CVMA | Documents | La RCR peut sauver la vie d’un animal de compagnie
CVMA-ACMV

La RCR peut sauver la vie d’un animal de compagnie

Le 2 décembre 2014

Si vous avez confirmé que votre animal de compagnie n’a plus de battements cardiaques, qu’il ne réagit plus ou que le rythme normal de la respiration a cessé et que les gencives sont de couleur gris bleu cendré, demandez à quelqu’un d’appeler votre vétérinaire ou la clinique vétérinaire d’urgence locale pour obtenir des secours pendant que vous entamez les efforts de premiers soins. Dans la mort, lorsque vous touchez doucement la surface de l’œil où il est clair, il n’y a pas de réflexe de clignement.

La réanimation cardiorespiratoire, ou RCR, peut être utilisée pour traiter un animal qui a cessé de respirer et n’a plus de battements cardiaques. Elle n’est pas utile pour un évanouissement ou une absence de réaction provoquée par d’autres causes comme un coma hypoglycémique. Le maintien des fonctions vitales de base est la réponse appropriée pour un arrêt cardiorespiratoire. Une réanimation de base peut se diviser en trois étapes, qui s’appellent l’ABC de la RCR : voies respiratoires, respiration et circulation.

A

L’étape de base numéro un de la RCR a pour but de confirmer que les voies respiratoires sont libres. Comment? La première étape consiste à ouvrir la gueule, à tirer la langue et à examiner la gorge. Ne procédez pas à cette vérification s’il y a une respiration agonique, car la gueule peut se refermer avec force et blesser vos doigts. La respiration agonique est un effort d’inspiration profonde et lente qui peut se produire au moment de la mort ou quelques minutes après. Chez les races de chiens à long museau, on peut devoir utiliser une petite lampe de poche pour voir la gorge. Servez-vous de votre doigt pour repérer et enlever tout corps étranger de la gorge. 

La respiration de l’animal de compagnie nécessite la réanimation de bouche à nez (museau). Comment? Afin de protéger vos doigts au cas où l’animal commence à s’éveiller durant l’examen, ne les placez jamais dans la trajectoire des grandes dents. Si l’animal reprend conscience, il ne faut pas non plus mettre les doigts dans la gueule parce que l’animal pourra mordre avec force par réflexe.  
Pour les animaux de taille moyenne à grande, vous pouvez sceller la gueule en tenant le museau fermé avec vos mains, ce qui permet ainsi de faire la réanimation de bouche à nez. Pour les chats et les très petits chiens, votre bouche scellera tout le museau de l’animal lorsque vous effectuerez la RCR. 

Vous pouvez commencer la réanimation en plaçant votre bouche sur le museau de l’animal et en insufflant directement dans les narines.  Il ne faut pas insuffler trop d’air dans la poitrine, car cela peut endommager les poumons. Après quatre ou cinq insufflations rapides, il faut vérifier la respiration de nouveau et, si la respiration spontanée n’a pas repris, il faut commencer des cycles de réanimation de deux minutes chacun. S’il n’y a pas d’équipement disponible, il faut alterner 30 compressions de poitrine avec deux insufflations rapides et les personnes devraient se relayer pour faire une rotation toutes les deux minutes pour la fatigue lors des compressions de poitrine (voir partie 7, RECOVER 2012 pour des photos). Vérifiez pour un retour de la respiration et du pouls durant le changement de cycle. Si l’animal ne commence pas à respirer après 15 minutes, il sera probablement impossible de le réanimer.

Pour vérifier s’il y a suffisamment d’air qui est fourni (ou trop), observez le mouvement de la poitrine tandis que vous faites des insufflations. La poitrine devrait monter et descendre comme si une grande respiration profonde se produisait. Si la poitrine monte très haut, vous insufflez trop d’air dans les poumons, et un souffle moins vigoureux devrait être utilisé. Si la poitrine ne bouge pas du tout, il est fort possible qu’il y ait un blocage au niveau de la trachée.

C

Cardiovasculaire (circulation, cœur et vaisseaux sanguins). Comment? Pour les petits chiens, l’animal devrait se trouver sur son côté droit. La paume d’une main devrait être placée sur la cage thoracique au point le coude toucherait la poitrine si le chien était couché sur le ventre, avec les pattes avant pliées sur le côté, tandis que l’autre main est placée sous la poitrine droite située à l’opposé. 

On devrait effectuer de 100 à 120 compressions par minute, en laissant le temps à la poitrine de remonter entre les applications de pression. S’il y a deux personnes présentes, une personne devrait s’occuper des insufflations, tandis que l’autre peut comprimer la poitrine et vérifier le pouls dans l’artère fémorale (qui se trouve à l’intérieur de la patte et que l’on peut sentir à mi-chemin entre la jonction de la patte et du corps et l’articulation du genou). 

Pour les chiens de taille moyenne à grande, on doit placer les deux mains l’une sur l’autre, en positionnant la paume d’une main sur la poitrine et en plaçant la paume de l’autre main par-dessus,  à l’arrière de l’endroit où se trouverait habituellement le coude si l’animal était couché sur le ventre avec les pattes placées normalement. On doit garder les brais tendus et les coudes ne doivent pas plier. La personne doit appuyer le poids de son corps sur ses mains afin de pouvoir exercer une force suffisante pour bien comprimer la poitrine. Si deux personnes sont présentes, une personne peut se charger de la respiration, tandis que l’autre effectue des compressions et vérifie le pouls toutes les deux minutes. Une serviette pliée placée sous la poitrine aidera à garder l’animal en place durant la compression.

Les chats doivent être mis sur le côté et une main doit être placée sur la colonne vertébrale près des omoplates, tandis que la paume de l’autre main est placée sous la poitrine juste derrière l’endroit où se trouveraient les coudes si le chat était debout. Des doigts à plat sont placés sous le ventre de l’animal et la partie plate du pouce est appliquée sur cette région du cœur.

On peut vérifier le pouls en plaçant un doigt sur le milieu de l’intérieur de la patte arrière, environ à mi-chemin entre le corps et le grasset, ou articulation du genou, à mi-chemin entre les marges arrière et avant de la patte. L’artère fémorale se trouve dans les muscles d’un sillon mineur. Un vétérinaire peut vous montrer comment trouver le pouls durant un examen physique annuel. Il est préférable de s’exercer à trouver le pouls sur un animal en santé et éveillé avant qu’il ne se produise une crise.

Important : La poitrine doit descendre d’environ le tiers ou la moitié de sa hauteur tandis que l’animal est couché sur le côté.

CONSEILS IMPORTANTS :

  • Couchez l’animal en penchant son corps de façon à ce que la tête soit plus basse que le cœur et que l’arrière-train soit plus élevé que le cœur à l’aide de couvertures ou d’oreillers, ou de manteaux, s’ils se trouvent à proximité. Cela aide à garder plus de sang dans le cerveau. On ne devrait cependant pas le faire s’il s’est produit un traumatisme, particulièrement à la tête.
  • Ne tentez pas de conduire et d’effectuer la RCR en même temps! Idéalement, demandez à un ami ou à un membre de la famille de vous porter assistance rapidement. La clinique vétérinaire possède des outils importants pour la réanimation, comme l’adrénaline et d’autres médicaments clés, l’oxygène, l’accès intraveineux, des sacs respiratoires et l’intubation de la trachée pour maximiser l’effet de la RCR et il faut aller à la clinique le plus rapidement possible.
  • En 2012, on signalait que, une fois que l’animal de compagnie est mort, même lorsqu’une réanimation est réalisée avec le meilleur équipement et un personnel formé, son taux de succès s’établissait à 9 % et que, parmi les animaux qui se rétablissent, certains souffriront de dommages permanents et pourront ne pas être eux-mêmes après l’incident. Cependant, cela ne devrait pas décourager les personnes de tenter la RCR lors d’une situation d’urgence. Pour en savoir plus à propos de la RCR, parlez à votre vétérinaire.
  • Les plus grandes chances de succès seront présentes lorsque la mort a été observée et que la RCR commence immédiatement. La présence d’une respiration agonique (des inspirations profondes irrégulières) ne signifie pas que l’animal est toujours en vie. Ces respirations peuvent continuer pendant quelques minutes après la mort, mais elles indiquent une mort très récente (ou la mort qui se produit). 
  • Si vous voyez un retour des battements cardiaques et de la respiration, il est essentiel d’amener immédiatement l’animal à l’hôpital vu qu’un soutien post-réanimation très important doit se produire. Il peut arriver que l’animal fera un autre arrêt cardiaque et la situation ne sera donc pas résolue jusqu’à ce l’animal soit stabilisé. Un œdème cérébral et d’autres complications du rétablissement peuvent exiger un séjour à l’hôpital et il ne faut donc pas tarder.

Bibliographie :

Lignes directrices de RECOVER 2012 http://acvecc-recover.org/ 
Voir les documents : http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/vec.2012.22.issue-s1/issuetoc