ACMV | Table des matières et résumés
CVMA-ACMV

Table des matières et résumésjuin 2020, Vol. 61, No. 6

Scientific

Rapports De Cas

Perforation utérine secondaire à une métrite et un placenta percreta chez une chienne en période post-partum

Lacey M. Rosenberg, Jacqueline Marinoff, Esther E. Crouch, Dominick M. Valenzano, Jeanine Peters-Kennedy, Soon Hon Cheong, Mariana Diel de Amorim (page 584)

Une femelle Labradoodle intacte âgée de 3 ans fut référée pour cause de fièvre et léthargie 4 jours post-partum. Il fut rapporté que la chienne avait eu un travail long qui demanda de l’assistance et qu’il y avait eu rétention des membranes fœtales. L’examen physique et le diagnostic mena à un doute de métrite et de perforation utérine. Une ovario-hystérectomie fut réalisée. Les trouvailles de pathologie macroscopique et d’histopathologie révélèrent des perforations utérines multifocales, une métrite nécro-suppurative et un placenta percreta. Une antibiothérapie post-opératoire et des soins de support ont résulté en une guérison clinique sans conséquence. Ceci représente le premier cas rapporté de placenta percreta chez une chienne. Il est présumé que chez cette chienne cette pathologie était vitale dans le développement de la métrite et de la rupture utérine subséquente.

Message clinique clé : Un placenta percreta peut mener à des conséquences cliniques plus sévères de métrite, incluant la rupture utérine.

Gestion d’une hémorragie péri-partum sévère à la suite d’une césarienne chez une chienne

Graeme M. Doodnaught, Elizabeth O’Toole, Daniel S.J. Pang (page 589)

Ce rapport décrit la gestion intensive de la pression sanguine et des transfusions lors d’une hémorragie intra-utérine péri-partum à la suite d’une césarienne chez une chienne. L’impact des changements physiologiques associés à la gestation et à l’anesthésie sur les paramètres hémodynamiques ainsi que des techniques de gestion alternatives sont discutés.


Compte Rendu

Gestion médicale en hôpital d’obstruction urétrale féline : Revue descriptive de la recherche clinique

Kevin L. Cosford, Siu To Koo (page 595)

La pratique médicale factuelle nécessite que de la recherche clinique soit menée afin d’aider à guider les recommandations vétérinaires. Malheureusement, la recherche clinique sur le traitement de l’obstruction urétrale féline (UO) est limitée. Au cours de la dernière décennie, un ensemble de publications cliniques scientifiquement pertinentes à la gestion en hôpital d’UO féline a été publié. Cette recension de la littérature de décembre 2007 à février 2019 incluait les options de gestion, la stabilisation, les considérations anesthésiques, les procédures de déblocage, le lavage de la vessie urinaire, les traitements intravésical, la diurèse post-traitement, la gestion des cathéters urinaires, les complications bactériennes associées aux cathéters et les médications orales. Les études sont résumées brièvement en lien avec leurs trouvailles principales et leurs limitations. Les limitations récurrentes observées fréquemment incluaient les petites tailles d’échantillonnage entrainant une puissance insuffisante et des erreurs de type II potentielles, un manque de standardisation des protocoles de traitement et l’évaluation de multiples variables confondantes interreliées. L’intention des auteurs est que le présent article informe les praticiens et inspire de futures initiatives de recherche clinique qui vise ces limitations, possiblement avec des études multicentres de grande envergure, des protocoles de traitement standardisés et de la modélisation de régression multivariée.


Articles

Prévalence des nématodes gastro-intestinaux et dénombrements des œufs dans les fèces chez les bovins d’embouche dans l’ouest canadien

Felicity K. Wills, Cheryl L. Waldner, John R. Campbell, Colleen Pollock, Fabienne D. Uehlinger (page 605)

Des échantillons de fèces furent prélevés de vaches (n = 1458), veaux (n = 1188) et génisses de remplacement (n = 921) entre 2012 et 2014 dans 199 troupeaux et des équations d’estimation généralisée furent utilisées pour prédire les dénombrements moyens d’œufs dans les fèces et la prévalence d’échantillons positifs pour la présence d’œufs. Les génisses de remplacement avaient la prévalence la plus élevée d’œufs de type Trichostrongylide avec 83 % [intervalle de confiance 95 % (IC) : 78 % à 87 %], et les vaches avaient la plus faible avec 75 % (95 % IC : 70 % à 81 %). Les Nematodirus spp. étaient présents le plus fréquemment chez les veaux [prévalence prédite : 34 % (95 % IC : 28 % à 40 %)]. Les dénombrements moyens d’œufs dans les fèces étaient les plus élevés chez les veaux avec 5,9 (95 % IC : 3,9 à 7,8) œufs de type Trichostrongylide par gramme (EPG) de fèces et 1,0 (95 % IC : 0,7 à 1,4) EPG de Nematodirus spp. Bien que les dénombrements moyens d’œufs étaient faibles à modérés, la prévalence élevée met en évidence le besoin de continuer d’examiner l’épidémiologie des nématodes gastro-intestinaux dans l’ouest du Canada. Ceci est particulièrement approprié considérant les changements dans la gestion, l’augmentation de la taille des troupeaux, les changements climatiques et la menace de la résistance aux produits anthelmintiques.

Prévalence de Staphylococcus pseudintermedius résistant à la méthicilline sur des surfaces en contact avec les mains et des surfaces en contact avec les animaux dans des hôpitaux de première ligne pour animaux de compagnie

Andrea V. Perkins, Debra C. Sellon, John M. Gay, Eric T. Lofgren, Dale A. Moore, Lisa P. Jones, Margaret A. Davis (page 613)

Staphylococcus pseudintermedius résistant à la méthicilline (MRSP) est un agent pathogène important chez les animaux de compagnie, mais peu d’études publiées ont évalué son épidémiologie dans les sites de soins de première ligne. Dans la présente étude on détermina la prévalence de MRSP sur les surfaces de contact avec les mains et les surfaces de contact avec les animaux dans 11 hôpitaux de première ligne pour animaux de compagnie dans les états de Washington et de l’Idaho, USA. De manière globale, le MRSP fut isolé à partir d’au moins un échantillon dans 7 des 11 hôpitaux (64 %) et de 36 des 374 échantillons (10 %) sans noter de différence dans la prévalence entre les contacts main-surface ou animal-surface (P = 0,51). Le typage des souches par électrophorèse en champs pulsés indiqua une similarité intra-hôpital élevée des souches de MRSP, mais une similarité minimale entre les souches provenant d’hôpitaux différents. Des souches indistinguables de MRSP étaient présentes sur les surfaces de contact avec les mains et les animaux dans un même hôpital. Un questionnaire fut soumis à un représentant de chaque hôpital. Les répondants rapportèrent que les surfaces de contact avec l’animal étaient nettoyées et désinfectées plus fréquemment que les surfaces de contact avec les mains (P < 0,001). Une amélioration de l’hygiène des mains et de la désinfection des surfaces en contacts avec les mains pourraient diminuer l’exposition de patients vétérinaires au MSRP.

Effets anesthésiants et analgésiques d’un protocole injectable sans opioïde chez des chats soumis à une ovario-hystérectomie : essai clinique prospectif, randomisé, à l’aveugle

Truc Ngoc Diep, Beatriz P. Monteiro, Marina C. Evangelista, Aurelien Balleydier, Ryota Watanabe, Hélène L.M. Ruel, Graeme M. Doodnaught, Thong Le Quang, Paulo V. Steagall (page 621)

Lors de la présente étude nous avons évalué les effets de la combinaison kétamine-dexmedetomidine-midazolam comme élément d’un protocole multimodal sans opioïde chez des chats soumis à une ovario-hystérectomie. Dans un essai clinique prospectif, randomisé, à l’aveugle, des chats reçurent une des deux doses de kétamine [5 mg/kg poids corporel (BW), n = 10, K5 ou 7 mg/kg BW, n = 13, K7] avec du midazolam (0,25 mg/kg BW) et du dexmedetomidine (40 µg/kg BW) par voie intramusculaire, de la bupivacaine par voie intrapéritonéale (2 mg/kg BW) et du meloxicam sous-cutané (0,2 mg/kg BW) après la chirurgie. De la buprenorphine (0,02 mg/kg BW, par voie intraveineuse) fut administrée si les pointages de douleur excédaient les pointages d’intervention avec deux systèmes de pointage de la douleur. Une prévalence similaire d’analgésie de secours fut observée (K5 = 6/10; K7 = 7/13) avec des demandes significativement moindres chez les chatons (2/8) que chez les adultes (11/15). De la tachypnée (K5 = 7/10 et K7 = 9/13) et de la désaturation (K5 = 3/10 et K7 = 4/13) étaient les deux complications les plus fréquentes. L’âge influençait la prévalence de l’analgésie de secours. La plupart des chats adultes ont requis des opioïdes pour soulager la douleur post-opératoire.

Évaluation rétrospective de l’issue d’hernioraphie périnéale renforcie avec de la sous-muqueuse du petit intestin de porc chez des chiens et des chats

Natalie Swieton, Ameet Singh, Daniel Lopez, Michelle Oblak, Katie Hoddinott (page 629)

Le but de la présente étude était d’évaluer l’issue post-opératoire chez des chiens et des chats soumis à une hernioraphie périnéale utilisant de la sous-muqueuse du petit intestin de porc (PSIS) seule et avec transposition du muscle obturateur interne renforcie avec PSIS (IOMT + PSIS). Les dossiers médicaux furent révisés rétrospectivement et les informations amassées sur le signalement, les signes préopératoires, les détails opératoires et l’hospitalisation. Les données sur l’issue post-opératoire furent obtenues des dossiers médicaux et d’un sondage. Onze chiens et trois chats ont eu 18 hernies périnéales réparées avec IOMT + PSIS et trois en utilisant PSIS seule. Une infection du site chirurgical se développa à la suite de l’utilisation de IOMT + PSIS chez 1/21 hernies (5,6 %). Des complications post-opératoires à court et long terme sont survenues chez 9/14 animaux et 3/14 animaux, respectivement. Parmi les 21 hernies périnéales, il y eu une récurrence chez trois, deux qui furent réparées avec IOMT + PSIS et une avec PSIS seule. L’utilisation de PSIS seule ou renforcie avec IOMT était acceptable pour l’hernioraphie périnéale et devrait être considérée par les chirurgiens s’il y a des inquiétudes concernant l’intégrité du muscle obturateur interne.

Un bolus obtenu par impression 3D améliore la distribution de la dose de patients vétérinaires traités par radiation de faisceau de photons

Tiffany Wormhoudt Martin, Mary-Keara Boss, Susan M. LaRue, Del Leary (page 638)

Un bolus commercial est fréquemment utilisé pour augmenter la dose à la surface d’un patient lors de radiothérapie de surface; toutefois, des surfaces inégales peuvent créer des espaces d’air et ainsi des différences entre la dose prescrite et la dose livrée. Le but de la présente étude était de déterminer si un bolus sur mesure, obtenu par impression 3D, améliorerait la dosimétrie comparativement à un bolus commercial. Pour chaque patient, un bolus planifié fut généré à l’aide d’un logiciel de planification, puis créé avec une imprimante 3D. Le plan de traitement fut recalculé avec chaque bolus in situ. Lors de l’évaluation du volume des tumeurs à la prescription, le bolus obtenu par impression 3D était plus près de la prescription comparativement au bolus commercial. Il y avait une différence significative dans les espaces d’air chez les patients recevant la radiothérapie à la tête (P < 0,001) mais la différence n’était pas significative pour les espaces d’air sur les sites corporels en partie caudale (P = 0,05). De manière globale, le bolus obtenu par impression 3D a résulté en une diminution des espaces d’air, une dosimétrie plus près de la prescription et devrait être considéré lors du traitement de surfaces superficielles hautement irrégulières.


Communication Étudiante

Mélanome uvéal amélanotique chez un chat ragdoll

Sarah Jajou (page 645)

L’œil gauche d’un chat mâle ragdoll castré âgé de 13 ans fut évalué pour dyscorie, épaississement iridien et changement de couleur présent depuis deux ans, de même que pour une pression intra-oculaire élevée. La lésion primaire vue lors de l’examen ophtalmique était une masse blanc-rosée pâle observée à l’aspect dorso-médial d’un iris épaissi de manière diffuse. Une vérification pour métastases révéla des nodules hépatiques et spléniques, mais la cytologie était non-concluante. L’œil gauche fut énucléé et l’histopathologie était compatible avec un mélanome uvéal amélanotique.


TEST ÉCLAIR

(page 575)


RUBRIQUES SPÉCIALES

COURRIER DES LECTEURS

Dental radiography — A comment
Paul Francis (page 567)

Dental radiography — A response
Graham Thatcher (page 567)

ÉDITORIAL

VIDO-InterVac : l’histoire d’une vision novatrice
Carlton Gyles (page 569)

DÉONTOLOGIE VÉTÉRINAIRE

(page 573)

NOUVELLES

Heather Broughton, Sophie Perreault (page 577)

LE COIN DES PRATICIENS

Veterinary volunteerism — From the tundra to the tropics
Samyra Stuart-Altman (page 649)

BIEN-ÊTRE VÉTÉRINAIRE

Managing change in a changing world Part 1: Moving with the change
Debbie L. Stoewen (page 651)

L’ART DE LA PRATIQUE VÉTÉRINAIRE PRIVÉE

Client assumption-based communication
Myrna Milani (page 653)


ANNONCES

NOUVEAUX PRODUITS

(page 637)

NOUVELLES DE L’INDUSTRIE

(page 644)

LIVRES DISPONIBLES POUR COMPTE RENDU

(page 648)

INDEX DES ANNONCEURS

(page 652)

PETITES ANNONCES

(page 655)