CVMA-ACMV

Table des matières et résumésjanvier 2019, Vol. 60, No. 1

Scientific

Rapports De Cas

Fibre laser formant le nidus d'une urolithiase à cystine récurrente chez un Bulldog Anglais mâle entier

Emmanuelle M. Butty, Anne-Sophie Bua, Nick P. Vanstone, Marilyn E. Dunn (page 29)

Une lithotripsie et une cystolithotomie percutanée (PCCL) ont été réalisées sur un Bulldog Anglais mâle entier de 5 ans. L'urolithe était constitué à 100 % de cystine. Lors d'une seconde PCCL réalisée 2 mois plus tard, le nidus du plus grand calcul de cystine se révéla être un fragment de fibre optique brisée durant la lithotripsie au laser.

Constatations cliniques et immunophénotypiques pour quatre formes de lymphomes équins

Arianna Miglio, Chiara Morelli, Rodolfo Gialletti, Eleonora Lauteri, Monica Sforna, Maria Luisa Marenzoni, Maria Teresa Antognoni (page 33)

Les constatations cliniques, histologiques et immunophénotypiques sont présentées pour quatre chevaux affectés par différents types de lymphome. Des diagnostics d'un lymphome intestinal épithéliotrope et monomorphe à cellules T, d'un lymphome splénique diffus à grandes cellules B, d'un lymphome périphérique à cellules T et d'un lymphome à grandes cellules B riche en cellules T de la troisième paupière ont été posés.


Articles

Perceptions à l'égard des chats communautaires et préférences pour leur gestion à Guelph, en Ontario. Partie I : analyse quantitative

Lauren Van Patter, Tyler Flockhart, Jason Coe, Olaf Berke, Rodrigo Goller, Alice Hovorka, Shane Bateman (page 41)

En 2014, on a réalisé une enquête auprès de 116 résidents de Guelph afin d'étudier leurs attitudes à propos des chats communautaires et leurs préférences pour la gestion de la population. Il y a environ 29 579 chats appartenant à des propriétaires à Guelph et on estime qu'environ 40 % des résidents permettent à leurs chats d'aller à l'extérieur et que 8054 ménages (15 %) nourrissent les chats communautaires. Les participants ont signalé plus de préoccupations pour le bien-être des chats communautaires que pour le comportement nuisible. Il y avait des taux élevés d'appui pour l'éducation sur la possession responsable d'un animal de compagnie (90 %), la stérilisation accessible ou à faible coût (86 %) et la capture-stérilisation-mise en liberté (78 %) et de faibles taux de soutien pour l'inaction (4 %) et l'euthanasie (20 %). Les répondants qui ne possédaient pas de chats ou qui considéraient les chats comme des «animaux nuisibles» ou une «espèce non indigène et envahissante» manifestaient plus de soutien pour l'euthanasie. Les résultats suggèrent que les résidents de Guelph désirent que des mesures soient prises pour aborder les préoccupations liées à la population de chats communautaires et que des outils de gestion proactive, comme l'éducation, la stérilisation accessible ou à faible coût ainsi que la capture-stérilisation-mise en liberté seraient accueillis favorablement et seraient moins controversés que l'euthanasie.

Perceptions à l'égard des chats communautaires et préférences pour leur gestion à Guelph, en Ontario. Partie II : analyse qualitative

Lauren Van Patter, Tyler Flockhart, Jason Coe, Olaf Berke, Rodrigo Goller, Alice Hovorka, Shane Bateman (page 48)

La mise en œuvre de stratégies de gestion de la population de chats qui sont efficaces et appuyées par la collectivité exige la connaissance des contextes locaux ainsi que des valeurs et des préférences du public. De 2014 à 2015, le Groupe de travail sur la population de chats de Guelph a effectué une enquête auprès des résidents de Guelph, en Ontario, afin de connaître leurs attitudes et leurs valeurs à propos des chats communautaires et de leurs préférences pour la gestion de la population de chats. Des réponses ont été reçues de la part de 449 personnes sous forme d'une combinaison de sondages en format papier et en ligne. Les résultats de l'analyse qualitative de sept questions à développement sont présentés dans le présent article. Les résultats indiquent que les problèmes liés aux chats communautaires sont attribués en grande partie à des perceptions de pratiques de possession irresponsable d'animaux de compagnie, ce qui souligne une occasion d'éducation publique. Les participants ont identifié l'ensemble de la collectivité comme étant responsable de la résolution du problème, ce qui suggère la valeur d'approches de gestion concertée. Cette analyse a aussi mis en lumière des occasions de combiner des stratégies bien soutenues, comme la stérilisation accessible ou à faible coût et la capture-stérilisation-mise en liberté, afin de mettre en œuvre une approche à facettes multiples. Dans l'ensemble, les résidents de Guelph qui ont répondu à l'enquête ont accordé une priorité élevée à la gestion proactive et non cruelle des chats communautaires.

Effet de l'association dexmédétomidin-butorphanol intramusculaire sur la production lacrymale chez le chien

Fabio Leonardi, Giovanna Lucrezia Costa, Alice Stagnoli, Elena Zubin, Paolo Boschi, Alberto Sabbioni, Barbara Simonazzi (page 55)

L'étude vise à déterminer les effets de l'association dexmédétomidine-butorphanol sur les résultats du test de Schirmer I (STT I) chez le chien. Quatre-vingt-dix-huit chiens ont été sédatés avec l'association dexmédétomidine (5 µg/kg) butorphanol (0,2 mg/kg) intramusculaire. La dexmédétomidine a été antagonisée avec de l'atipamezole en fin de procédure. L'association dexmédétomidine-butorphanol diminue significativement la production lacrimale 15 minutes post-sédation. Les valeurs de STT I 15 minutes post-antagonisation de la dexmédétomidine étaient significativement plus élevées que celles de STT I 15 minutes post-sédation, mais significativement inférieures aux STT I pré-sédation. Les variables genre, poids, durée de la sédation, œil droit/gauche, n'ont pas significativement influencé les valeurs de STT I post-sédation. L'association dexmédétomidine-butorphanol diminuant significativement leur production lacrimale il est recommandable de traiter les chiens avec des substituts lacrimaux pour éviter la sécheresse oculaire.

Torsion de lobe pulmonaire chez 35 chiens et 4 chats

Kathryn L. Benavides, Elizabeth A. Rozanski, Trisha J. Oura (page 60)

Le but de cette étude est d'évaluer le taux de survie jusqu'à la sortie d'hôpital, chez des animaux ayant eu confirmation chirurgicale ou post-mortem de torsion de lobe pulmonaire (TLP), ainsi que d'évaluer la présence d'épanchement pleural, le lobe pulmonaire affecté et la taille des patients en tant que facteurs pronostics. Les dossiers médicaux de 35 chiens et 4 chats avec un diagnostic de TLP confirmé furent identifiés, comprenant 17 chiens de petite race, 18 chiens de grande race, 3 chats Européens et 1 Minskin. Les lobes pulmonaires affectés étaient le lobe moyen droit (n = 18), le lobe cranial gauche (n = 18), le lobe cranial droit (n = 2), le lobe caudal gauche (n = 1) et le lobe accessoire (n = 1). Deux animaux décédèrent avant chirurgie, et une thoracotomie fut pratiquées chez les 37 animaux restant. Tous les chiens de petites races et les chats survécurent à leur chirurgie; 12/18 des chiens de grande race survécurent, et le taux de survie global était de 87 %. La présence d'épanchement pleural et le lobe pulmonaire affecté n'avaient pas d'influence sur la probabilité de survie dans cette population. Le taux de survie au congé hospitalier semble excellent chez les chiens de petite taille et les chats diagnostiqués avec une torsion de lobe pulmonaire et il est bon pour les chiens de grande taille.

Effets d'une liste de contrôle chirurgicale sur la réduction des infections des incisions après l'enlèvement d'un corps étranger dans le tube digestif des chiens

Zoë A. Launcelott, Jonathan Lustgarten, Jed Sung, Sirrika Samuels, Spencer Davis, Garrett J. Davis (page 67)

Deux populations semblables de chiens ont été évaluées, soit d'une manière rétrospective ou prospective, pendant 2 semaines après la chirurgie pour l'enlèvement d'un corps étranger afin de déterminer l'impact d'une liste de contrôle chirurgicale sur le taux d'infection du site chirurgical. Les dossiers médicaux de 201 chirurgies pour des corps étrangers gastro-intestinaux ont été examinés afin de déterminer le taux d'infection du site chirurgical sans le recours à une liste de contrôle chirurgicale et 101 chirurgies consécutives pour l'enlèvement d'un corps étranger ont été réalisées en utilisation une liste chirurgicale. Le taux d'infection du site chirurgical a connu une baisse significative de 19,9 % à 11,9 % avec le recours à une liste de contrôle chirurgicale. Lors de la combinaison des cohortes, les prédicteurs ayant une signification statistique pour le développement d'une infection au site chirurgical après l'enlèvement d'un corps étranger dans le tube digestif incluaient notamment : une gastrotomie et une entérotomie combinée, une entérotomie et un traumatisme auto-infligé connu.

Tendances actuelles dans la gestion des traumatismes cérébraux canins : sondage sur Internet

Emma Kathryn Evans, Alberto L. Fernandez (page 73)

Cette étude a caractérisé les tendances dans la gestion des traumatismes cérébraux canins (TC) parmi 182 médecins vétérinaires pour petits animaux regroupés de la façon suivante : spécialistes agréés par un conseil dans un hôpital d'enseignement vétérinaire (BCS-VTH), spécialistes agréés en pratique privée (BCS-PP), non-spécialistes dans un hôpital d'enseignement vétérinaire (DVM-VTH) et non-spécialistes en pratique privée (DVM-PP). Les BCS-VTH, les BSC-PP et les DVM-VTH étaient plus à l'aise lors de l'utilisation de l'échelle de Glasgow modifiée (MGCS) que les DVM-PP (P < 0,001, P < 0,001 et P = 0,009, respectivement). Tous les répondants ont choisi les diagnostics suivants le plus fréquemment : valeur d'hématocrite/solides totaux (95,6 %), glycémie (96,7 %) et tension artérielle (95,0 %). Le groupe DVM-VTH a choisi les éléments suivants plus fréquemment que le groupe DVM-PP : tomodensitométrie (19,4 % contre 4,5 %; P = 0,027), gaz du sang veineux ou artériel (83,9 % contre 46,3 %; P < 0,001), électrocardiographie (71,0 % contre 44,8 %; P = 0,018), lactate (87,1 % contre 59,7 %; P = 0,009) et une brève échographie thoracique (87,1 % contre 62,7 %; P = 0,017). Le groupe BCS-PP a choisi la solution saline hypertonique plus fréquemment que le groupe DVM-PP (94,1 % contre 74,6 %; P = 0,005). Le groupe DVM-PP a choisi la thérapie corticostéroïde et une thérapie anti-convulsivante plus fréquemment que le groupe BCS-PP (10,4 % contre 0,0 %; P = 0,019; 73,1 % contre 43,1 %; P = 0,004, respectivement). Cette étude souligne la variabilité dans la gestion des TC canins.


Compte Rendu

Examen du syndrome de Horner chez les petits animaux

Danielle M. Zwueste, Bruce H. Grahn (page 81)

Le syndrome de Horner provient d'une dysfonction de la voie oculo-sympathique et est caractérisée par la miose, l'enophtalmie, la protrusion de la troisième paupière et la ptose. Elle a été reconnue chez une grande variété de races et d'âges chez les patients petits animaux. La voie oculo-sympathique est une voie à trois neurones. Le neurone central/de premier ordre provient de l'hypothalamus et s'étend vers le bas sur la colonne vertébrale. Le neurone préganglionnaire/de deuxième ordre provient des trois premiers segments thoraciques de la colonne vertébrale et se déplace dans le thorax et la région cervicale jusqu'à la synapse au ganglion cervical crânien. Le neurone postganglionnaire/de troisième ordre se déplace de ce ganglion jusqu'à l'orbite. L'application topique de cocaïne est le test de référence pour la différenciation du syndrome de Horner des autres causes de miose. La phényléphrine topique 1 % permet l'identification d'un syndrome de Horner postganglionnaire. Plusieurs étiologies ont été signalées pour le syndrome de Horner, mais la maladie idiopathique est la plus commune. Les diagnostics auxiliaires incluent l'examen otoscopique, des radiographies thoraciques ou une imagerie avancée. Le traitement et le pronostic sont déterminés par l'étiologie.


Communication Étudiante

Ventricule droit hypoplasique chez un chien

Alaina Macdonald (page 89)

Un chiot mâle de race croisée âgé de 7 semaines a été présenté en détresse respiratoire aiguë. Un diagnostic d'insuffisance cardiaque gauche et droite a été confirmé à l'examen post-mortem. Le cœur avait un ventricule droit gravement hypoplasique. L'hypoxémie et l'ischémie sont postulées comme le résultat de la décompensation cardiaque.


TEST ÉCLAIR

(page 17)


RUBRIQUES SPÉCIALES

LE MOT DE LA PRÉSIDENTE

Le rôle du Canada au sein de la médecine vétérinaire mondiale
Terri Chotowetz (page 7)

DÉONTOLOGIE VÉTÉRINAIRE

(page 13)

NOUVELLES

Heather Broughton, Isabelle Vallières
(page 19)

RAPPORT SPÉCIAL

Haemaphysalis longicornis: A tick of considerable veterinary importance, now established in North America
Yaima Burgher, Marika Koszegi, Valérie H. Joel Hutcheson, Shaun J. Dergousoff, L. Robbin Lindsay
(page 27)

GESTION D'UNE CLINIQUE VÉTÉRINAIRE

Le coût réel du crédit : dette étudiante et remboursement
Chris Doherty
(page 92)

OPHTALMOLOGIE DIAGNOSTIQUE

Marina L. Leis, Lynne S. Sandmeyer
(page 95)

DERMATOLOGIE VÉTÉRINAIRE

Canine otitis externa — Treatment and complications
Jangi Bajwa
(page 97)

COMPTE RENDU DE LIVRE

Exotic Animal Formulary, 5th edition
Daren Mandrusiak
(page 54)


ANNONCES

NOUVELLES DE L'INDUSTRIE

(page 80)

INDEX DES ANNONCEURS

(page 79)

PETITES ANNONCES

(page 100)