Actualités et événements

De nouvelles données signalent de la douleur et un comportement indésirable chez les chats dégriffés

août 23, 2017

Un article récent met en lumière des travaux de recherche qui suggèrent qu’il existe une association claire entre le dégriffage et la présence d’effets secondaires néfastes après une période postopératoire habituelle et que la prévalence de fragments de la troisième phalange (P3) chez les chats dégriffés est excessive et surprenante. 

L’étude a montré que la douleur et l’inconfort persistants après la chirurgie sont un facteur de risque important pour les modifications de comportement. On peut lire l’article ici (en anglais seulement).

En mars 2017, l’Association canadienne des médecins vétérinaires a publié un énoncé révisé sur l’Amputation partielle des doigts (APD) (onychectomie ou dégriffage) des félidés domestiques pour s’opposer catégoriquement à l’intervention. 

L’Association considère que l’APD non thérapeutique est inacceptable sur le plan éthique lorsqu’elle est réalisée sans une éducation complète des clients qui inclut examen approfondi des solutions de remplacement disponibles, car la chirurgie présente le potentiel de causer de la douleur inutile et évitable et il existe des solutions de remplacement à l’APD.

On peut lire la version intégrale de l’énoncé de position ici.

Les positions visent à présenter un point de vue « avant-gardiste » sur des enjeux en se fondant sur ce qui se produit, non seulement dans la société canadienne et au sein de la profession vétérinaire, mais à l’échelle internationale.  Les positions ne visent pas à réglementer la profession de la médecine vétérinaire. Cependant, on reconnaît que les organismes de réglementation provinciaux pourront les considérer lorsqu’ils mettent à jour ou modifient leurs règlements vétérinaires. On peut lire la version intégrale du texte sur les rôles et l’utilité des énoncés de position ici.