmentation plus foncée et le rasage des poils avant la thérapie au laser est recommandé.

Bile composition of healthy cats and cats with suspected hepatobiliary disease using point-of-care analyzers: A prospective preliminary study

Romain Huvé, Elizabeth O’Toole, Carolyn Gara-Boivin, Pascal Fontaine, Marie-Claude Bélanger (page 138)

La composition de la bile est méconnue tant chez les chats sains que chez les chats atteints de maladies hépatobiliaires bien que ces maladies soient fréquentes. Les objectifs de cette étude étaient d’évaluer plusieurs paramètres dans la bile de chats sains et d’investiguer l’utilité de ces derniers comme marqueurs prédictifs de cholangite bactérienne. Les chats ont été recrutés prospectivement et répartis en trois groupes : 21 chats sains (groupe 1); et 14 chats avec maladie hépatobiliaire suspectée : 9 sans infection biliaire (groupe 2) et 5 avec infection bactérienne biliaire (groupe 3). Une cholécystocentèse a été réalisée sur chaque chat. La bile a été utilisée pour cytologie, culture et analyses biochimiques incluant le pH, le lactate et le glucose avec des appareils au chevet du patient. Les valeurs de référence de plusieurs paramètres biliaires chez les chats sains ont été calculées et sont présentées dans cette étude. Le pH (P = 0,88) et la concentration en lactate (P = 0,85) n’étaient pas significativement différents entre les 3 groupes. La concentration en sodium était significativement plus élevée dans le groupe 3 comparée aux groupe 2 (P < 0,05). Les concentrations en lactate et glucose ainsi que le pH ne permettaient pas de prédire une infection bactérienne dans la bile.

L-lactate in cerebrospinal fluid can be used as a biomarker of encephalitis in cattle

Juliana M. Curti, Gustavo R. Queiroz, Priscilla F.V. Pereira, Mayara C. Anjos, Karina K.M.C. Flaiban, Júlio A.N. Lisbôa (page 146)

Les modifications du liquide céphalorachidien (LCR) sont importantes pour le diagnostic antemortem de certaines maladies neurologiques. Le but de cette étude était d’évaluer si la concentration de L-lactate dans le LCR pouvait être utilisée pour différencier les bovins en bonne santé des bovins encéphalitiques. Des échantillons de LCR provenant de bovins en bonne santé (n = 10) et de sujets infectés naturellement par la rage (n = 15), de méningoencéphalite à BoHV-5 (n = 16), l’histophilose (n = 6), ou d’encéphalite bactérienne (n = 4), notamment un cas de listériose ont été collectés et analysés. Des analyses physiques, biochimiques (protéines et glucose), et cellulaires ont été effectuées dans des échantillons frais. Les concentrations de L-lactate, d’électrolytes (Na+, K+, et Cl−), de calcium (Ca), et de magnésium ont été mesurées dans des échantillons de LCR maintenus congelés. Les concentrations de L-lactate ont également été mesurées dans le plasma. Une analyse de variance a été utilisée pour la comparaison entre les groupes et une analyse ROC (Receiver Operating Characteristic) a été réalisée en considérant le L-lactate dans le LCR de bovins en bonne santé par rapport à des bovins encéphalitiques. La concentration de L-lactate dans le LCR était significativement plus élevée chez les bovins présentant une encéphalite bactérienne que chez les bovins en bonne santé. Cependant, elle ne différait pas entre les bovins présentant une encéphalite virale et bactérienne. Les concentrations de Ca étaient plus faibles chez les bovins atteints d’encéphalite. Une concentration de L-lactate dans le LCR > 3,6 mmol/L peut être acceptée comme valeur seuil indiquant une encéphalite. Ainsi, le L-lactate dans le LCR est important pour le diagnostic de l’encéphalite chez les bovins. Malgré le petit nombre de cas d’encéphalite bactérienne inclus, il a été suggéré que la concentration de L-lactate dans le LCR dans la présente étude n’était pas une méthode de diagnostic important dans la différenciation entre l’encéphalite virale et bactérienne chez les bovins. Des études supplémentaires comportant un plus grand nombre d’observations sont nécessaires pour clarifier cet aspect, en particulier dans les cas de listériose.

Duration of immunity after rabies vaccination in dogs: The Rabies Challenge Fund research study

W. Jean Dodds, Laurie J. Larson, Kris L. Christine, Ronald D. Schultz (page 153)

Une étude prospective sur 65 chiens beagle de recherche gardés dans un environnement exempt de rage fut entreprise afin de déterminer la durée de l’immunité après qu’ils reçurent un vaccin homologué contre la rage. Le but éventuel était d’allonger l’intervalle requis du rappel du vaccin contre la rage à 5 ou 7 ans et aider à réduire le risque associé aux réactions adverses au vaccin. Trois groupes de chiens furent vaccinés avec un des deux vaccins commerciaux contre la rage ou de la saline à 12 et 15 semaines d’âge. Débutant 5 ans et 5 mois plus tard, les chiens vaccinés et non-vaccinés furent soumis à une infection défi avec un virus de la rage virulent et observés pendant 90 jours lors d’une série de trois essais. Les réponses immunitaires humorale et cellulaire furent examinées par sérologie et cytométrie de flux. Du tissu cérébral de tous les chiens infectés fut testé pour la présence du virus rabique. L’essai 1 était décevant étant donné la quantité insuffisante de virus virulent. Lors des essais 2 et 3, l’infection défi a entrainé 100 % de mortalité chez les témoins. Le taux de survie des animaux vaccinés était de 80 % (4/5) après 6 ans et 7 mois, 50 % (6/12) après 7 ans et 1 mois et 20 % (1/5) après 8 ans 0 mois. La réponse en anticorps 12 jours post-infection corrélait fortement avec la survie. Dans un essai séparé sans infection défi, l’administration de soit un vaccin recombinant ou un vaccin tué a mis en évidence une réponse anamnestique en anticorps 6 ans et 1 mois après la vaccination initiale comparativement aux témoins non-vaccinés. Nos résultats démontrent que (1) la durée de l’immunité contre la rage chez les chiens vaccinés va au-delà de 3 ans, (2) une mémoire immunologique existe même chez les chiens vaccinés avec des titres d’anticorps sériques < 0,1 IU/mL, et (3) un vaccin antirabique recombinant sans adjuvant induit d’excellentes réponses en anticorps chez des chiens préalablement vaccinés 14 jours après son administration.


Communication Brève

Pilot study investigating the feasibility of mitral valve repair without aortic cross-clamping and cardioplegia

Wanda J. Gordon-Evans, John P. Carney, Mathew T. Lahti, Richard W. Bianco (page 159)

Des évidences existent que la perfusion du cœur avec une machine cœur-poumon artificielle est moins dommageable que le clampage de l’aorte et une cardioplégie lors de chirurgie cardiaque. Bien que le remplacement de valvules mitrales ait été réalisé sans clampage de l’aorte et cardioplégie, il a été mentionné que le clampage est nécessaire afin de maintenir une visualisation et un champ chirurgical sans mouvement pour la réparation de valvule mitrale. Le but de la présente étude était de déterminer la faisabilité chirurgicale de réparation de la valvule mitrale sans clampage de l’aorte et en utilisant la cardioplégie. Notre hypothèse était qu’un champ avec absence complète de sang et sans mouvement ne serait pas nécessaire pour effectuer une réparation de la valvule mitrale avec annuloplastie et sutures avec des cordages tendineux synthétiques. Les muscles papillaires, les cordages tendineux, l’annulus, et les feuillets de la valve mitrale étaient tous facilement visualisables. La suture des cordons tendineux fut utilisée et l’annuloplastie menée sans aucune obstruction visuelle ou interférence par les mouvements. Nos résultats suggèrent que la réparation des valvules mitrales est faisable sans clampage de l’aorte et sans cardioplagie.