CVMA | Documents | Lupus
CVMA-ACMV

Lupus

Le 23 octobre 2012

Le nom complet du Lupus est Lupus érythémateux systémique ou LES. Cette maladie touche plusieurs espèces dont les chiens, les chats et les humains. Elle est classée comme un trouble auto-immunitaire, ce qui signifie que le corps identifie une partie de lui-même comme étant étrangère et qu’il l’attaque comme s’il s’agissait d’un envahisseur. Cela entraîne une grave réaction des tissus dans de nombreux systèmes corporels parce que, dans cette affection, le corps considère les composants du noyau, du cytoplasme et de la surface de la cellule comme des « étrangers ». En raison de cette réaction immunitaire généralisée envers soi-même, le système immunitaire s’active considérablement.

L’un des effets nocifs de la réaction du système immunitaire est l’accumulation de grappes de complexes de cellules d’anticorps que nous appelons complexes immuns. Bon nombre de ces derniers restent pris dans la microcirculation ou capillaires, particulièrement dans les reins, la peau et les articulations. Cette réaction entrave le fonctionnement normal des organes et les manifestations peuvent varier, dépendant de l’endroit où les tissus réagissent.

À l’extérieur, un propriétaire peut remarquer des signes généraux de malaise, comme l’abattement, des changements de comportement, une mobilité réduite ou une boiterie intermittente, une perte d’appétit et des lésions cutanées. Les lésions cutanées se trouvent souvent dans des marges entre la peau et les muqueuses.

La raison de l’acquisition du LES est souvent mal comprise, mais on croit que certaines infections virales et l’exposition à des médicaments peuvent déclencher cette maladie. L’hérédité peut également jouer un rôle dans la maladie.

Des analyses sanguines, comme le test d’anticorps nucléaire ou le test de lupus érythémateux (Le prep), sont requises pour confirmer la maladie et, fréquemment, d’autres procédures de diagnostic, comme une ponction de l’articulation, des radiographies, une biopsie et une analyse d’urine seront effectuées.

Le Lupus est une maladie imprévisible et on observe une réponse variée aux traitements. Une thérapie à long terme est nécessaire. Pour contrôler le système immunitaire, on a recours à des médicaments s’apparentant à la chimiothérapie. La gestion des problèmes secondaires, comme l’insuffisance rénale et l’arthrite, exige souvent des thérapies supplémentaires considérables, il s’agit donc d’une maladie qui n’est pas facile à contrôler et son pronostic n’est pas optimiste.

Ce trouble se manifeste d’abord par des symptômes très vagues qui rappellent au propriétaire que, si son animal familier présente des signes de maladie, une visite chez le vétérinaire est justifiée afin qu’un traitement précoce puisse être entrepris, car ces symptômes croissants et décroissants peuvent refléter une maladie de médecine interne plus grave, comme le lupus.