CVMA | Documents | L’abattage des chevaux - Énoncé conjoint de l’American Veterinary Medical Association, de l’Association canadienne des médecins vétérinaires et de la Federación de Colegios y Asociaciones de Médicos Veterinarios Zootecnistas de México
CVMA-ACMV

L’abattage des chevaux - Énoncé conjoint de l’American Veterinary Medical Association, de l’Association canadienne des médecins vétérinaires et de la Federación de Colegios y Asociaciones de Médicos Veterinarios Zootecnistas de México

Le 28 octobre 2014

Les vétérinaires croient que les propriétaires de chevaux ont la responsabilité de prodiguer des soins sans cruauté à leurs chevaux pendant la vie de ces animaux. Malheureusement, certains chevaux peuvent devenir non désirés parce qu’ils ne peuvent plus travailler, deviennent infirmes ou dangereux ou que leurs propriétaires ne sont plus en mesure de s’en occuper. Les installations de retraite et les groupes d’adoption procurent des options pour certains de ces chevaux non désirés, qui peuvent être placés dans de nouveaux foyers et/ou dressés pour de nouvelles « carrières ». Cependant, il y aura toujours des chevaux pour lesquels de nouveaux foyers ou un nouveau dressage ne seront pas disponibles. Les options responsables pour ces chevaux non désirés incluent l’euthanasie, suivie d’une élimination appropriée de la carcasse afin de minimiser les risques pour la santé publique et environnementale associés aux résidus de médicaments, ou l’abattage sans cruauté.

La consommation de viande chevaline par les humains est un choix culturel et personnel. La fonction première du vétérinaire consiste à assurer la santé et le bien-être de l’animal pendant sa vie. Cela dit, nos associations vétérinaires croient que l’abattage sans cruauté des chevaux est préférable à une vie dans l’inconfort et la douleur ainsi qu’à des soins inadéquats ou à l’abandon.

Les chevaux destinés à l’abattage doivent être manipulés et transportés sans cruauté jusqu’aux installations de transformation. L’utilisation d’installations d’abattage locales est privilégiée afin d’éviter les risques liés au bien-être (p. ex., le stress physique et mental, les blessures) associés aux trajets de longue distance. Les chevaux devraient être abattus sans cruauté conformément aux exigences des pays dans lesquels les chevaux sont transformés.

(tel qu’approuvé le 5 septembre 2014 par le conseil d’administration de l’AVMA, le 24 mars 2014 par le Conseil de l’ACMV et le 28 août 2014 par le conseil d’administration de la FedMVZ)