CVMA | Documents | Les chats et les huiles essentielles
CVMA-ACMV

Les chats et les huiles essentielles

Le 2 août 2018

Introduction

Les huiles essentielles ont connu une popularité grandissante au cours des dernières années. Même si leur usage est généralisé, les renseignements sur leurs effets pour la santé et leur innocuité sont rares et souvent contradictoires. Cela est particulièrement vrai lorsque l’on parle de leurs effets sur les chats.

Il existe beaucoup de mythes à propos des huiles essentielles et des mesures à prendre afin d’éviter les conséquences néfastes pour les animaux de compagnie. Il y a de nombreuses variétés d’huiles essentielles, chacune dotée de ses propres propriétés physiques et chimiques.

Le fait de poser la question «Les huiles essentielles sont-elles sûres?» équivaut à demander «La médecine est-elle sûre?» ou «Les plantes sont-elles sûres?» Le type d’huile, la dose et la voie d’exposition déterminent la réponse à cette question. Ce document sert à présenter un survol de ce sujet afin que vous puissiez prendre des décisions informées à propos des huiles essentielles. Il ne vise pas à servir de source exhaustive d’information et à inclure toutes les huiles essentielles et les risques qu’elles présentent.

Veuillez contacter votre vétérinaire pour obtenir des conseils concernant l’exposition aux huiles essentielles et leur potentiel d’effets indésirables.

Que sont les huiles essentielles?

Les huiles essentielles sont des extraits de plantes qui contiennent une grande quantité d’huiles volatiles (qui s’évaporent facilement). Elles sont extraites et concentrées par distillation ou pression à froid. L’odeur et le goût des plantes sont souvent déterminés par les huiles essentielles qu’elles contiennent. Les huiles essentielles peuvent être vendues seules ou utilisées dans d’autres produits. Même si beaucoup de personnes pensent aux diffuseurs, aux cosmétiques ou au pot-pourri lorsqu’elles songent aux huiles essentielles, les insecticides, les diluants à peinture et les aromatisants utilisent aussi ces composés.

Quelles études ont été réalisées sur les effets à long terme des huiles essentielles sur les humains et les animaux de compagnie?

Il existe peu de renseignements sur l’impact de nombreuses huiles essentielles sur la santé des animaux de compagnie. Par conséquent, les personnes se fient souvent à des opinions au lieu de s’appuyer sur des faits. Certains disent que les huiles essentielles sont en grande partie sûres parce qu’il n’y a eu aucune hausse du nombre d’hospitalisations malgré leur popularité grandissante. D’autres disent que les effets secondaires de leur utilisation peuvent être subtils et cumulatifs pour les expositions à faible niveau et concluent que les données sont insuffisantes pour évaluer l’innocuité. Il y a eu plusieurs cas signalés d’exposition directe à certaines huiles qui ont causé du tort ou même la mort.

Il existe très peu de données expérimentales publiées sur la toxicité des huiles essentielles pour les chats. Cette situation est attribuable en partie à la diversité des huiles essentielles, à l’absence de financement pour de telles études et à l’éthique d’exposer les animaux à des substances potentiellement mortelles. Les données sur l’exposition chronique ou à faible teneur sont encore plus rares. Par conséquent, beaucoup des données factuelles se basent sur des rapports de cas ou la toxicité théorique en se fondant sur les propriétés chimiques.

Pourquoi parlons-nous des chats et non des chiens?

Les chiens sont aussi susceptibles à certaines huiles essentielles, mais les chats présentent une vulnérabilité accrue. Le foie du chat présente une déficience du processus appelé « glucono-conjugaison », une étape importante dans le métabolisme de beaucoup de composés. Ces substances chimiques, qui sont métabolisées par d’autres espèces, s’accumulent souvent ou sont décomposées en des métabolites toxiques chez les chats. Cela est particulièrement vrai pour les composés appelés « phénols » qui contiennent un anneau « aromatique » ou de « benzène ». Beaucoup d’huiles essentielles contiennent des phénols qui peuvent être toxiques pour les chats et causer une insuffisance hépatique, des crises d’épilepsie ou d’autres problèmes graves.

La petite taille de chats signifie qu’ils sont susceptibles à l’empoisonnement par des volumes plus petits d’huiles et leur propension à se toiletter eux-mêmes signifie que le contact avec la peau entraîne souvent le contact oral. Les chats ont aussi des voies respiratoires très sensibles et sont vulnérables à des réactions aux substances inhalées comme la fumée. Par conséquent, il est plus probable qu’ils développeront une détresse respiratoire lorsqu’ils sont exposés aux huiles volatiles.

Effets toxiques des huiles essentielles

L’exposition aux huiles essentielles peut se faire oralement, par l’inhalation ou même par l’absorption par la peau. Certaines huiles essentielles peuvent induire une réaction qui n’est pas directement « toxique » en déclenchant des réactions allergiques. Les chats qui souffrent d’asthme, de maladies chroniques des voies respiratoires supérieures, d’allergies de la peau ou d’autres affections semblables pourront manifester des signes cliniques exacerbés lorsqu’ils sont exposés aux huiles essentielles. Dans le cas de l’asthme, ces réactions peuvent être graves ou même mortelles.

Les chats peuvent aussi développer des larmoiements ainsi qu’une irritation des yeux et du nez en raison de l’irritation chimique des membranes respiratoires et oculaires ou développer une dermatite au contact direct avec la peau. Chez les humains, on observe de plus en plus de tests épicutanés positifs pour une hypersensibilité aux huiles essentielles —la lavande et l’huile de théier étant les exemples les plus fréquemment cités.

D’autres huiles peuvent être plus directement toxiques et causer une insuffisance du foie, des reins, du cœur ou d’autres organes.

Quelles huiles peuvent être toxiques?

Une liste des huiles toxiques et non toxiques présente une utilisation limitée parce que la toxicité potentielle dépend de la voie, de la fréquence et de la quantité d’exposition ainsi que de la qualité du fournisseur et des autres composés qui se trouvent dans la préparation de la marque d’huile. Les listes publiées n’incluent pas toutes les mêmes huiles vu qu’il y a une pénurie dans la publication d’études scientifiques. Beaucoup des mentions d’« huiles toxiques » se fondent sur des témoignages et les principes de base de la façon dont les espèces et les substances doivent interagir, en citant quelques rapports de cas de toxicité rares et divers. Ces listes ne sont donc pas très exactes. Une liste complète des toxicités des plantes, comme celle fournie par le site antipoison de l’ASPCA, pourra souvent ne pas préciser s’il s’agit de la plante ou de l’huile de l’extrait. Une liste provisoire est fournie ci-dessous à titre d’information, mais de nouvelles recherches sont requises pour évaluer l’exactitude de cette liste et des autres ressources car ces renseignements n’ont pas été évalués par une agence gouvernementale.

Cette liste a été rassemblée en consultant diverses sources et elle n’est pas exhaustive (et n’est pas présentée par ordre de toxicité) :

  • Amande amère (Peumus boldus)
  • Bergamote (Citrus bergamia; Citrus Aurantium)
  • Cannelle
  • Citronnelle (Cymbopogon citratus)
  • Clou de girofle (Syzgium aromaticum)
  • Eucalyptus (Eucalyptus spp.)
  • Essence de pélargonium (Pelargonium sp.)
  • Fausse-ambroisie
  • Hédéoma faux-pouliot (Haedeoma pulegioides)
  • Huile de citron (Citrus Lemonia)
  • Huile essentielle d’acore odorant (Acorus calamus)
  • Huiles de l’oranger (Citrus sinensis)
  • Huiles de pin, d’épinette et de genièvre
  • Huiles du limettier (Citrus aurantifolia)
  • If japonais (Taxus spp.)
  • Lavande (Lavendula angustifolia)
  • Menthe pouliot (Mentha pulegium)
  • Moutarde
  • Origan (Origanum vulgare hirtum)
  • Raifort (Amoracia rusticana)
  • Romarin
  • Rose
  • Santal
  • Sassafras
  • Sauge sclarée
  • Théier (Melaleuca alternifolia)
  • Thym
  • Wintergreen, menthe poivrée, menthe verte, menthe (Mentha sp.)
  • Ylang-ylang

Les huiles essentielles se trouvent sous de nombreuses formes et sont présentes dans certains produits ménagers. Une toxicité a été signalée à la suite de l’exposition à certains produits de nettoyage domestique ainsi que de l’exposition directe aux huiles essentielles.

Quels sont les signes d’une surexposition?

Les signes de toxicité dépendront de la dose et du type d’huile, mais ils incluront souvent des changements de l’état mental (abattement ou léthargie), des signes neurologiques (chancèlements, difficulté à marcher, faiblesse, tremblements, crises d’épilepsie), symptômes digestifs (écoulement de bave, vomissements) et des signes physiques comme un animal qui se frotte la face avec les pattes, des rougeurs sur la peau ou les muqueuses, la détresse respiratoire (difficultés respiratoires, toux), une basse température corporelle, une fréquence cardiaque ralentie et la mort.

Le contrôle de la qualité des huiles essentielles ne fait pas l’objet d’une surveillance de la part des agences de réglementation gouvernementales et certaines préparations peuvent donc présenter diverses teneurs d’ingrédients actifs et ne pas contenir les ingrédients décrits. Les huiles sont aussi en suspension dans différents types de solutions qui peuvent être toxiques.

Puis-je utiliser des huiles essentielles si j’ai des chats?

Comme pour une foule d’autres situations, la réponse est « ça dépend ». Des facteurs comme le type d’huile, la méthode d’utilisation, la concentration et les sensibilités du chat individuel jouent tous un rôle dans le risque de toxicité de l’huile essentielle.

Il y a plusieurs opinions sur l’utilisation des huiles essentielles sous forme vaporisée ou en aérosol. Même si le risque de toxicité aiguë est faible avec des huiles inhalées en faibles concentrations, certaines personnes croient qu’il y a une possibilité de dommages cumulatifs à long terme qui peuvent accroître le risque de maladies hépatiques et pulmonaires. D’autres estiment que ce risque est très faible.

Quelques lignes directrices générales pour l’utilisation des huiles essentielles dans les foyers avec des chats :

  • Il ne faut jamais : appliquer des huiles essentielles directement sur les chats, donner des huiles à manger aux chats ou laisser les huiles dans un endroit où les chats pourraient entrer en contact direct avec les huiles.
  • Même si certaines huiles ont un effet insectifuge, le risque de réactions graves ou mortelles à ces huiles est élevé chez les chats et il existe d’ailleurs des produits de remplacement très sûrs et efficaces.
  • Éviter d’utiliser les huiles mentionnées dans la liste précédente avant la publication de nouvelles études.
  • Éviter l’utilisation des huiles essentielles dans les foyers avec des chats souffrant d’asthme, d’allergies ou d’affections semblables.
  • Garder les chats en dehors des pièces ayant une forte concentration d’huiles essentielles (par exemple, lorsque vous utilisez des diluants à peinture, lavez les planchers ou lorsque vous utilisez des diffuseurs sans ouvrir les fenêtres).

Que doit-on faire en cas d’exposition?

Amenez immédiatement votre animal, ainsi que l’emballage du produit, chez un vétérinaire si vous soupçonnez l’exposition à une huile essentielle toxique. Ne tentez pas d’abord d’administrer les premiers soins à domicile comme des vomissements induits ou une thérapie au charbon. Certaines huiles peuvent causer des dommages dans l’œsophage et être mortelles si elles sont inhalées. Si un chat a une huile essentielle sur ses pattes ou sur sa fourrure (p. ex., en cas de renversement d’un diffuseur ou d’une bouteille d’huile essentielle), il faut laver les pattes avec un savon doux et de l’eau, bien les rincer et appeler immédiatement votre vétérinaire pour obtenir des conseils.

Un soutien vétérinaire immédiat pourra être requis dans certains cas d’exposition. Les effets de l’empoisonnement varient et votre équipe vétérinaire élaborera un plan de traitement qui conviendra à vos circonstances particulières. Appelez immédiatement une clinique si vous observez des signes inquiétants comme des crises d’épilepsie ou des difficultés respiratoires.

Il pourra être nécessaire d’effectuer des tests et d’admettre le chat afin de prodiguer des soins qui pourraient inclure des solutions intraveineuses, un soutien respiratoire, le contrôle de la douleur, d’autres médicaments ainsi que des soins infirmiers selon la dose et le type d’exposition. Le pronostic après l’exposition variera selon le type d’huile, la dose et le délai entre l’exposition et les soins.

Veuillez contacter votre vétérinaire si vous avez des questions particulières concernant les huiles essentielles.

 

Dre Kathleen Cavanagh, B.Sc., D.M.V, MET
Consultante en rédaction en ligne de l’ACMV

Matthew Kornya, B.Sc., D.M.V., résident de l’ABVP
Consultant en rédaction                                                                                                     

Le 31 juillet 2018

 

Ressources

Assistance antipoison pour animaux de compagnie (Pet Poison Helpline)

http://www.petpoisonhelpline.com/blog/essential-oils-cats/

http://www.petpoisonhelpline.com/poisons/#pph-poison-list-divider-E

Feuillet de Pet Poison Helpline

http://48qbc13dv397vzass1iql2a1.wpengine.netdna-cdn.com/wp-content/uploads/2018/01/2017-Essential-Oils-and-Cats-Handout.pdf

American Society for the Prevention of Cruelty Animal Poison Control

https://www.aspca.org/pet-care/animal-poison-control/toxic-and-non-toxic-plants/

http://www.petpoisonhelpline.com/poisons/#pph-poison-list-divider-E