ACMV | Actualités et événements | Nouvelles du conseil d’administration
CVMA-ACMV

Actualités et événements

Nouvelles du conseil d’administration

septembre 27, 2019

Plan stratégique 2020–2022 de l’ACMV : À la fin de 2018, l’ACMV, par l’intermédiaire d’une tierce partie, a mené un sondage quantitatif en ligne auprès de membres, d’étudiants et de non-membres, ainsi qu’un sondage qualitatif par entretiens téléphoniques. À la lumière des résultats, l’ACMV a organisé en mars 2019 un atelier de planification stratégique auquel ont participé les membres du conseil d’administration, les présidents des comités et le personnel de gestion. En juillet, le conseil d’administration a approuvé les priorités stratégiques et les objectifs prioritaires triennaux. Les priorités sont les suivantes : 

1) assurer un leadership sur les questions vétérinaires nationales et internationales;

2) assurer la défense des intérêts et un leadership en matière de bien-être animal;

3) mobiliser les membres et la communauté vétérinaire; et 4) promouvoir des carrières significatives et le bien-être personnel des professionnels vétérinaires.

Les priorités et les objectifs guideront les plans opérationnels de l’ACMV pour les trois prochaines années.

Pénurie de main-d’œuvre :

Dans la plupart des régions du Canada, il semble y avoir une pénurie de médecins vétérinaires et de techniciens en santé animale. Cette situation est étayée par un nombre record d’annonces classées, des renseignements anecdotiques et en partie par la collecte de données provinciales. L’ACMV mènera une étude nationale sur le marché du travail dans le but de fournir des données à prendre en considération au moment de prendre des décisions concernant les subventions des écoles vétérinaires, les politiques d’immigration du Canada et l’adaptation de la pratique vétérinaire au besoin. L’ACMV a communiqué avec les écoles vétérinaires internationales agréées par l’ACMV/AVMA-CoE pour leur demander de promouvoir le Canada en tant que marché pour la pratique de la médecine vétérinaire. Au cours des deux dernières années, environ 40 % de tous les certificats de compétence délivrés par le Bureau national des examinateurs de l’ACMV l’ont été à des médecins vétérinaires formés à l’étranger. Le marché du travail vétérinaire canadien acquiert de cette façon un nombre important de médecins vétérinaires, plus élevé que le nombre de diplômés des écoles vétérinaires canadiennes.

Bien-être des animaux

Stérilisation des chiens et des chats :

Le conseil a approuvé l’énoncé de position révisé suivant :

« L’Association canadienne des médecins vétérinaires (ACMV) recommande fortement que tous les chiens et chats qui ne font pas partie d’un programme d’élevage responsable soient stérilisés avant l’âge de la maturité sexuelle, sauf s’il y a des bienfaits valables pour la santé ou le comportement justifiant le report de l’intervention. »

Castration des chevaux, des ânes et des mulets :

Le conseil a approuvé l’énoncé de position révisé suivant :

« L’Association canadienne des médecins vétérinaires (ACMV) considère la castration des chevaux, des ânes et des mulets comme une intervention qui devrait seulement être réalisée par un vétérinaire, en utilisant des techniques chirurgicales, anesthésiques et analgésiques appropriées. »

Chiens brachycéphales :

Le conseil a demandé au comité sur le bien-être animal de faire des recherches sur les animaux brachycéphales dans le but d’accroître la sensibilisation.

Problèmes relatifs à la fin de vie :

Le conseil a demandé au Comité sur le bien-être animal de mener des recherches sur les problèmes relatifs à la fin de vie et de faire des recommandations au conseil sur la manière de procéder.

Animaux dans les sports et les compétitions :

Le conseil a approuvé le nouvel énoncé de position suivant :

« L’Association canadienne des médecins vétérinaires (ACMV) accepte l’utilisation non cruelle et éthique des animaux lors de compétitions et de sports. L’ACMV appuie vivement la mise en œuvre progressive de stratégies afin d’atténuer les risques associés aux soins et à la gestion des animaux utilisés dans les sports et les compétitions, de promouvoir la santé et le bien-être physique, social et psychologique de l’animal et de trouver des solutions de remplacement en vue de mettre fin à des torts et à des souffrances évitables. »

Utilisation des animaux dans les divertissements et le domaine des arts :

Le conseil a approuvé l’énoncé de position révisé suivant :

« L’Association canadienne des médecins vétérinaires (ACMV) accepte l’utilisation non cruelle et éthique des animaux dans les divertissements et le domaine des arts. L’ACMV appuie vivement la mise en œuvre progressive de stratégies afin d’atténuer les risques associés aux soins et à la gestion des animaux dans les divertissements et le domaine des arts, de promouvoir la santé et le bien-être physique, social et psychologique de l’animal et de trouver des solutions de remplacement en vue de mettre fin à des torts et à des souffrances évitables. »

Enjeux nationaux

Télémédecine :

Les technologies de pointe transforment rapidement la pratique de la médecine vétérinaire. Les consultations médicales effectuées par le biais de la technologie des télécommunications offrent des possibilités d’améliorer la prestation des soins de santé animale, mais posent également des problèmes aux praticiens, aux propriétaires d’animaux et aux autres intervenants. À la demande des organismes canadiens de réglementation vétérinaire, l’ACMV a élaboré son premier énoncé de position sur la télémédecine en 2014. Le milieu change rapidement. L’ACMV a été en contact avec l’AVMA et d’autres juridictions sur ce sujet. À l’heure actuelle, l’Association envisage d’élaborer un cadre pancanadien sur la télémédecine en collaboration avec les intervenants, y compris les organismes de réglementation.

Cannabis :

Depuis octobre 2018, la consommation humaine de cannabis à des fins récréatives est légale au Canada. Ce changement augmente potentiellement le risque d’exposition pour les chiens; d’ailleurs, le nombre de déclarations aux centres antipoison a augmenté depuis la légalisation. Il est aussi prévu que les produits comestibles contenant du cannabis soient légalisés plus tard cette année. Les médecins vétérinaires sont autorisés à prescrire et à vendre des médicaments homologués contenant des cannabinoïdes, y compris des médicaments pour humains utilisés hors homologation. Cependant, il n’existe actuellement aucun médicament vétérinaire et un seul médicament homologué pour humains qui ne convient pas aux animaux. La Direction des médicaments vétérinaires du Canada a approuvé des essais cliniques pour des médicaments vétérinaires contenant des cannabinoïdes, mais il s’écoulera de 6 à 10 ans avant leur commercialisation. Les seuls produits de cannabis approuvés pour les animaux disponibles à l’heure actuelle sont les produits de santé vétérinaires à base de chanvre qui, en fait, ne contiennent pas de cannabinoïdes concentrés, y compris le cannabidiol (CBD), n’ont aucune indication homologuée concernant la santé, et sont vendus au détail. L’ACMV préconise l’inclusion des médecins vétérinaires dans la loi sur le cannabis à des fins médicales, et l’ajout d’une mise en garde dans les monographies disant de garder les produits de cannabis pour humains hors de la portée des animaux de compagnie.

Peste porcine africaine :

L’ACMV collabore avec l’Agence canadienne d’inspection des aliments et d’autres intervenants pour partager et diffuser l’information pertinente afin de prévenir l’infection du cheptel porcin canadien par la peste porcine africaine. De plus, l’Association a offert au gouvernement fédéral l’aide de sa Réserve vétérinaire canadienne, composée de médecins vétérinaires volontaires qui peuvent être mobilisés en cas de maladie animale étrangère grave ou d’urgence civile impliquant des animaux.

Importation de chiens :

L’ACMV s’inquiète des mouvements de chiens entre d’autres pays et le Canada qui pourraient entraîner l’importation de maladies, qu’il s’agisse de maladies canines ou de zoonoses comme la leishmaniose, l’infection par Brucella canis ou la rage. Au cours des dernières années, l’ACMV a organisé des discussions avec plusieurs organisations nationales d’intervenants partageant les mêmes préoccupations. Pour accroître la sensibilisation, l’Association a créé une liste de contrôle à l’intention des médecins vétérinaires et du public et elle continue de plaider auprès du gouvernement fédéral pour régler ce problème.

Chiens d’assistance :

L’approche adoptée par le gouvernement pour établir des normes n’ayant pas abouti, l’ACMV travaille actuellement sur la rédaction d’un énoncé de position et/ou de lignes directrices sur les animaux d’assistance ayant un champ d’application élargi. L’Association a analysé les politiques relatives aux animaux d’assistance des gouvernements et des associations vétérinaires aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Utilisation des antimicrobiens :

Depuis la fin de 2018, tous les antimicrobiens pour animaux ne sont accessibles que sur ordonnance d’un médecin vétérinaire (y compris les antimicrobiens à administrer dans les aliments et dans l’eau). L’ACMV, de concert avec le gouvernement et d’autres intervenants, a contribué à cette transition importante en fournissant des ressources et de l’information. L’ACMV a élaboré de nouvelles directives en ligne sur l’utilisation des antimicrobiens vétérinaires pour six groupes d’espèces : les bovins de boucherie, les petits ruminants, les bovins laitiers, les animaux de compagnie (chiens et chats), les porcs, et la volaille. Lors de la prochaine phase, l’ACMV ajoutera des lignes directrices pour les chevaux et l’aquaculture.

Au cours des prochaines années, l’ACMV développera également un projet pilote de surveillance de l’utilisation des antimicrobiens, y compris des pratiques vétérinaires pour les animaux de N consommation. La surveillance devrait s’effectuer avec les données des ordonnances vétérinaires électroniques et les données provenant des usines d’aliments pour animaux. Les résultats serviront à améliorer la gestion des antimicrobiens et fourniront les données dont a besoin l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE).

Agrément des programmes de TSA/TV :

Le conseil a approuvé l’agrément complet du programme de techniques de santé animale du Collège Vanier, situé dans l’arrondissement Saint-Laurent de la ville de Montréal, au Québec. Il existe actuellement 19 programmes de TSA/TV agréés par l’ACMV au Canada.

Bureau national des examinateurs (BNE) :

Au cours des six premiers mois de 2019, 245 candidats se sont inscrits auprès du BNE, comparativement à 379 sur une période de 12 mois en 2018. De ces 245 candidats, 105 proviennent d’écoles internationales agréées par l’ACMV/AVMA-CoE. Au cours des six premiers mois de 2019, le BNE a délivré 497 certificats de compétence, comparativement à 531 pour une période de 12 mois en 2018. Le certificat de compétence permet aux médecins vétérinaires de présenter une demande de permis dans toutes les juridictions du Canada.

Council on Education (CoE) de l’AVMA :

Depuis des décennies, l’ACMV est membre du Council on Education (CoE) de l’AVMA. Les 5 écoles vétérinaires canadiennes sont toutes agréées par l’ACMV/AVMA-CoE. Jusqu’à présent en 2019, l’ACMV a participé à cinq visites d’établissements universitaires et en visitera quatre autres d’ici la fin de l’année. Actuellement, 50 écoles de médecine vétérinaire sont agréées : 30 aux États-Unis, 5 au Canada, 1 en France, 4 en Australie, 1 en Nouvelle-Zélande, 3 en Grande-Bretagne, 1 en Irlande, 1 aux Pays-Bas, 1 en Corée du Sud, 2 aux Antilles et 1 au Mexique.

Gestion commerciale :

Le rapport économique national et les tendances pour 2018 ont été soumis au conseil et présentés lors du forum provincial. Voici quelques-unes des nombreuses conclusions : le nombre de clients actuels et nouveaux est en baisse par rapport à l’année dernière; les revenus augmentent; les dépenses sont maîtrisées; le revenu net augmente; la rémunération des vétérinaires associés est en augmentation à l’échelle nationale et dans la plupart des provinces. Consultez le site de l’ACMV pour les détails.

Sensibilisation aux tiques : Pour la 4e année, l’ACMV, en partenariat avec l’industrie, a organisé le mois national de sensibilisation aux tiques dans le but de sensibiliser le public aux questions les plus pressantes concernant les tiques et la maîtrise des tiques. Les groupes cibles sont les propriétaires d’animaux, les médecins vétérinaires, les techniciens en santé animale et les médias. L’ACMV a beaucoup utilisé les médias sociaux (Twitter, Facebook, Instagram) et a fait la promotion de la campagne dans La Revue vétérinaire canadienne, auprès des associations vétérinaires provinciales, dans des publications de l’industrie, dans son infolettre en ligne et dans les médias. L’ACMV a lancé un nouveau site Web éducatif pour les propriétaires d’animaux de compagnie canadiens.

Santé mentale :

Bien qu’un médecin vétérinaire et technicien en santé animale canadien sur cinq ait signalé avoir des idées suicidaires ou souffrir d’épuisement professionnel ou de dépression, la plupart hésitent à en parler à un collègue, à un ami ou à un membre de la famille. Il est donc encore moins probable qu’ils tentent d’adopter des stratégies pour prendre soin d’eux-mêmes ou d’obtenir de l’aide professionnelle. Cet automne, l’ACMV et Merck Santé animale s’unissent pour lancer la Semaine de sensibilisation « Il est temps de parler de santé mentale en médecine vétérinaire ». L’objectif de la campagne est d’amorcer une discussion ouverte et honnête à propos de la santé mentale au sein de la collectivité vétérinaire, afin d’aider à dissiper les préjugés et de créer une communauté de soutien au sein de laquelle les membres des équipes vétérinaires s’entraident. Dans le cadre de la campagne, du matériel (webinaire, publications pour les réseaux sociaux, ressources en santé mentale et outils de prévention pour aider à reconnaître l’épuisement professionnel) sera produit et distribué à la communauté vétérinaire.

Congrès de 2020 de l’ACMV :

Le conseil a approuvé le programme du congrès de 2020. Parmi les nouveautés, mentionnons une séance plénière le vendredi, quatre ateliers le jeudi ainsi que deux le vendredi et deux le dimanche, et un volet de formation continue sur la santé publique le dimanche. Le programme comprendra à nouveau un Sommet provincial et un Forum sur les enjeux nationaux. Le congrès de 2020 aura lieu du jeudi 9 juillet au dimanche 12 juillet dans la ville de Québec, au Québec.