CVMA | Documents | Le « rhume » chez les lapins
CVMA-ACMV

Le « rhume » chez les lapins

Le 24 octobre 2012

Les lapins qui semblent avoir le rhume sont en fait atteints de coryza pasteurellique, aussi appelé pasteurellose ou catarrhe. Le coryza est causé par la bactérie Pasteurella multocida. La bactérie Bordetella peut aussi jouer un rôle dans certains cas, surtout si l’animal est atteint d’une pneumonie. Le coryza est extrêmement contagieux. La bactérie cause non seulement des infections nasales, mais parfois aussi la pneumonie, des abcès, des infections génitales et oculaires ou des otites internes.

Les lapins peuvent contracter l’infection directement d’un autre lapin ou dans un environnement contaminé (p. ex., mangeoire, litière ou abreuvoir). Malheureusement, certains lapins qui ont été traités peuvent devenir des porteurs asymptomatiques de la bactérie. Le stress causé, entre autres, par le manque d’espace, les écarts de température prononcés, la naissance ou la mise bas, rend les lapins davantage susceptibles de contracter l’infection. Les lapins qui viennent de voyager et les lapereaux sont également vulnérables.

Le coryza produit parfois un écoulement nasal ou oculaire abondant, qui peut être liquide ou purulent. Le cas échéant, les lapins souillent la fourrure de leurs pattes avant et de leur bavette en tentant de se débarrasser des sécrétions. L’infection peut progresser rapidement et devenir grave, entraînant la septicémie, une infection sanguine, qui peut tuer l’animal en deux jours. L’infection peut aussi prendre la forme d’un état chronique plus bénin mais récurrent. Dans la plupart des cas, l’infection se manifeste par l’apparition soudaine des symptômes du « rhume », qui peut causer une perte d’appétit, de la léthargie, une toux, des éternuements et de la difficulté à respirer.

Le traitement du coryza inclut l’administration d’antibiotiques, les soins de convalescence et une bonne hygiène. Les lapins infectés doivent être isolés pendant le traitement afin d’éviter qu’ils transmettent la bactérie. Vous devriez vous laver les mains après avoir traité chaque animal, et il serait préférable que vous portiez des gants, un survêtement et des chaussures différentes lorsque vous pénétrez dans la zone de quarantaine. Le survêtement peut être simplement une très grande chemise propre qui ne sert plus. Des précautions élémentaires, comme de ne pas laver tous les bols dans la même cuvette, peuvent aussi contribuer à freiner la propagation de l’infection. Assurez-vous que la zone de quarantaine soit complètement fermée afin que la bactérie ne soit pas transmise par voie aérogène lorsque les lapins infectés éternuent. Après avoir nettoyé les surfaces, désinfectez-les. Votre vétérinaire pourra vous recommander un désinfectant approprié. Dans les cas graves, il vous recommandera d’euthanasier les animaux infectés. Il pourra aussi recommander l’euthanasie des animaux malades d’un élevage pour éviter une épidémie.

Afin d’aider à prévenir l’infection dans un élevage, isolez les lapines en gestation et les nouveau-nés. Lorsque vous achetez un lapin, isolez-le pendant un certain temps pour vous assurer qu’il n’est pas porteur. Il existe un test par prélèvement nasal qui permet d’identifier les porteurs. Idéalement, le lapin devrait subir ce test avant que vous l’achetiez.

Consultez sans délai votre vétérinaire si vous soupçonnez qu’un de vos lapins est atteint de coryza. Le traitement précoce de l’infection donne les meilleurs résultats. Le personnel de la clinique vétérinaire peut vous fournir des antibiotiques et vous donner des conseils sur les soins aux animaux malades et sur les consignes d’hygiène à respecter. Certains vétérinaires ne traitent pas les lapins. Renseignez-vous auprès de quelques cliniques de votre région pour en trouver un qui s’y connaît.