CVMA-ACMV

Actualités et événements

Réponse à des questions sur la légalisation du cannabis et son impact sur la profession vétérinaire

septembre 5, 2018

L’entrée en vigueur de la nouvelle Loi sur le cannabis et son Règlement aura lieu le 17 octobre 2018. L’Association canadienne des médecins vétérinaires (ACMV) travaille en étroite collaboration avec Santé Canada afin de mieux préciser son impact sur la profession vétérinaire, de promouvoir la capacité des vétérinaires à offrir du cannabis médical pour leurs patients ainsi que  d’assurer l’innocuité des produits pour les animaux de compagnie (à l’aide de l’étiquetage) et la disponibilité de produits de santé animale homologués.

L’ACMV désire communiquer des renseignements au fur et à mesure qu’ils deviennent disponibles, ce qui veut aussi dire répondre aux questions acheminées par les membres de l’ACMV.

Vu que les Canadiens pourront légalement se procurer du cannabis sous toutes ses formes le 17 octobre 2018, quelles mesures empêcheront un Canadien qui a l’âge légal d’appeler son fournisseur privilégié de produits de cannabis et d’acheter du cannabis, dans toutes les variétés de souches, pour l’utiliser pour ses animaux? 

Malheureusement, rien ne pourra prévenir cette situation. À compter du 17 octobre 2018, tous les Canadiens auront légalement accès à un vaste éventail de produits de cannabis disponibles par l’entremise des détaillants autorisés. Cependant, sans des conseils et de l’éducation appropriés, les propriétaires d’animaux pourront administrer par inadvertance soit un produit inapproprié pour leurs animaux de compagnie ou une dose inappropriée ou ils pourront simplement ne pas connaître les risques pour la santé de leurs animaux. Ces produits ne seront pas, bien entendu, des produits vétérinaires (par exemple, ils pourraient contenir des teneurs inappropriées de THC). L’ACMV est consciente que cette situation pourra se traduite par une hausse du nombre de patients qui seront présentés aux vétérinaires en raison d’une toxicose. C’est pourquoi l’ACMV croit que les vétérinaires devraient pouvoir tenir des discussions ouvertes à propos du cannabis et doivent demeurer la source principale d’information en matière de santé animale.

Vu que les Canadiens pourront légalement se procurer du cannabis sous toutes ses formes le 17 octobre 2018, y a-t-il un problème pour un vétérinaire de suggérer, de confirmer ou de recommander une souche de cannabis à un client pour leur patient (en mentionnant la dose et en lui prodiguant des conseils sur l’utilisation sécuritaire).

Après le 17 octobre, toutes les recommandations devront tenir compte des rares données probantes portant sur la dose et l’innocuité chez les animaux ainsi que de l’absence de disponibilité des produits sur ordonnance pour humains et/ou animaux et des produits de santé animale ayant une qualité et une innocuité connues. Les vétérinaires devront considérer la question de la responsabilité potentielle dans cet environnement. Les matériaux végétaux comme le cannabis peuvent présenter des différences considérables en ce qui concerne les composés comme le CBD, le THC et les terpènes, etc. 

Les vétérinaires possèdent une longue tradition d’utilisation des médicaments en dérogation des directives de l’étiquette dans la pratique. L’ACMV croit que les vétérinaires devraient pouvoir recommander des produits spécifiques et fournir des lignes directrices sur la posologie des produits de cannabis offerts en vertu de la Loi sur le cannabis. Les décisions portant sur ces recommandations et ces lignes directrices relèvent de la compétence des organismes provinciaux de réglementation de la médecine vétérinaire. À l’heure actuelle, le Conseil canadien des registraires vétérinaires examinent ces enjeux.

Si les vétérinaires ne sont pas autorisés à faire des recommandations sur les produits disponibles en vertu de la Loi sur le cannabis, l’ACMV et les autres principaux intervenants continueront à exercer des pressions afin que les vétérinaires soient inclus en vertu du Règlement sur l’accès au cannabis à des fins médicales (RACFM) et puissent recommander le cannabis pour leurs patients en toute légalité.

En quoi la recommandation d’une souche particulière de cannabis par les vétérinaires à leur client, pour leur patient, sera-t-elle différente de la recommandation d’une dose de mélatonine ou de glucosamine? 

Les vétérinaires possèdent une longue tradition d’utilisation de nombreux médicaments en dérogation des directives de l’étiquette. Cela inclut les produits sur ordonnance et en vente libre. Par exemple, des produits comme la mélatonine et la glucosamine sont généralement formulés en tant que produits homologués ayant des concentrations connues d’ingrédients actifs. 

Pour le cannabis, le THC et le CBD sont seulement deux des composés qui doivent être considérés pour leur usage thérapeutique potentiel. Le cannabis n’est pas un seul composé mais plutôt un genre de plante ayant de nombreuses compositions possibles, dont aucune n’est actuellement approuvée par Santé Canada soit en tant que produit sur ordonnance, produit en vente libre ou produit de santé naturel. (À l’exception de Sativex – un médicament sur ordonnance dérivé d’extraits de cannabis qui ont été isolés).  

La reclassification pourra se faire à une date ultérieure, mais vu que le cannabis est maintenant en voie d’être retiré de la liste de l’Annexe II de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances, ces changements pourront prendre plus de temps. L’ACMV continuera d’encourager le développement de produits vétérinaires sur ordonnance formulés pour les animaux. Un vétérinaire pourra faire de telles recommandations après avoir considéré les renseignements contenus dans la question précédente, y compris la responsabilité potentielle.

Vu que le cannabis sera légal, pourquoi l’ACMV a-t-elle besoin d’une politique?  

Même si l’ACMV n’a pas de politique ou d’énoncé de position concernant le cannabis, nous sommes engagés à solliciter des éclaircissements auprès des nombreux intervenants et à tenir les membres au courant durant cette période de changements rapides. 

Nous continuerons de faciliter les discussions avec Santé Canada, de défendre l’inclusion des vétérinaires parmi les professionnels de la santé en vertu du RACFM, d’encourager Santé Canada à exiger l’étiquetage des produits humains afin de protéger les animaux de compagnie et d’encourager le développement et l’enregistrement de produits de santé animale et de produits sur ordonnance pour usage chez les animaux.

Notre site Web contient des renseignements à l’intention des propriétaires d’animaux afin de les mettre en garde à l’égard de la toxicité et nous sommes en train de mettre à jour deux articles sur notre site Web qui ont été affichés en décembre 2017 afin de leur communiquer les plus récentes informations.

Pour obtenir des renseignements complémentaires, veuillez écouter l’enregistrement audio du Forum sur les enjeux nationaux 2018 qui s’est tenu le 5 juillet à Vancouver et qui comprend une séance de réponses et questions et des présentations Powerpoint : https://www.veterinairesaucanada.net/science-knowledge/cvma-forum-sur-les-enjeux-nationaux-de-acmv