CVMA | Documents | Abattage sans cruauté des animaux de ferme - Énoncé de position
CVMA-ACMV

Abattage sans cruauté des animaux de ferme - Énoncé de position

Le 13 janvier 2021

Préambule

L’Association canadienne des médecins vétérinaires estime que l’abattage d’animaux à des fins alimentaires comporte un risque élevé de compromis sur le bien-être animal. Dans le contexte de cet énoncé de position se trouvent des recommandations que l’ACMV souhaiterait que tous les intervenants adoptent afin d’améliorer le bien-être des animaux pendant le processus d’abattage.

Position

L’Association canadienne des médecins vétérinaires (ACMV) soutient que, lorsque des animaux de ferme sont abattus à des fins alimentaires, les méthodes employées doivent réduire le plus possible la peur, la douleur, la détresse et la souffrance, et provoquer une mort immédiate ou une perte rapide de conscience qui persiste jusqu’au moment de la mort. L’ACMV est d’avis qu’un étourdissement efficace avant l’abattage devrait toujours être utilisé. L’ACMV estime que tous les intervenants ont la responsabilité de réduire les souffrances associées à l’abattage sans étourdissement.

Sommaire

  • L’ensemble des exploitants d’abattoirs et des personnes participant à l’abattage d’animaux à des fins alimentaires au Canada sont responsables de veiller à ce que les animaux soient traités sans cruauté et avec respect, et de réduire le risque de détresse tout au long du processus, à partir du retrait des aliments et de l’eau et pendant le chargement, le transport et la manipulation jusqu’à l’abattage.
  • L’abattage d’animaux présente des risques pour la santé et la sécurité des travailleurs, y compris des risques physiques et psychologiques (stress post-traumatique et désensibilisation). Ces risques peuvent rendre plus difficile l’optimisation du traitement sans cruauté des animaux pendant le processus d’abattage.
  • Il n’existe actuellement aucune loi qui permet d’appliquer de façon uniforme les normes de bien-être animal à tous les abattages effectués au Canada.
  • Le Règlement sur la salubrité des aliments au Canada (RSAC) exige que tous les animaux abattus doivent d’abord être rendus inconscients, sauf pour l’abattage « rituel » (abattage religieux judaïque ou islamique).
  • La disposition 144 du RSAC permet une dérogation au processus d’étourdissement avant l’abattage rituel.
  • L’abattage par exsanguination sans étourdissement préalable s’associe à un risque accru de souffrance.

Contexte

1. L’ensemble des exploitants d’abattoirs et des personnes participant à l’abattage d’animaux à des fins alimentaires au Canada sont responsables de veiller à ce que les animaux soient traités sans cruauté et avec respect, et de réduire le risque de détresse tout au long du processus, à partir du retrait des aliments et de l’eau et pendant le chargement, le transport et la manipulation jusqu’à l’abattage.
 
2. L’ACMV estime que les exploitants d’abattoirs doivent s’engager à optimiser le bien-être des animaux en formant efficacement leur personnel, en surveillant les processus, en corrigeant tout problème pouvant avoir une incidence sur le bien-être des animaux et en s’efforçant constamment d’apporter des améliorations au transport, à la manipulation, à l’étourdissement et à l’abattage des animaux destinés à l’alimentation.
 
3. Les exploitants d’abattoirs doivent être conscients que l’abattage d’animaux présente des risques pour la santé et la sécurité des travailleurs, y compris des risques physiques et psychologiques (stress post-traumatique et désensibilisation). Ces risques peuvent rendre plus difficile l’optimisation du traitement sans cruauté des animaux pendant le processus d’abattage (1,2). Les exploitants devraient mettre en œuvre des programmes appropriés de santé et de sécurité au travail conçus pour atténuer ces risques. 
 
4. Il n’existe actuellement aucune loi qui permet d’appliquer de façon uniforme les normes de bien-être animal à tous les abattages effectués au Canada (3). L’abattage de mammifères et d’oiseaux pour le commerce interprovincial ou l’exportation est réglementé par le gouvernement fédéral (4), tandis que l’abattage d’animaux pour le commerce intraprovincial est soumis à une réglementation qui varie selon la province.
 
5. Le bien-être des poissons d’élevage à l’abattage ne reçoit pas autant d’attention que l’abattage des mammifères et des oiseaux (5), mais le présent énoncé de position s’applique aussi à l’abattage des poissons d’élevage dans la mesure où un étourdissement efficace avant l’abattage devrait être utilisé (6).
 
6. L’ACMV encourage des processus d’abattage uniformes et acceptables dans tout le pays et recommande que l’industrie de l’abattage se joigne à d’autres secteurs de la chaîne de production alimentaire pour élaborer et adopter un code de pratiques précisant les normes de bien-être animal requises et recommandées pour l’abattage sous réglementation fédérale et provinciale (7,8).
 
7. L’ACMV recommande que les autorités provinciales mettent en place ou révisent la réglementation sur l’abattage des animaux :
 
a. pour qu’il y ait une surveillance réglementaire complète des normes de bien-être animal relativement à l’abattage des animaux (couvrant notamment le transport, la réception et la manipulation des animaux), peu importe où l’abattage a lieu, y compris la participation de médecins vétérinaires à la mise en œuvre de la réglementation provinciale sur l’abattage; 
b. qui édicte des exigences similaires à celles contenues dans le Règlement sur la salubrité des aliments au Canada pour les établissements d’abattage sous réglementation provinciale qui obligeraient les exploitants à élaborer et à mettre en œuvre des procédures complètes en lien avec le bien-être animal dans leurs abattoirs (4,9).
 
8. L’ACMV soutient l’engagement continu des parties prenantes pour améliorer les pratiques de manipulation et d’abattage (8) ainsi que la recherche et le développement sur le bien-être animal dans le contexte de l’abattage financés par l’industrie et le secteur public. 
 
9. L’ACMV craint que le personnel d’inspection ne soit pas toujours en mesure d’appliquer les règlements sur le bien-être des animaux dans les abattoirs sous réglementation provinciale et fédérale de manière efficace et uniforme. 
Le personnel d’inspection devrait :
  • être formé adéquatement (à la fois sur les aspects théoriques et pratiques du bien-être des animaux, de l’abattage et de l’application des lois) et sa formation devrait être actualisée de façon continue;
  • être encadré, en particulier dans les endroits éloignés où le personnel travaille seul;
  • assister aux réunions de groupe pour participer aux discussions et être au courant des mises à jour;
  • être encouragé à discuter des questions de bien-être animal dans une atmosphère non menaçante; 
  • être supervisé et appuyé adéquatement par le régulateur; 
  • tenir des registres des conditions de bien-être des animaux et de l’efficacité des procédures d’exploitation de l’établissement;
  • être encouragé à arrêter immédiatement toute activité ou procédure cruelle et causant une douleur ou une détresse inutile.
10. L’ACMV exhorte les autorités fédérales et provinciales à accroître la transparence et la communication de l’information sur le bien-être des animaux lors de l’abattage en publiant des renseignements anonymisés sur les méthodes d’abattage utilisées, les activités d’inspection et d’application de la réglementation, et des enquêtes annuelles sur la conformité aux normes de bien-être animal dans les établissements réglementés (10).
 
11. L’ACMV encourage les exploitants d’abattoirs à recourir à la vidéosurveillance et à l’inspection des animaux par une tierce partie indépendante pendant le déchargement, les manipulations, l’attente et l’abattage (11).
 
12. Le Règlement sur la salubrité des aliments au Canada exige que, sauf dans les cas d’abattage « rituel » (abattage religieux judaïque ou islamique), tous les animaux abattus doivent d’abord être rendus inconscients en utilisant une méthode d’étourdissement approuvée qui provoque une perte immédiate ou rapide de conscience devant être maintenue jusqu’à la mort de l’animal (4). Diverses méthodes mécaniques (comme l’utilisation d’un pistolet percuteur à tige captive), électriques et gazeuses sont utilisées pour étourdir les animaux avant qu’ils ne soient tués (abattus) par exsanguination (perte de sang qui résulte du sectionnement des vaisseaux sanguins du cou) (12). 
 
13. Conformément à la Charte canadienne des droits et libertés (13), la disposition 144 du Règlement sur la salubrité des aliments au Canada permet une dérogation au processus d’étourdissement préalable à l’abattage pour l’abattage rituel; cependant, dans ces cas, il faut immobiliser l’animal, lui asséner « un coup de couteau continu et fluide, sans retirer le couteau, entraînant ainsi le sectionnement rapide, complet et simultané des veines jugulaires et des artères carotides de façon à causer la saignée immédiate de l’animal », et le saigner « rapidement et complètement pour le rendre inconscient de façon à ce qu’il ne redevienne pas conscient avant sa mort » (4). 
 
14. Les directives de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) concernant l’abattage rituel recommandent que « l’étourdissement de routine, que ce soit avant ou immédiatement après l’incision, devrait être encouragé autant que possible pour l’abattage rituel. L’étourdissement, lorsqu’il est pratiqué régulièrement pour l’abattage rituel, doit être effectué conformément à la réglementation et aux politiques concernant les exigences en matière d’étourdissement et les meilleures pratiques en tout temps » (14).
 
15. Les principaux problèmes liés au bien-être animal associés à l’exsanguination sans étourdissement préalable sont : 
 
a) le stress accru dû aux manipulations et à la contention particulières requises pour immobiliser le cou de l’animal pour l’exsanguination;
b) la douleur pendant et/ou immédiatement après l’incision du cou;
c) le risque de souffrance lié à l’aspiration de sang dans les voies respiratoires;
d) le délai avant que l’animal perde conscience après l’exsanguination (15-19).
 
16. Certains abattages halal sont effectués avec étourdissement avant ou après l’exsanguination. Cependant, les spécifications de l’abattage halal peuvent imposer des restrictions pouvant affecter l’efficacité de l’étourdissement (20). Les méthodes utilisées comprennent les suivantes :
 
a) Étourdissement non pénétrant au pistolet percuteur à tige captive après l’incision dans la partie ventrale du cou. Cette méthode peut être efficace dans certains cas (21). Toutefois, elle n’est pas aussi fiable que l’étourdissement pénétrant au pistolet percuteur à tige captive, et elle est plus efficace si elle provoque des fractures du crâne (22).
b) Étourdissement avant l’abattage pénétrant ou non pénétrant au pistolet percuteur à tige captive. Cette méthode permet au cœur de continuer à battre pendant plusieurs minutes.
c) Étourdissement électrique réversible avant l’abattage. Cette méthode n’utilise pas nécessairement le courant et/ou la fréquence les plus efficaces pour induire une perte de conscience (23).
d) Étourdissement gazeux des volailles avant l’abattage.
 
17. Tous les intervenants ont la responsabilité de s’efforcer de réduire les souffrances associées à l’abattage sans étourdissement :
 
a) en encourageant le recours à l’étourdissement avant l’abattage, ou si l’abattage sans étourdissement préalable est une exigence, en veillant à ce que l’étourdissement se produise immédiatement après le sectionnement des vaisseaux sanguins du cou; 
b) en modifiant et en harmonisant les réglementations et les pratiques d’abattage actuelles pour :
i. exiger que la personne qui procède à l’abattage sans étourdissement obtienne une licence à cet effet qui nécessite une formation, l’utilisation d’équipement spécifié et inspecté, et des évaluations régulières des compétences par les autorités réglementaires fédérales ou provinciales;
ii. exiger des exploitants d’abattoirs où sont effectués des abattages sans étourdissement préalable qu’ils limitent ce type d’abattage à un nombre précisé d’animaux afin de respecter les exigences contractuelles vérifiées du marché pour cette méthode d’abattage;
iii. exiger que toute la viande d’animaux abattus sans étourdissement préalable soit étiquetée de façon à indiquer la méthode d’abattage utilisée (24,25).

Bibliographie

  1. Fitzgerald AJ. A social history of the slaughterhouse: From inception to contemporary implications. Human Ecol Rev 2010;17(1):58-69. Disponible au : https://www.humanecologyreview.org/pastissues/her171/Fitzgerald.pdf (dernière consultation le 3 juillet 2020).
  2. Baran B, Rogelberg S, Clausen T. Routinized killing of animals: Going beyond dirty work and prestige to understand the well-being of slaughterhouse workers. Organization 2016;23:351-369. Disponible au : https://doi.org/10.1177/1350508416629456 (dernière consultation le 3 juillet 2020).
  3. Fraser D, Koralesky KE, Urton G. Toward a harmonized approach to animal welfare law in Canada. Canadian Veterinary Journal 2018;59(3):293-302. Disponible au :  https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5819020/ (dernière consultation le 3 juillet 2020).
  4. Gouvernement du Canada. Règlement sur la salubrité des aliments au Canada (DORS/2018-108). Disponible au : https://laws-lois.justice.gc.ca/fra/reglements/DORS-2018-108/TexteComplet.html (dernière consultation le 3 juillet 2020).
  5. Lines JA, Spence J. Humane harvesting and slaughter of farmed fish. Rev Sci Tech 2014;33:255-264. Disponible au : https://doc.oie.int/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=31762 (dernière consultation le 5 janvier 2021).
  6. Robb D, Wotton SB, McKinstry JL, Sørensen NK, Kestin SC. Commercial slaughter methods used on Atlantic salmon: Determination of the onset of brain failure by electroencephalography. Vet Rec 2000;147:298-303.
  7. National Farmed Animal Health and Welfare Council. A National Farm Animal Welfare System for Canada – 2019. Disponible au : http://www.ahwcouncil.ca/pdfs/animal-welfare-system/NFAHW%20Council_Recommendation_National%20Farm%20Animal%20Welfare%20System%20for%20Canada_2019.pdf (dernière consultation le 3 juillet 2020).
  8. National Farmed Animal Care Council. Codes of Practice for the care and handling of farm animals. 2020. Disponible au : https://www.nfacc.ca/codes-of-practice (dernière consultation le 3 juillet 2020).
  9. Whiting TL. Policing farm animal welfare in federated nations: The problem of dual federalism in Canada and the USA. Animals 2013;3(4):1086-1122. Disponible au : https://doaj.org/article/368c8958f083462ab1ca2a4b666b144c (dernière consultation le 3 juillet 2020).
  10. Blokhuis HJ, Jones RB, Geers R, Miele M, Veissier I. Measuring and monitoring animal welfare: Transparency in the food product quality chain. Animal Welfare 2003;12(4):445-455. Disponible au : https://www.ingentaconnect.com/content/ufaw/aw/2003/00000012/00000004/art00003 (dernière consultation le 3 juillet 2020).
  11. Grandin T. Auditing animal welfare and making practical improvements in beef-, pork- and sheep-slaughter plants. Animal Welfare 2012;21(S2):29-34. Disponible au : https://www.researchgate.net/publication/263077639_Auditing_animal_welfare_and_making_practical_improvements_in_beef-_pork-_and_sheep-slaughter_plants (dernière consultation le 3 juillet 2020).
  12. Agence canadienne d’inspection des aliments. Étourdissement mécanique, électrique ou au gaz; méthodes d’abattage et de surveillance de l’état de conscience ou d’inconscience. 2019a. Disponible au : https://www.inspection.gc.ca/salubrite-alimentaire-pour-l-industrie/exigences-et-documents-d-orientation-relatives-a-c/produits-de-viande-et-animaux-pour-alimentation-hu/methodes-d-abattage-et-de-surveillance/fra/1539372028443/1539372028884?chap=0 (dernière consultation le 3 juillet 2020).
  13. Gouvernement du Canada. Guide sur la Charte canadienne des droits et libertés. 2019. Disponible au : https://www.canada.ca/fr/patrimoine-canadien/services/comment-droits-proteges/guide-charte-canadienne-droits-libertes.html (dernière consultation le 3 juillet 2020).
  14. Agence canadienne d’inspection des aliments. Lignes directrices de l’abattage rituel des animaux pour alimentation humaine sans étourdissement préalable. 2019b. Disponible au : https://www.inspection.gc.ca/salubrite-alimentaire-pour-l-industrie/exigences-et-documents-d-orientation-relatives-a-c/produits-de-viande-et-animaux-pour-alimentation-hu/lignes-directrices-de-l-abattage-rituel-des-animau/fra/1542387114106/1542388400893 (dernière consultation le 3 juillet 2020).
  15. Gibson TJ, Johnson CB, Murrell JC, Chambers JP, Stafford KJ, Mellor DJ. Components of electroencephalographic responses to slaughter in halothane – anaesthetized calves: effects of cutting neck tissues compared with major blood vessels. N Z Vet J 2009;57(2):84-89. Disponible au : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/19471326/ (dernière consultation le 3 juillet 2020).
  16. Gibson TJ, Johnson CB, Murrell JC, Hulls CM, Mitchinson SL, Stafford KJ, Johnstone AC, Mellor DJ. Electroencephalographic responses of halothane – anaesthetized calves to slaughter by ventral-neck incision without prior stunning. N Z Vet J 2009;57(2):77-83. Disponible au : https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/00480169.2009.36882 (dernière consultation le 3 juillet 2020).
  17. Gregory NG, von Wenzlawowicz M, von Holleben K. Blood in the respiratory tract during slaughter with and without stunning in cattle. Meat Sci 2009;82(1):13-16. Disponible au : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/20416612/ (dernière consultation le 3 juillet 2020).
  18. Gregory NG, Fielding HR, von Wenzlawowicz M, von Holleben K. Time to collapse following slaughter without stunning in cattle. Meat Sci 2010;85:66-69. Disponible au : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/20374866/ (dernière consultation le 3 juillet 2020).
  19. Gregory NG, von Wenzlawowicz M, von Holleben K, Fielding HR, Gibson TJ, Mirabito L, Kolesar R. Complications during shechita and halal slaughter without stunning in cattle. Animal Welfare 2012;21:81-86. Disponible au : https://www.researchgate.net/publication/263077641_Complications_during_shechita_and_halal_slaughter_without_stunning_in_cattle (dernière consultation le 3 juillet 2020).
  20. Fuseini A, Wotton SB, Hadley PJ, Knowles TG. The perception and acceptability of pre-slaughter and post-slaughter stunning for Halal production: The views of UK Islamic scholars and Halal consumers. Meat Sci 2017;123:143-150. Disponible au : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/27716560/ (dernière consultation le 3 juillet 2020).
  21. Gibson TJ, Johnson CB, Murrell JC, Mitchinson SL, Stafford KJ, Mellor DJ. Amelioration of electroencephalographic responses to slaughter by non-penetrative captive-bolt stunning after ventral-neck incision in halothane-anaesthetized calves. N Z Vet J 2009;57:96-101. Disponible au : https://www.researchgate.net/publication/26242751_Amelioration_of_electroencephalographic_responses_to_slaughter_by_non-penetrative_captive-bolt_stunning_after_ventral-neck_incision_in_halothane-anaesthetised_calves (dernière consultation le 3 juillet 2020).
  22. Grandin T. Recommended captive bolt stunning techniques for cattle. 2020. Disponible au : https://www.grandin.com/humane/cap.bolt.tips.html. (dernière consultation le 3 juillet 2020).
  23. Sabow AB, Nakyinsige K, Adeyemi KD, et al. High frequency pre-slaughter electrical stunning in ruminants and poultry for halal meat production: A review. Livestock Science 2017;202:124-134. Disponible au : https://www.researchgate.net/publication/317131583_High_frequency_pre-slaughter_electrical_stunning_in_ruminants_and_poultry_for_halal_meat_production_A_review (dernière consultation le 3 juillet 2020).
  24. British Veterinary Association. BVA policy position on non-stun slaughter. Disponible au : https://www.bva.co.uk/media/1174/bva-policy-position-on-non-stun-slaughter-24519.pdf (dernière consultation le 3 juillet 2020).
  25. Zoethout CM. Ritual slaughter and the freedom of religion: some reflections on a stunning matter. Human Rights Quarterly 2013;35:651-672. Disponible au : https://www.jstor.org/stable/24518077 (dernière consultation le 3 juillet 2020).

 

(Énoncé révisé en octobre 2020)