CVMA | Documents | La constance est le secret du succès de l’entraînement à la propreté
CVMA-ACMV

La constance est le secret du succès de l’entraînement à la propreté

Le 23 octobre 2012

La clé du succès est la constance. À moins d’être prêt à y consacrer du temps, des efforts et de la patience, l’entraînement à la propreté sera frustrant. L’entraînement d’un chiot repose sur quatre règles générales :

  1. Nourrissez votre chien à heure fixe : Comme la plupart des animaux, les chiots possèdent un réflexe « gastrocolique ». En termes simples, quand un chiot mange, son estomac est stimulé, puis l’intestin. C’est pourquoi les chiots ont habituellement besoin de déféquer après avoir mangé. Compte tenu de ce réflexe, les vétérinaires recommandent que les chiots soient nourris à heure fixe (de préférence trois fois par jour). Puisque votre chiot aura besoin de se soulager après avoir mangé, vous pouvez le sortir après le repas. Le fait de lui donner accès à de la nourriture pendant toute la journée vous compliquera la tâche, car vous devrez le sortir chaque fois qu’il aura mangé quelque chose.
  2. Sortez avec votre chien : Beaucoup de propriétaires laissent leur chien sortir seul au lieu de sortir avec lui, puis ils espèrent que le chien devinera ce qu’on attend de lui. Vous devez sortir avec votre chiot pour pouvoir le féliciter quand il « s’exécute »! Quand faut-il sortir l’animal? La plupart des vétérinaires recommandent de le sortir après chaque repas, mais aussi le matin, au lever, et le soir, juste avant le coucher. Il faut aussi prévoir une sortie après les siestes, quand le chiot a été laissé seul pendant un moment, et quand il vous jette ce regard bien particulier. Vous pouvez parfois deviner que votre chiot veut sortir parce qu’il tourne en rond, s’assoit ou geint devant la porte, ou quand il vous lance des regards suppliants.
  3. Félicitez votre chien quand il réussit : Dehors, choisissez un ou deux endroits où votre animal peut se soulager et qu’il associera à cette fonction. Quand il se soulage, félicitez-le chaudement et ramenez-le à l’intérieur. Ainsi, il associera l’élimination à l’extérieur aux félicitations.
  4. En cas d’accident, ne punissez pas le chiot : Si des accidents se produisent dans la maison, évitez d’élever la voix, de frapper le chien, de lui frotter le nez dans ses excréments ou d’attirer de quelque façon que ce soit l’attention sur l’incident. Vous n’infligeriez pas cela à votre enfant et vous ne devriez pas le faire à votre chiot. De toute manière, les punitions ne font qu’empirer les choses. Faites comme si de rien n’était, éloignez le chiot du lieu du délit et nettoyez le dégât hors de sa vue. i vous prenez votre chiot sur le fait, amenez-le immédiatement dehors (dans le coin réservé, si c’est possible), laissez-le finir et félicitez-le.

Si vous appliquez ces quatre règles avec constance, l’entraînement ne devrait pas durer plus d’une ou deux semaines. Si l’entraînement se prolonge, demandez conseil à votre vétérinaire.