CVMA | Documents | Syndrome de Horner chez les chats
CVMA-ACMV

Syndrome de Horner chez les chats

Le 7 décembre 2012

Le syndrome de Horner est un trouble du système nerveux qui perturbe le fonctionnement d’un nerf et provoque des symptômes dans les yeux. Lorsqu’un chat est atteint du syndrome de Horner, la pupille rétrécit, les paupières supérieures s’affaissent et le globe oculaire est plus enfoncé dans l’orbite qu’à la normale. La troisième paupière est parfois visible et peut reposer partiellement sur l’œil. Ces symptômes se produisent généralement sur un côté mais peuvent être présents dans les deux yeux.

Il existe un éventail d’affections sous-jacentes qui peuvent entraîner un trouble nerveux ou syndrome de Horner chez les chats. Des signes semblables au syndrome de Horner peuvent se produire s’il y a un problème le long des tractus nerveux entre le cerveau et l’œil. La voie part du cerveau, passe par le tronc cérébral, la colonne vertébrale, le long du thorax (poitrine), puis par l’oreille et le long des ramifications du nerf crânien V. La voie affectée est appelée sympathique. Le mot n’a pas la même signification que celle qu’on lui connaît habituellement mais évoque plutôt une partie du système nerveux autonome du corps.

La maladie de Horner n’est pas mortelle et se résorbera souvent sans traitement. Chez les chats, presque la moitié des cas du syndrome de Horner n’ont aucune cause identifiable manifeste (idiopathique). Dans ces cas, sans une cause particulière à traiter, le rétablissement peut durer 16 semaines ou plus. Certains chats ne se normalisent jamais. Si la cause sous-jacente de la maladie de Horner est diagnostiquée, un traitement adapté à cette cause sera administré.

Voici quelques exemples d’affections associées à la maladie de Horner :

  • Inflammation, infection des tissus nerveux ou de l’oreille moyenne
  • Traumatismes
  • Tumeurs de la colonne vertébrale, du tronc cérébral ou des nerfs