CVMA | Documents | Élevage des chiens – Énoncé de position
CVMA-ACMV

Élevage des chiens – Énoncé de position

Le 25 mars 2019

Portée : Le présent exposé de position s’applique à l’accouplement de deux chiens, que la progéniture qui en résulte soit considérée comme un chien de race pure ou de race hybride. Il ne s’applique pas à l’accouplement d’un chien domestiqué à d’autres espèces canines. On peut trouver de plus amples renseignements à ce sujet dans le Code de pratiques recommandées aux chenils du Canada de l’ACMV (2018).
 

Position

L’Association canadienne des médecins vétérinaires (ACMV) appuie l’élevage des chiens seulement lorsque l’élevage est entrepris par des personnes qui se sont engagées à fournir un niveau élevé de soins à leurs chiens et à appuyer le bien-être physique et psychologique de leurs chiens.

De plus, l’ACMV appuie seulement l’élevage des chiens par ceux qui travaillent en vue de produire une progéniture qui est prédisposée à une bonne qualité de vie. Une bonne qualité de vie est une vie au cours de laquelle les chiens jouissent d’un bien-être physique, psychologique et social sans être atteints de maladies ni d’affections chroniques.

L’ACMV s’oppose à l’accouplement sélectif des chiens qui produit des changements de la fonction et de la conformation physique, de la couleur du pelage ou du tempérament qui sont potentiellement néfastes pour la santé ou la qualité de vie de la descendance.

Sommaire

  • Seuls les animaux présentant un bon tempérament et une constitution saine qui n’ont pas de problèmes de santé ni de troubles connus devraient être sélectionnés pour l’accouplement.
  • L’ACMV encourage les éleveurs à se renseigner sur les affections héréditaires documentées pour leur(s) race(s) et à se servir de tous les registres de races et tests de dépistage reconnus.
  • La profession vétérinaire est au courant que certains standards de conformation actuels reconnus pour certaines races suscitent des problèmes de santé inhérents.
  • L’ACMV encourage les clubs à réexaminer les standards des races dans le but d’insister sur le bien-être général du chien et non sur son apparence.
  • L’ACMV encourage la stérilisation des chiens qui ne possèdent pas un bon tempérament, une constitution saine ou qui ont des problèmes de santé ou d’autres troubles génétiques délétères connus.

Contexte

  1. L’élevage des chiens est une responsabilité sérieuse qui exige un engagement envers la formation continue ainsi que des disponibilités de temps et des ressources financières.
  2. Le but de l’accouplement de deux chiens devrait être de produire de la descendance qui est libre de maladies et a un tempérament qui permet de coexister avec des personnes et d’autres animaux sans conflit (1).
  3. Les éleveurs de chiens devraient posséder une compréhension approfondie de la santé et du bien-être des animaux et ils ont l’obligation de prodiguer un niveau de soins élevé à leurs chiens afin d’assurer leur bien-être physique et psychologique.
  4. Le bien-être physique et psychologique du géniteur [mâle] et de la génitrice [femelle] est essentiel pour la production de rejetons en santé. Il est important qu’un géniteur ou une génitrice soit en bonne santé générale et ait un tempérament qui est compatible à l’accouplement et à l’élevage d’une portée.
  5. La décision d’accoupler une paire de chiens doit absolument prendre en compte la santé et le tempérament de la progéniture. L’accouplement des chiens pourra intensifier les traits positifs et négatifs des parents chez leurs rejetons. Si des chiens ayant des problèmes semblables sont accouplés, ces traits pourront devenir plus apparents chez leurs petits et, en conséquence, ils pourraient ne pas être des candidats appropriés pour un programme d’élevage. Idéalement, seuls des animaux qui ont un bon tempérament et une constitution saine et qui ne présentent pas de problèmes de santé ou d’autres troubles devraient être choisis pour l’élevage (2). L’ACMV encourage la stérilisation des chiens qui ne possèdent pas un bon tempérament, n’ont pas une constitution saine ou présentent des problèmes de santé ou d’autres troubles génétiques délétères connus (3).
  6. Les chiots naissent avec certains traits de tempérament innés. La façon dont ces traits se manifesteront en tant que comportements sera déterminée par la génétique, les facteurs environnementaux, qui comprendront des expériences positives et négatives, ainsi que la socialisation avec les personnes et d’autres chiens (4).
  7. Il existe de nombreux tests pour l’évaluation du tempérament (5,6), mais très peu d’entre eux se sont avérés utiles pour la population des chiens de compagnie (7). Les évaluations validées, comme C-BARQ (8), peuvent être utiles pour l’éleveur afin de lui permettre de détecter des comportements problématiques et de retirer ces chiens des programmes d’élevage. Les traits de tempérament qui devraient être évalués incluent l’agressivité, l’excitabilité, la peur, l’anxiété et le caractère enjoué.
  8. La décision d’accoupler les chiens ayant une prédisposition génétique connue ou élevée pour des troubles héréditaires, comme la dysplasie de la hanche [arthrite de la hanche], l’atrophie progressive de la rétine [perte de la vue] et la cardiomyopathie [maladie cardiaque] est dommageable pour l’état de santé général de la race. Il existe aussi des préoccupations à propos de l’impact de l’élevage en consanguinité sur la diversité génétique, particulièrement chez les races qui ont un patrimoine génétique très restreint. La pratique de l’accouplement de proches parents peut accroître l’incidence de troubles génétiques chez les rejetons (9).
  9. L’ACMV encourage les éleveurs à se familiariser à propos des affections héréditaires documentées pour leur(s) race(s) (10,11) et à se servir de tous les registres de race (12,13) et tests de dépistage (14) reconnus pour ces affections afin de minimiser la probabilité de transmission des défauts génétiques.
  10. L’ACMV encourage la recherche sur les pratiques d’élevage qui visent à minimiser la transmission des troubles héréditaires chez les chiens.
  11. Les éleveurs doivent informer les propriétaires éventuels de chiens à propos des maladies héréditaires des races qu’ils élèvent et divulguer tous les tests génétiques pertinents disponibles, les tests disponibles réalisés par l’éleveur et tous les résultats pour le chiot ainsi que les chiots de la portée, le géniteur, la génitrice et les grands-parents.
  12. Les éleveurs doivent fournir une garantie de santé pour les chiens qu’ils vendent et sélectionner avec diligence les propriétaires afin d’assurer que les chiots iront dans des foyers appropriés.
  13. Les éleveurs doivent s’assurer qu’ils ont les moyens et les méthodes de répondre aux besoins et de fournir des soins médicaux aux chiots non vendus ainsi qu’aux chiens qui ne sont plus utilisés pour l’accouplement. De meilleures pratiques se trouvent dans le Code de pratiques recommandées aux chenils du Canada de l’ACMV (15).
  14. Les éleveurs doivent fournir des soins médicaux et des soins préventifs aux chiots avant l’âge d’adoption. Ils doivent aussi assurer un environnement enrichi et offrir des expériences de socialisation positives à leurs chiots. De meilleures pratiques se trouvent dans le Code de pratiques recommandées aux chenils du Canada de l’ACMV (15).
  15. La profession vétérinaire est consciente du fait que les standards de conformation actuels pour certaines races entraînent des problèmes de santé inhérents qui ont un impact négatif sur la qualité de vie. Citons en exemple : des problèmes respiratoires [respiration] et oculaires [yeux] marqués chez le Bouledogue, le Terrier de Boston et le Carlin en raison de l’apparence brachycéphale souhaitée [museau court] ; la dystocie fréquente [problèmes de mise bas] chez le Bouledogue en raison d’une poitrine et d’une tête de grosse taille ; un mauvais alignement des dents héréditaire chez plusieurs races (16) et les infections de la peau chez le Shar-Pei en raison des rides profondes de la peau. La profession vétérinaire est consciente que des couleurs de fourrure nouvelles et inhabituelles chez les chiens sont souvent associées à d’autres affections physiques néfastes (17-20). L’ACMV encourage un examen des standards de race par les clubs canins (21), dans le but d’insister sur le bien-être général du chien et non sur l’apparence du chien (22). L’ACMV conseille aussi aux associations de race de réviser les exigences de conformation qui peuvent avoir une incidence négative sur la qualité de vie du chien.
  16. La profession vétérinaire est consciente que certaines affections médicales se présentent à un taux anormalement élevé chez certaines races de chiens, mais elle n’en connaît pas la cause. Citons en exemple la formation de calculs vésicaux chez le Schnauzer miniature et le Lhasa Apso ; la maladie allergique cutanée chez le Bichon frisé et le West Highland White Terrier ; l’entropion [enroulement de la paupière vers l’intérieur] chez le Saint-Bernard et le Chow Chow ; et l’inflammation des oreilles chez l’Épagneul Cocker. L’ACMV encourage les éleveurs de chiens à investir dans la recherche et/ou à y participer afin d’aider à identifier les causes de certaines affections médicales ou psychologiques qui se présentent à un taux anormalement élevé chez leur race de chien.

Bibliographie

  1. Improving Breed Health. Disponible au : www.thekarltonindex.com/index/aim-karlton-index/ Dernière consultation le 29 septembre 2017.
  2. ADVISORY COUNCIL ON THE WELFARE ISSUES OF DOG BREEDING. Standard for Breeding Dogs. Disponible au : www.dogadvisorycouncil.com/resources/breeding-standard-final.pdf Dernière consultation le 29 septembre 2017.
  3. ACMV. Énoncé de position sur la stérilisation des chiens et des chats. 2012. Disponible au : https://www.veterinairesaucanada.net/documents/dog-and-cat-spay-castration Dernière consultation le 29 septembre 2017.
  4. WILSSON, E. « Nature and nurture—How different conditions affect the behavior of dogs », J Vet Behav, 2016, vol. 16, p. 45–52. Disponible au : http://www.journalvetbehavior.com/article/S1558-7878(16)30157-5 Dernière consultation le 29 septembre 2017.
  5. DUFFY, D.L. et J.A. SERPELL. « Predictive validity of a method for evaluating temperament in young guide and service dogs », Appl Anim Behav Sci, 2012, vol. 138, p. 99-109. Disponible au : http://www.appliedanimalbehaviour.com/article/S0168-1591(12)00043-3 Dernière consultation le 29 septembre 2017.
  6. VAN DEN BERG, L., S. VAN DEN BERG, H.C.M. HEUVEN, D.L. DUFFY et J.A. SERPELL. « Evaluation of the C-BARQ as a measure of stranger-directed aggression in three common dog breeds », Appl Anim Behav Sci, 2010, vol. 124, p. 136-141. Disponible au : https://doi.org/10.1016/j.applanim.2010.02.005 Dernière consultation le 29 septembre 2017.
  7. HENKMAN, J. Testing behaviour tests. Just how accurate are behavioural assessments? Disponible au : https://thebark.com/content/testing-behavior-tests Dernière consultation le 29 septembre 2017.
  8. Canine Behavioral Assessment & Research Questionnaire (C-BARQ), UNIVERSITY OF PENNSYLVANIA. Disponible au : https://vetapps.vet.upenn.edu/cbarq/  Dernière consultation le 29 septembre 2017.
  9. PEDERSEN, A. POOCH et H. LIU. « A genetic assessment of the English bulldog », Canine Genet Epidemiol, 2001, vol. 3, p. 6. Disponible au : https://cgejournal.biomedcentral.com/articles/10.1186/s40575-016-0036-y Dernière consultation le 29 septembre 2017.
  10. CROOK, A. et al. 2011. Canine Inherited Disorders Database. Disponible au : http://cidd.discoveryspace.ca/ Dernière consultation le 29 septembre 2017.
  11. SARGAN, D.R. Inherited diseases in dogs 2002-2011. Disponible au : https://www.vet.cam.ac.uk/idid/ Dernière consultation le 29 septembre 2017.
  12. ORTHOPEDIC FOUNDATION FOR ANIMALS. Disponible au : https://www.ofa.org/ Dernière consultation le 29 septembre 2017.
  13. COMPANION ANIMAL EYE REGISTRY. Disponible au : https://www.ofa.org/diseases/eye-certification Dernière consultation le 29 septembre 2017.
  14. UNIVERSITY OF CALIFORNIA AT DAVIS, VETERINARY GENETICS LABORATORY. Disponible au : www.vgl.ucdavis.edu/services/dog.php Dernière consultation le 29 septembre 2017.
  15. ACMV. Code de pratiques recommandées aux chenils du Canada 2018. Disponible au : https://www.veterinairesaucanada.net/documents/Code-of-Practice-for-Canadian-Kennel-Operations Dernière consultation le 30 octobre 2018.
  16. HALE, F. Why do I say stop Brachycephaism Now. Disponible au : http://www.toothvet.ca/PDFfiles/Stop_Brachy_2.pdf Dernière consultation le 29 septembre 2017.
  17. BAUER, B.S., L.S. SANDMEYER et B.H. GRAHN. « Diagnostic ophthalmology. Microphthalmos and multiple ocular anomalies (MOA) OU consistent with merle ocular dysgenesis (MOD) », Can Vet J, 2015, vol. 56, p. 767-768. Disponible au : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26130844 Dernière consultation le 29 septembre 2017.
  18. STRAIN, G.M., L. CLARK, J.M. WAHL et al. « Prevalence of deafness in dogs heterozygous or homozygous for the merle allele », J Vet Intern Med, 2009, vol. 23, p. 282-286. Disponible au : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19192156 Dernière consultation le 29 septembre 2017.
  19. CHEVILLE, N.F., R.C. CUTLIP et H.W. MOON. « Microscopic pathology of the gray collie syndrome. Cyclic neutropenia, amyloidosis, enteritis, and bone necrosis », Pathol Vet, 1970, vol. 7, p. 225-245. Disponible au : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/5534257/ Dernière consultation le 29 septembre 2017.
  20. KIM, J.H., K.I. KANG, H.J. SOHN et al. « Color-dilution alopecia in dogs », J Vet Sci, 2005, vol. 6, p. 259-261. Disponible au : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16131833 Dernière consultation le 29 septembre 2017.
  21. Standards de race du Club canin canadien. Disponible au : https://www.ckc.ca/fr/Files/Formulaires-du-CCC/Expositions-et-concours/Standards-de-race Dernière consultation le 29 septembre 2017.
  22. ACMV. Énoncé de position sur l’altération esthétique. 2014. Disponible au : https://www.veterinairesaucanada.net/documents/cosmetic-alteration Dernière consultation le 29 septembre 2017.
(Révisé en octobre 2018)