ACMV | Actualités et événements | L’AAFP publie des lignes directrices mises à jour sur les rétrovirus félins à l’intention de la communauté vétérinaire
CVMA-ACMV

Actualités et événements

L’AAFP publie des lignes directrices mises à jour sur les rétrovirus félins à l’intention de la communauté vétérinaire

janvier 10, 2020

[HILLSBOROUGH, NJ - Janvier 2020] Le jeudi 9 janvier, l’American Association of Feline Practitioners (AAFP) a publié à l’intention de la communauté vétérinaire des lignes directrices mises à jour sur le dépistage et la prise en charge des rétrovirus félins dans le Journal of Feline Medicine and Surgery. En publiant cette mise à jour, l’AAFP souhaite diffuser l’information la plus récente sur les infections rétrovirales afin que les médecins vétérinaires puissent optimiser la prise en charge de leurs patients félins. De plus, le dépliant pour les clients donne aux propriétaires de chats des renseignements sur la transmission, le dépistage, la prévalence des infections et les précautions à prendre. Les lignes directrices portent sur les infections par le virus de la leucémie féline (FeLV) et le virus de l’immunodéficience féline (FIV) qu’on diagnostique chez les chats dans le monde entier. La propagation de ces virus peut être réduite grâce à l’éducation, au dépistage et à la vaccination. Les nouvelles lignes directrices représentent un consensus des données actuelles compilées par un groupe international de chercheurs et de praticiens, et sont une mise à jour des lignes directrices de l’AAFP de 2008 sur le dépistage et la prise en charge des rétrovirus.

« L’éducation et le dépistage précoce peuvent grandement aider au traitement et à la prise en charge des infections par les rétrovirus félins. Les soins vétérinaires de routine, lorsque les chats vont bien et lorsqu’ils sont malades, peuvent conduire à de meilleurs soins en général et réduire la propagation de l’infection. Nous sommes heureux de présenter ces lignes directrices pour soutenir à la fois les médecins vétérinaires et les propriétaires de chats dans la prise en charge de ces maladies. Nous soulignons en outre le partenariat entre les médecins vétérinaires et les propriétaires de chats, car avec des soins de santé réguliers et un stress réduit, les chats infectés par des rétrovirus, en particulier le FIV, peuvent vivre de nombreuses années en bonne santé », a déclaré Heather O’Steen, directrice générale de l’AAFP.

« Les lignes directrices sur le dépistage et la prise en charge des rétrovirus félins de 2020 contiennent beaucoup de nouvelles données sur les infections par le virus de la leucémie féline et le virus de l’immunodéficience féline. Elles ont été rédigées par un groupe international d’experts composé non seulement de chercheurs sur les rétrovirus, mais aussi de médecins vétérinaires travaillant en pratique privée et dans des refuges. Nous espérons qu’elles seront utiles pour tous les médecins vétérinaires. Elles ont d’ailleurs été approuvées par l’International Society of Feline Medicine et nous en sommes très fiers », a souligné la Dre Susan Little, D.M.V., DABVP (pratique féline), coprésidente du comité de rédaction des lignes directrices sur les rétrovirus.

La Dre Julie Levy, D.M.V., Ph. D., DACVIM, DABVP (médecine de refuge), a ajouté : « Ces lignes directrices traitent de l’évolution rapide des connaissances sur la façon dont les résultats des tests, l’expression clinique et le pronostic de la leucémie féline peuvent changer au fil du temps en fonction de la réponse immunitaire du chat et de la quantité de virus en circulation qui en résulte, de la façon dont les tests quantitatifs peuvent être utilisés pour mieux éclairer la prise de décision clinique, et de la tendance émergente selon laquelle le dépistage du FeLV et du FIV se déplace de plus en plus des refuges pour animaux, où les chats sont adoptés, vers les pratiques vétérinaires, où les animaux reçoivent des soins complets. »

À propos des rétrovirus
Les lignes directrices et le dépliant destiné aux clients représentent les connaissances actuelles sur la pathogenèse, le diagnostic, la prévention et le traitement des infections rétrovirales chez les chats. Les infections par le FeLV et le FIV sont associées à divers signes cliniques et peuvent affecter la qualité de vie et la longévité des chats atteints. Bien que des vaccins existent contre le FeLV dans de nombreux pays et contre le FIV dans certains pays, l’identification des chats infectés reste un facteur important pour prévenir les nouvelles infections. Le statut rétroviral de chaque chat à risque d’infection devrait être connu. Les chats devraient être testés dès que possible après leur acquisition, après une exposition à un chat infecté ou à un chat dont le statut est inconnu, avant la vaccination contre le FeLV ou le FIV, et chaque fois qu’une maladie clinique survient. Il est possible que le statut d’un chat ne puisse pas être déterminé au moment où a lieu le dépistage et que des tests répétés utilisant différentes méthodes soient nécessaires. Bien que les infections par le FeLV et le FIV puissent être associées à une maladie clinique, certains chats infectés, en particulier ceux infectés par le FIV, peuvent vivre de nombreuses années avec une bonne qualité de vie. Il y a peu de données sur les traitements pour les chats infectés, en particulier en ce qui a trait aux médicaments antirétroviraux et immunomodulateurs. La prise en charge des chats infectés est axée sur des stratégies de soins de santé préventifs efficaces, sur le diagnostic précoce et le traitement rapide des maladies, ainsi que sur la limitation de la propagation des infections. 

Prévalence et propagation des rétrovirus chez les chats
FIV : Le virus de l’immunodéficience féline est plus communément trouvé chez les chats mâles et les chats qui se battent avec d’autres chats. Il est moins souvent détecté chez les chatons et les chats adultes stérilisés. Le virus se propage principalement par la salive et est généralement transmis à d’autres chats par des morsures. En Amérique du Nord, environ 3 à 5 % des chats testés sont infectés par le FIV.

FeLV : Le virus de la leucémie féline se transmet le plus souvent de la mère aux chatons. Il peut également être transmis aux chats qui cohabitent ou se battent avec un chat infecté. Il se propage principalement par la salive pendant le toilettage et lorsque les bols de nourriture et d’eau sont partagés. Le virus se propage moins souvent par l’urine, les selles ou les écoulements nasaux. En Amérique du Nord, 4 % des chats testés sont infectés par le virus.

Prévention
Il n’existe aucun vaccin commercialisé aux États-Unis ou au Canada qui puisse protéger les chats contre l’infection par le FIV.

Cependant, des vaccins pour protéger les chats contre l’infection par le FeLV sont disponibles. La vaccination est recommandée pour tous les chatons avec un rappel un an plus tard, et par la suite pour les chats qui présentent un risque d’infection. Les chats adultes qui restent à l’intérieur et qui ne vivent avec aucun autre chat ou qui cohabitent avec des chats non infectés peuvent ne pas avoir besoin d’être revaccinés après avoir reçu les deux premières doses. Les médecins vétérinaires aideront les propriétaires à évaluer les besoins de chaque chat en matière de vaccination.

Pour consulter les lignes directrices sur les rétrovirus félins, visitez catvets.com/retroviruses. Les propriétaires de chats peuvent en savoir plus sur les rétrovirus félins en visitant catfriendly.com/felv et catfriendly.com/fiv.

Aperçu des lignes directrices sur les rétrovirus félins

###

À propos de l’American Association of Feline Practitioners
L’American Association of Feline Practitioners (AAFP) aide ses membres à veiller à la santé et au bien-être des chats grâce à la promotion de normes de pratique élevées, à la formation continue et à la médecine factuelle. En tant que partenaire de confiance dans la communauté vétérinaire, l’AAFP s’affaire à rehausser les normes de pratique et à fournir des ressources éducatives aux équipes vétérinaires, notamment par la publication de lignes directrices et l’organisation d’un congrès annuel. Au fil des ans, l’AAFP a encouragé les professionnels vétérinaires à continuellement réévaluer les notions préconçues des stratégies de pratique afin d’améliorer la qualité de la médecine féline. Lancé en 2012, le programme Cat Friendly Practice® (CFP) (catvets.com/cfp/veterinary-professionals) a été conçu pour améliorer le traitement et la manipulation des chats ainsi que les soins de santé généraux prodigués en pratique féline. Il vise à réduire le stress de la visite vétérinaire pour les chats, leurs propriétaires et l’équipe vétérinaire, et à fournir aux cliniques les outils et les ressources pour élever le niveau des soins prodigués aux chats. Ayant la conviction que les propriétaires de chats jouent un rôle important dans la santé et le bien-être des chats, l’AAFP a développé le site Cat Friendly Homes (catfriendly.com), une ressource éducative destinée au grand public, alimentée par des médecins vétérinaires en pratique féline. Cette source d’information fiable est adaptée aux besoins des propriétaires de chats qui souhaitent prodiguer les meilleurs soins à leur animal; elle propose du contenu éducatif et une infolettre mensuelle intitulée « The Cat Column ».


À propos du Journal of Feline Medicine and Surgery
Le Journal of Feline Medicine and Surgery est le périodique officiel de l’American Association of Feline Practitioners (AAFP) et de l’International Society of Feline Medicine (ISFM) et il est publié en partenariat avec SAGE. Toutes les lignes directrices de l’AAFP et de l’ISFM sont accessibles et téléchargeables gratuitement à partir du site guidelines.jfms.com.