CVMA | Documents | Utilisation de médicaments en dérogation des directives de leur monographie en médecine vétérinaire – Énoncé de position
CVMA-ACMV

Utilisation de médicaments en dérogation des directives de leur monographie en médecine vétérinaire – Énoncé de position

Le 3 juin 2021

Position

L’Association canadienne des médecins vétérinaires (ACMV) soutient que l’utilisation de médicaments en dérogation des directives de leur monographie est une stratégie importante et légalement acceptable pour le traitement efficace des animaux seulement par un médecin vétérinaire agréé dans le cadre d’une relation vétérinaire-client-patient (RVCP) valide et seulement dans les cas où aucun produit ou médicament vétérinaire homologué n’est disponible ou approprié.  

 

Résumé

  • L’utilisation de médicaments en dérogation des directives de leur monographie chez les animaux ne devrait être envisagée par le médecin vétérinaire que dans le cadre d’une relation vétérinaire-client-patient valide conformément aux politiques et aux lignes directrices des autorités réglementaires concernées lorsque cette utilisation est étayée par de la documentation appropriée, des preuves à l’appui, et un raisonnement sensé d’après une cascade décisionnelle documentée.
  • Les médecins vétérinaires devraient consulter la base de données CgFARAD pour obtenir de l’information sur la prévention des résidus au besoin.
  • L’utilisation de médicaments en dérogation des directives de leur monographie devrait être envisagée dans le contexte de l’usage judicieux des antimicrobiens qui vise à réduire le plus possible l’émergence et la propagation de la résistance aux antimicrobiens.
  • Les médecins vétérinaires ne doivent pas utiliser chez les animaux destinés à la production d’aliments des médicaments (y compris dans un emploi non conforme aux directives de la monographie) dont l’usage chez ces animaux est interdit (13). 

Contexte

 

  1. En médecine vétérinaire, l’utilisation de médicaments en dérogation des directives de leur monographie (aussi appelée « emploi non conforme » ou « utilisation hors étiquette ») est définie comme l’administration aux animaux :

i. d’un produit pharmaceutique sur ordonnance ou en vente libre d’une manière qui n’est pas conforme à la monographie approuvée par Santé Canada ou au Recueil des notices sur les substances médicatrices publié par l’Agence canadienne d’inspection des aliments (1,2);

ii. de tout médicament homologué qui est utilisé d’une manière qui n’est pas explicitement stipulée dans la monographie approuvée en ce qui a trait aux indications, à la posologie, à la voie ou à la fréquence d’administration, à la durée du traitement ou à l’espèce cible (1,2);

iii. de tout médicament homologué pour l’usage chez l’humain mais pas pour l’usage vétérinaire (3);

iv. de toute préparation magistrale (y compris celles faites à partir d’ingrédients pharmaceutiques actifs) (4,5).

 

  1. Les médecins vétérinaires jouent un rôle crucial dans la santé et le bien-être des animaux et possèdent la formation professionnelle et continue, l’expérience et les connaissances réglementaires requises pour offrir les meilleurs conseils aux clients relativement aux exigences et aux responsabilités associées à l’utilisation de médicaments en dérogation des directives de leur monographie (6).
  2. Les médecins vétérinaires sont souvent confrontés à des cas pour lesquels il n’y a pas de médicaments homologués indiqués pour traiter la maladie diagnostiquée chez l’espèce animale à traiter, ou pour lesquels la posologie ou la fréquence d’administration approuvées se sont avérées inefficaces.
  3. L’utilisation de médicaments en dérogation des directives de leur monographie chez les animaux ne devrait être envisagée par le médecin vétérinaire que dans le cadre d’une relation vétérinaire-client-patient (RVCP) valide s’il dispose de données appuyant l’efficacité, la posologie et l’indication pour la maladie et l’espèce traitées. Les circonstances de l’utilisation de médicaments en dérogation des directives de leur monographie doivent être conformes aux politiques ou aux lignes directrices de l’autorité provinciale ou territoriale de réglementation vétérinaire concernée. Un outil décisionnel comme la cascade décisionnelle thérapeutique de l’ACMV est un bon modèle à suivre en ce qui concerne l’emploi des médicaments en dérogation des directives de leur monographie (7).
  4. L’ACMV appuie les efforts de Santé Canada et de l’industrie pharmaceutique visant à homologuer davantage de médicaments pour les espèces animales mineures/moins courantes (destinées ou non à la production d’aliments).
  5. Lorsqu’ils recommandent l’utilisation de médicaments en dérogation des directives de leur monographie pour des animaux destinés à la production d’aliments, les médecins vétérinaires devraient fournir aux propriétaires/producteurs les renseignements pertinents sur la posologie, la voie et la fréquence d’administration, la durée du traitement et la période de retrait afin d’éviter tout risque pour l’innocuité des aliments lié à la présence potentielle de résidus de médicaments. Les médecins vétérinaires devraient documenter l’utilisation de médicaments non conforme aux directives de leur monographie et avoir obtenu le « consentement éclairé » des propriétaires/producteurs après leur avoir expliqué les risques.
  6. Il est recommandé aux médecins vétérinaires de consulter la base de données CgFARAD pour obtenir de l’information sur la prévention des résidus lorsqu’ils prescrivent l’emploi non conforme d’un produit ayant un numéro d’identification de médicament (DIN) à un animal destiné à la production d’aliments (8). L’administration d’une préparation magistrale (préparée à partir d’un médicament ayant un DIN ou d’un ingrédient pharmaceutique actif) à un animal destiné à la production d’aliments peut enclencher la procédure « détenir et tester » au moment de l’abattage pour confirmer l’absence de résidus interdits.
  7. Au Canada, les antimicrobiens importants sur le plan médical ne peuvent être utilisés chez les animaux que sur prescription d’un médecin vétérinaire dans le cadre d’une RVCP valide (9,10). Certains antimicrobiens importants sur le plan médical prescrits par les médecins vétérinaires sont essentiels pour le traitement d’infections graves chez l’humain (antimicrobiens de catégorie I d’après la catégorisation de la Direction des médicaments vétérinaires, c’est-à-dire de très haute importance pour la santé humaine) (11). Les décisions relatives à l’administration aux animaux d’antimicrobiens importants sur le plan médical en dérogation des directives de leur monographie devraient toujours être prises en tenant compte des principes de l’utilisation judicieuse des antimicrobiens (10).
  8. Comme le stipule le document intitulé Surveillance vétérinaire de l’utilisation des antimicrobiens – Un cadre de travail pancanadien pour les normes professionnelles régissant les médecins vétérinaires produit en 2016 par l’ACMV et le Conseil canadien des registraires vétérinaires, « les médicaments ou les catégories de très grande importance en médecine humaine qui sont inscrits comme des antimicrobiens de catégorie I par Santé Canada ne devraient pas être utilisés en dérogation des directives de l’étiquette chez les animaux destinés à la chaîne alimentaire et devraient seulement être utilisés chez les autres animaux si toutes les autres possibilités ont été épuisées, s’il existe des résultats de culture et de sensibilité appuyant leur utilisation et s’il est déterminé que l’animal a une chance de survie raisonnable » (12).
  9.  Les médecins vétérinaires ne doivent pas utiliser chez les animaux destinés à la production d’aliments des médicaments (y compris dans un emploi non conforme aux directives de la monographie) dont l’usage chez ces animaux est interdit (13).

Références

  1. Santé Canada. Politique sur l’utilisation des médicaments en dérogation des directives de l’étiquette (UMDDE) chez les animaux destinés à l’alimentation. Disponible au : https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/medicaments-produits-sante/medicaments-veterinaires/utilisation-medicaments-derogation-directives-etiquette/politique-utilisation-medicaments-derogation-directives-etiquette-umdde-chez-animaux-destinesal-alimentation.html (dernière consultation en janvier 2021).
  2. Santé Canada. Utilisation des médicaments en dérogation des directives de l’étiquette (UMDDE). Disponible au : https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/medicaments-produits-sante/medicaments-veterinaires/utilisation-medicaments-derogation-directives-etiquette.html (dernière consultation en janvier 2021).
  3. Santé Canada. Médicaments vétérinaires. Disponible au : https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/medicaments-produits-sante/medicaments-veterinaires.html (dernière consultation en janvier 2021).
  4. Santé Canada. Surveillance de la qualité des ingrédients pharmaceutiques actifs à usage vétérinaire au Canada. Disponible au : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/resistance-aux-antibiotiques-antimicrobiens/animaux/surveillance-qualite-ingredients-pharmaceutiques-actifs-veterinaire.html (dernière consultation en janvier 2021).
  5. ACMV. Lignes directrices de l’Association canadienne des médecins vétérinaires sur la pratique légitime des préparations magistrales de médicaments (2006). Disponible pour les membres de l’ACMV seulement au : https://www.veterinairesaucanada.net/documents/lignes-directrices-de-ACMV-sur-la-pratique-legitime-des-preparations-magistrales-de-medicaments-2006 (dernière consultation en janvier 2021).
  6. ACMV. Lignes directrices de l’ACMV sur l’utilisation des antimicrobiens. Disponible pour les médecins vétérinaires canadiens au https://www.veterinairesaucanada.net/AMU-UAM (dernière consultation en janvier 2021).
  7. Association canadienne des médecins vétérinaires. La cascade décisionnelle thérapeutique pour la sécurité des animaux et du public. Disponible au : https://www.veterinairesaucanada.net/documents/la-cascade-decisionnelle-therapeutique (dernière consultation en janvier 2021).
  8. CgFARAD. Disponible au : https://cgfarad.usask.ca/language.php  (dernière consultation en janvier 2021).
  9. Santé Canada. Utilisation responsable des antimicrobiens importants sur le plan médical chez les animaux. Disponible au : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/resistance-aux-antibiotiques-antimicrobiens/animaux/actes/utilisation-responsable-antimicrobiens.html (dernière consultation en janvier 2021).
  10. ACMV. Utilisation judicieuse des antimicrobiens en médecine vétérinaire (énoncé de position) (2021). Disponible au: https://www.veterinairesaucanada.net/documents/antimicrobial-stewardship-in-veterinary-medicine. (dernière consultation en Juin 2021).
  11. Santé Canada. Catégorisation des médicaments antimicrobiens basée sur leur importance en médecine humaine (2009). Disponible au : https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/medicaments-produits-sante/medicaments-veterinaires/resistance-antimicrobiens/categorisation-medicaments-antimicrobiens-basee-leur-importance-medecine-humaine.html (dernière consultation en janvier 2021).
  12. ACMV. Surveillance vétérinaire de l’utilisation des antimicrobiens – Un cadre de travail pancanadien pour les normes professionnelles régissant les médecins vétérinaires. Disponible au : https://www.veterinairesaucanada.net/policy-advocacy/framework (dernière consultation en janvier 2021).
  13. Santé Canada, Direction des médicaments vétérinaires (DMV). Liste de médicaments interdits. Disponible au : https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/medicaments-produits-sante/medicaments-veterinaires/liste-medicament-interdit.html (dernière consultation en janvier 2021).

 

Énoncé de position révisé en février 2021