CVMA | Documents | Utilisation des animaux dans les sports et les compétitions - Énoncé de position
CVMA-ACMV

Utilisation des animaux dans les sports et les compétitions - Énoncé de position

Le 16 juillet 2019

L’ACMV a élaboré deux documents de position intitulés Utilisation des animaux dans les sports et les compétitions et Animaux dans les divertissements et le domaine des arts. Même s’il peut sembler de prime abord qu’il y a des recoupements entre la portée des deux documents, car les humains regardent les sports à des fins de divertissement, la différence essentielle est l’activité des animaux dans ces deux situations. Lorsque l’on considère les répercussions sur le bien-être animal d’une activité, ce sont les expériences et les actions des animaux qui comptent. Les risques pour le bien-être des animaux sont très différents lorsqu’ils sont utilisés pour les sports et la compétition et lorsqu’ils sont utilisés dans les divertissements et le domaine des arts. La position sur les divertissements vise par exemple à envisager les animaux qui se donnent en spectacle dans un cirque ou sur une scène de tournage. La position sur les sports et les compétitions traite des chiens qui participent à une course de traîneaux ou des chevaux sur une piste de course. Certaines activités, comme un rodéo ambulant, devront être examinées en tenant compte des deux énoncés de position. Les définitions de « divertissements » et de « sports et compétitions » ne sont pas incluses dans les énoncés de position car, il n’existe aucune définition qui fait l’unanimité dans la littérature.

Position

L’Association canadienne des médecins vétérinaires (ACMV) accepte l’utilisation non cruelle et éthique des animaux lors de compétitions et de sports. L’ACMV appuie vivement la mise en œuvre progressive de stratégies afin d’atténuer les risques associés aux soins et à la gestion des animaux utilisés dans les sports et les compétitions, de promouvoir la santé et le bien-être physique, social et psychologique de l’animal et de trouver des solutions de remplacement en vue de mettre fin à des torts et à des souffrances évitables.

Summary

  • La santé et le bien-être sont primordiaux en ce qui concerne l’utilisation des animaux dans les sports et les compétitions.
  • Tous les animaux utilisés dans les sports et les compétitions devraient bénéficier d’une surveillance et de soins vétérinaires appropriés prodigués par des médecins vétérinaires possédant de l’expérience adéquate.
  • L’ACMV exige que le bien-être à long terme des animaux soit envisagé avant leur acquisition pour utilisation dans les sports ou les compétitions, ce qui comprend un plan pour la retraite. Tous les efforts doivent être déployés pour trouver une nouvelle utilisation ou un nouveau foyer aux animaux qui ne sont plus aptes pour des événements sportifs ou compétitifs. L’euthanasie devrait être considérée comme une option seulement lorsqu’il y a des problèmes importants en lien avec le bien-être et les soins continus.
  • L’ACMV appuie vivement la recherche sur les répercussions liées à la santé et au bien-être de l’utilisation des animaux dans les sports et les compétitions y compris l’entraînement et le cycle de vie associé à l’utilisation.
  • L’ACMV préconise vivement la création et l’adoption constantes de normes et de politiques nationales pour le logement, la gestion, l’élevage, le dressage, le transport et la biosécurité des animaux utilisés dans les compétitions et les sports.
  • L’ACMV préconise vivement la formation continue afin d’assurer que des préposés qualifiés et bien informés s’occupent des animaux.

Contexte

  1. L’ACMV reconnaît que des préoccupations liées au bien-être peuvent découler de l’utilisation des animaux lors des sports et des compétitions, particulièrement lorsque les exigences physiques, sociales et comportementales ou la durée des exigences imposées aux animaux se situent en dehors des normes et des capacités de l’espèce ou de l’individu pour la performance et une récupération sans incident.
  1. Les animaux utilisés lors de sports et de compétitions s’exposent à un éventail de problèmes potentiels de bien-être liés à leur utilisation et ces problèmes ne se produiraient pas dans la même mesure s’ils n’étaient pas utilisés à cette fin. Ces problèmes peuvent survenir durant les épreuves, lors de l’entraînement pour ces épreuves et en raison de la gestion de l’animal entre les épreuves (1).
  2. Les réponses physiologiques et physiques à des activités physiques excessives peuvent prédisposer les animaux au stress thermique, à la déshydratation, à des dommages musculo-squelettiques et à la fatigue (2-4).
  3. Les activités qui se déroulent dans des conditions environnementales extrêmes peuvent aussi prédisposer les animaux à des problèmes de détresse et de santé (5,6).
  4. L’aptitude des animaux à la compétition (santé et capacité physique) est un facteur important afin d’éviter de développer des problèmes de bien-être.
  1. Les épreuves qui exigent que les animaux exécutent des tâches physiques nécessitant de l’agilité (7,8) et celles qui nécessitent des interventions physiques, chirurgicales ou chimiques afin d’améliorer la performance ou faciliter l’entraînement peuvent prédisposer les animaux à des blessures et à des souffrances. Ces interventions sont contraires à la santé et au bien-être de l’animal à moins qu’elles ne soient réalisées pour des besoins de thérapie ou de réadaptation avec une surveillance et des soins vétérinaires (9-12). Le risque de blessure, de souffrance, de maladie ou de détresse doit être atténué durant l’entraînement, les épreuves et la compétition (2,13) et on doit offrir des occasions qui permettent l’expression d’un comportement normal pendant les périodes de repos entre l’entraînement, les épreuves et les activités compétitives.
  2. Des ressources humaines adéquates doivent être présentes à chaque étape du développement et de l’utilisation des animaux de performance et ces ressources humaines doivent être formées afin de reconnaître et d’atténuer les problèmes liés au bien-être et d’intervenir le cas échéant.
  3. L’ACMV appuie vivement des pratiques de logement, d’élevage, d’entraînement et de performance qui favorisent et respectent les besoins physiques, nutritionnels, comportementaux et sociaux de l’animal particuliers à l’espèce et découragent l’utilisation d’animaux qui ne sont pas aptes pour les activités sportives compétitives en raison de l’âge, de l’espèce, de la race ou du tempérament.
  4. L’ACMV approuve l’utilisation d’équipement sportif pour animaux qui ne cause pas de tort (14), est en bon état de fonctionnement, est propice pour l’utilisation ciblée, est adapté à l’espèce et à la conformation de la race et respecte les exigences réglementaires.
  5. L’ACMV recommande que les animaux utilisés dans les sports et les compétitions soient accouplés, logés, nourris, conditionnés et entraînés ainsi que sélectionnés en considérant leur aptitude pour le sport et l’activité compétitive en question (15). Durant le cycle de vie de l’élevage jusqu’à la retraite, les animaux doivent bénéficier d’une supervision et des soins vétérinaires appropriés prodigués par des vétérinaires possédant l’expérience appropriée. Des normes de santé et de bien-être conformes aux codes de pratiques nationaux et de l’industrie devraient s’appliquer.
  6. Dans tous les endroits où des animaux sont logés, élevés, entraînés ou utilisés lors de sports ou de compétitions, le traitement sans cruauté et éthique doit avoir la primauté et les animaux doivent être manipulés et traités avec respect.
  1. Les méthodes d’entraînement devraient se fonder sur le renforcement positif, en insistant sur le comportement normal (16,17). L’adaptation, l’accoutumance et l’entraînement (y compris l’exposition à de nouvelles situations par la désensibilisation systématique) peuvent réduire le stress associé aux sports et à la compétition et favoriser des expériences agréables pour l’animal (18).
  1. Il est inacceptable d’avoir un recours abusif et non thérapeutique à des substances ou à des agents non nutritifs qui visent spécifiquement à altérer ou à améliorer l’entraînement ou la performance ou à des interventions qui altèrent la conformation, l’apparence ou la fonction des animaux utilisés lors de sports ou de compétitions et cette pratique devrait être interdite.
  1. Il est nécessaire de respecter les exigences concernant l’utilisation des substances, des suppléments nutritionnels et non nutritifs et d’autres composés et produits interdits afin de satisfaire aux règlements des associations et des agences réglementaires nationales et internationales (19-22). Cela permet des épreuves justes dans les sports et les compétitions et protège non seulement la santé et le bien-être des animaux de performance, mais aussi ceux de leurs gardiens et des partenaires humains de performance.
  1. On doit limiter les périodes d’entraînement, de performance et d’exposition aux activités sportives et compétitives à des durées qui favorisent une bonne santé physique et mentale. On doit donner aux animaux des occasions adéquates de se reposer ou, préférablement, les laisser déterminer eux-mêmes ces pauses afin d’assurer une récupération optimale de ces activités sportives ou compétitives qui sont exigeantes sur le plan physique et psychologique.
  1. L’ACMV exige que le bien-être à long terme des animaux soit envisagé avant leur acquisition pour utilisation dans les sports ou les compétitions, ce qui comprend un plan pour la retraite. On doit considérer l’aptitude des animaux très jeunes ou très vieux. Tous les efforts doivent être déployés soit pour trouver une nouvelle utilisation ou un nouveau foyer aux animaux qui ne sont plus considérés aptes pour des événements sportifs ou compétitifs en raison de leur état de santé, de leur âge ou de leur tempérament mais sont jugés en bonne santé. L’euthanasie devrait être considérée comme une option seulement lorsqu’il y a des problèmes importants en lien avec le bien-être ou les soins continus. L’euthanasie afin de gérer une situation où un animal ne peut plus performer à un niveau compétitif devrait seulement être employée lorsqu’il est impossible de dresser l’animal pour de nouvelles tâches, de lui trouver un nouveau foyer ou de le mettre à retraite. Le bien-être de l’animal a la primauté dans toutes les décisions.
  2. L’ACMV appuie vivement l’élaboration de critères liés à la santé et au bien-être des animaux qui sont conçus afin:

a. d’identifier les problèmes durant l’entraînement ou les activités sportives ou compétitives;

  1. de disqualifier ou de retirer les animaux inaptes avant ou durant les activités sportives ou compétitives;
  2. d’imposer des interdictions de durée ou une interdiction à vie ou la retraite des sports ou des compétitions pour les animaux (23-26).
  1. On encourage les organisations sportives (a) à tenir des dossiers sur les mortalités, les blessures et les problèmes de santé qui se présentent durant leurs activités sportives (durant les compétitions et l’entraînement) et de signaler ces instances à leurs organisations afin d’améliorer le bien-être et la sécurité des animaux; (b) de tenir des dossiers sur les substances utilisées; et (c) de travailler avec les conseillers vétérinaires afin d’atténuer les enjeux de bien-être qui surviennent (19,27-30).
  2. La conformité aux protocoles de contrôle des maladies infectieuses (prévention, logement, quarantaine, traitement, rétablissement et assurance de conformité) est essentielle lorsque des animaux individuels ou des populations se rencontrent durant des activités sportives et compétitives. Les protocoles de biosécurité doivent être respectés par les participants et les organisateurs de l’événement afin d’éviter ou de minimiser la propagation des maladies infectieuses.
  3. La conformité aux règlements nationaux et internationaux concernant le mouvement des animaux doit être intégrée dans les plans de gestion des activités sportives et compétitives et s’appliquer aux participants, aux organisateurs et aux associations des activités sportives et compétitives.
  4. L’ACMV préconise vivement l’élaboration et l’adoption constante de normes de bien-être conformes aux codes de pratiques nationaux pour le logement, l’entraînement, la gestion, l’élevage et le transport des animaux utilisés dans les sports ou les compétitions (17). On recommande un examen périodique externe par un tiers afin d’assurer le respect des normes de bien-être animal.

Bibliographie

  1. HORSEMAN, S.V., H. BULLER, S. MULLAN et H.R. WHAY. « Current welfare problems facing horses in Great Britain as identified by equine stakeholders », PLoS ONE, 2016, vol. 11, no 8, e0160269. Disponible au : http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0160269 Dernière consultation le 29 mai 2018.
  2. CLEGG, P.D. « Musculoskeletal disease and injury, now and in the future. Part 1: Fractures and fatalities », Equine Vet J, 2011, vol. 43, p. 643-649. Disponible au : http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.2042-3306.2011.00457.x/abstract Dernière consultation le 29 mai 2018.
  3. CLEGG, P.D. « Musculoskeletal disease and injury, now and in the future. Part 2: Tendon and ligament injuries », Equine Vet J, 2012, vol. 44, p. 371-375. Disponible au : http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.2042-3306.2012.00563.x/abstract Dernière consultation le 29 mai 2018.
  4. FRAZIER, D.L. « Who speaks for the horse--The sport of endurance riding and equine welfare », J Am Vet Medi Assoc, 2000, vol. 216, p. 1258-1261. Disponible au : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10767965 Dernière consultation le 29 mai 2018.
  5. DAVIS, M., K WILLIAMSON, E. MCKENZIE, C. ROYER, M. PAYTON et S. NELSON. « Effect of training and rest on respiratory mechanical properties in racing sled dogs », Med Sci Sports Exerc, 2005, vol. 37, p. 337-341. Disponible au : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15692332 Dernière consultation le 29 mai 2018.
  6. JEFFCOTT, L.B. et C.W. KOHN. « Contributions of equine exercise physiology research to the success of the 1996 Equestrian Olympic Games: A review », Equine Vet J Suppl, 1999, vol. 30, p. 347-355. Disponible au : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10659281 Dernière consultation le 29 mai 2018.
  7. BIRCH, E., J. BOYD, G. DOYLE et A. PULLEN. « The effects of altered distances between obstacles on the jump kinematics and apparent joint angulations of large agility dogs », Vet J, 2015, vol. 204, p. 174-178. Disponible au : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25841897 Dernière consultation le 29 mai 2018.
  8. PFAU, T., A. GARLAND DE RIVAZ, S. BRIGHTON et R. WELLER. « Kinetics of jump landing in agility dogs », Vet J, 2011, vol. 190, p. 278-283. Disponible au : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21093327 Dernière consultation le 29 mai 2018.
  9. EVANS, D. et P. MCGREEVY. « An Investigation of Racing Performance and Whip Use by Jockeys in Thoroughbred Races », PLoS ONE, 2011, vol. 6, no 1, e15622. Disponible au : http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0015622 Dernière consultation le 29 mai 2018.
  10. MCLEAN, A.N. et P.D. MCGREEVY. « Horse-training techniques that may defy the principles of learning theory and compromise welfare », J Vet Behav, 2010, vol. 5, p. 187-195. Disponible au : http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1558787810000626 Dernière consultation le 29 mai 2018.
  11. SOMA, L.R., C.E. UBOH et G.M. MAYLIN. « The use of phenylbutazone in the horse », J Vet Pharmacol Ther, 2012, vol. 35, p. 1-12. Disponible au : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21668837 Dernière consultation le 29 mai 2018.
  12. VAN HOOGMOED, L.M. et J.R. SNYDER. « Use of infrared thermography to detect injections and palmar digital neurectomy in horses », Vet J, 2002, vol. 164, p. 129-141. Disponible au : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12359467 Dernière consultation le 29 mai 2018.
  13. CAMPBELL, M.L.H. « When does use become abuse in equestrian sport? », Equine Veterinary Education, 2013a, vol. 25, p. 489-492. Disponible au : http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/eve.12087/abstract  Dernière consultation le 29 mai 2018.
  14. DYSON, S. et L. GREVE. « Saddles and girths: What is new? », Vet J, 2016, vol. 207, p. 73-79. Disponible au : http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1090023315002683 Dernière consultation le 29 mai 2018.
  15. BARTOLOMÉ, E. et M.S. COCKRAM. « Potential Effects of Stress on the Performance of Sport Horses », Journal of Equine Veterinary Science, 2016, vol. 40, p. 84-93. Disponible au : http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0737080615300721 Dernière consultation le 29 mai 2018.
  16. MCGREEVY, P.D. « The advent of equitation science », Vet J, 2007, vol. 174, p. 492-500. Disponible au : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17157542 Dernière consultation le 29 mai 2018.
  17. ROONEY, N.J. et S. COWAN. « Training methods and owner–dog interactions: Links with dog behaviour and learning ability », Appl Anim Behav Sci, 2011, vol. 132, p. 169-177. Disponible au : http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0168159111000876 Dernière consultation le 29 mai 2018.
  18. PASTORE, C., F. PIRRONE, F. BALZAROTTI, M. FAUSTINE, L. PIERANTONI et M. ALBERTINI. « Evaluation of physiological and behavioral stress-dependent parameters in agility dogs », J Vet Behav, 2011, vol. 6, p. 188-194. Disponible au : http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1558787811000037 Dernière consultation le 29 mai 2018.
  19. ATOCK, M.A. et R.B. WILLIAMS. « Welfare of competition horses », OIE Revue scientifique et technique, 1994, vol. 13, p. 217-232. Disponible au : https://www.oie.int/doc/ged/D8881.PDF Dernière consultation le 29 mai 2018.
  20. CANADA ÉQUESTRE. Règlements de Canada Équestre. Disponible au : https://www.equestrian.ca/programmes-services/reglements# Dernière consultation le 29 mai 2018.
  21. FÉDÉRATION ÉQUESTRE INTERNATIONALE (FEI). Disponible au : http://www.fei.org/ Dernière consultation le 29 mai 2018.
  22. TOUTAIN, P.L. « Veterinary Medicines and Competition Animals: The Question of Medication Versus Doping Control. » Handb Exp Pharmcol, 2010, vol. 199, p. 315-339. Disponible au : https://link.springer.com/chapter/10.1007/978-3-642-10324-7_13 Dernière consultation le 29 mai 2018.
  23. MUNSTERS, C.C.B.M., D.B. VAN, E. WELLING, R. VAN WEEREN, M.M. SLOET VAN OLDRUITENBORGH-OOSERBAAN. « A prospective study on a cohort of horses and ponies selected for participation in the European Eventing Championship: Reasons for withdrawal and predictive value of fitness tests. », BMC Vet Res, 2013, vol. 9, p.182. Disponible au : https://bmcvetres.biomedcentral.com/articles/10.1186/1746-6148-9-182 Dernière consultation le 29 mai 2018.
  24. NAGY, A., S.J. DYSON et J.K. MURRAY. « A veterinary review of endurance riding as an international competitive sport », Vet J, 2012, vol. 194, p. 288-293. Disponible au : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22819800 Dernière consultation le 29 mai 2018.
  25. NAGY, A., J.K. MURRAY et S.J. DYSON. « Horse-, rider-, venue- and environment-related risk factors for elimination from Fédération Equestre Internationale endurance rides due to lameness and metabolic reasons », Equine Vet J, 2014, vol. 46, p. 294-299. Disponible au : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24033509 Dernière consultation le 29 mai 2018.
  26. SLOET VAN OLDRUITENBORGH-OOSTERBAAN, M.M., W. GENZEL et P.R. VAN WEEREN. « A pilot study on factors influencing the career of Dutch sport horses », Equine Vet J Suppl, 2010, vol. 42, p. 28-32. Disponible au : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21058979 Dernière consultation le 29 mai 2018.
  27. CAMPBELL, M.L.H. « The role of veterinarians in equestrian sport: A comparative review of ethical issues surrounding human and equine sports medicine », Vet J, 2013b, vol. 197, p. 535-540. Disponible au : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23773811 Dernière consultation le 29 mai 2018.
  28. DENNIS, M.M., S.N. NELSON, G.H. CANTOR, D.A. MOSIER, J.E. BLAKE et R.J. BASARABA. « Assessment of necropsy findings in sled dogs that died during Iditarod Trail sled dog races: 23 cases (1994-2006) », J Am Vet Med Assoc, 2008, vol. 232, p. 564-573. Disponible au : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18279094 Dernière consultation le 29mai 2018.
  29. HILL, W.T. « Survey of injuries in Thoroughbreds at The New York Racing Association tracks », Clinical Techniques in Equine Practice; Lameness in Racehorses, 2003, vol. 2, p. 323-328. Disponible au : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1534751604000095 Dernière consultation le 29 mai 2018.
  30. WILLIAMS, R.B., L.S. HARKINS, C.J. HAMMOND et J.L. WOOD. « Racehorse injuries, clinical problems and fatalities recorded on British racecourses from flat racing and National Hunt racing during 1996, 1997 and 1998.», Equine Vet J, 2001, vol. 33, p. 478-486. Disponible au : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11558743 Dernière consultation le 29 mai 2018.
  31. ASSOCIATION CANADIENNE DES MÉDECINS VÉTÉRINAIRES. Énoncé de position sur l’euthanasie. Disponible au https://www.veterinairesaucanada.net/documents/euthanasie Dernière consultation le 11 juin 2019.

(Adopté en juin 2019)