Table des matières et résumésavriil 2017, Vol. 81, No. 2

Articles

Detection of genome, antigen, and antibodies in oral fluids from pigs infected with foot-and-mouth disease virus

Chandrika Senthilkumaran, Ming Yang, Hilary Bittner, Aruna Ambagala, Oliver Lung, Jeffrey Zimmerman, Luis G. Giménez-Lirola, Charles Nfon (page 82)

Chez les porcs les acides nucléiques viraux et la production d'anticorps contre des agents pathogènes peuvent être mesurés en utilisant les fluides oraux (FO). La détection du génome du virus de la fièvre aphteuse (VFA) dans les FO de porcs a été démontrée précédemment. L'isolement viral et la détection d'antigène viral sont des épreuves de confirmation supplémentaires pour diagnostiquer la présence du VFA, mais ces méthodes n'ont pas été évaluées en utilisant des FO porcins. Les objectifs de la présente étude étaient de valider un peu plus la détection moléculaire du VFA dans les FO, d'évaluer la détection d'antigènes et l'isolement du VFA à partir de FO porcins, et de développer une épreuve pour la détection d'anticorps isotypiques anti-VFA dans les FO. L'ARN du VFA fut détecté dans les FO de porcs infectés expérimentalement par réaction quantitative en temps réel d'amplification en chaine par la polymérase utilisant la transcriptase réverse à partir du jour 1 post-infection (PI) jusqu'au jour 21 PI. Le VFA fut isolé à partir des FO aux jours 1 à 5 PI. De plus, les antigènes du VFA ont été détectés dans les FO des jours 1 à 6 PI en utilisant une épreuve sur bandelette d'immunochromatographie par flot latéral, un test rapide pouvant être réalisé à la ferme, ainsi que de 2 à 3 j PI en utilisant une épreuve immuno-enzymatique (ELISA) double-sandwich. Également, à partir du jour 14 PI des immunoglobulines A (IgA) spécifiques au VFA ont été détectées dans les FO au moyen d'une épreuve ELISA indirecte spécifique pour les isotypes. Ces résultats démontrent d'une manière additionnelle le potentiel d'utilisation des FO pour détecter le génome du VFA, du virus vivant, et des antigènes viraux, de même que pour quantifier la production d'IgA par les muqueuses. (Traduit par Docteur Serge Messier)

Application of direct polymerase chain reaction assays for Campylobacter fetus subsp. venerealis and Tritrichomonas foetus to screen preputial samples from breeding bulls in cow-calf herds in western Canada

Cheryl L. Waldner, Sarah Parker, Karen M. Gesy, Taryn Waugh, Emily Lanigan, John R. Campbell (page 91)

Les objectifs primaires de la présente étude étaient d'estimer la prévalence de Campylobacter fetus ssp. venerealis (Cfv) et Tritrichomonas foetus chez des taureaux reproducteurs d'une cohorte sentinelle issue de troupeaux vache-veau dans l'ouest canadien et d'estimer l'association entre un test positif et la non-gestation. L'objectif final était d'évaluer l'application de ces tests lors de : i) vérification des taureaux en absence d'un problème reconnu avec les performances de reproduction, et ii) épreuve diagnostique en présence de faibles taux de gestation. La prévalence apparente brute des taureaux pour Cfv était de 1,1 % [intervalle de confiance (IC) 95 % : 0,5 % à 2,1 %; 8/735] et la prévalence pour les troupeaux était de 2,6 % (IC 95 % : 0,3 % à 9,0 %; 2/78). La prévalence apparente brute des taureaux pour T. foetus était < 0,001 % (IC 95 % : 0,0 % à 0,5 %; 0/735) et la prévalence pour les troupeaux était < 0,001 % (IC 95 % 0,0 % à 4,6 %; 0/78). Les vaches provenant de troupeaux où au moins un taureau s'était avéré positif pour Cfv étaient 2,35 fois plus susceptibles (IC 95 % : 1,01 à 5,48; P = 0,047) de ne pas être gestante que celles provenant de troupeaux sans aucun taureau positif. L'analyse par réaction d'amplification en chaine par la polymérase de matériel prépucial prélevé dans de la saline tamponnée était recommandée pour vérifier la présence de T. foetus lorsque la probabilité d'infection pré-test était > 1 %. Le même type d'analyse pour Cfv n'était pas recommandé pour la vérification des troupeaux à risque modéré et faible étant donné le risque élevé de faux positifs. Les tests pour T. foetus et Cfv peuvent être utilisés pour investiguer les troupeaux avec des problèmes de reproduction en même temps que les autres facteurs de risque sont éliminés. Toutefois, indépendamment du type de test utilisé trois tests négatifs sont requis pour éliminer la possibilité de l'infection dans les situations à risque élevé. (Traduit par Docteur Serge Messier)

Efficacy of an accelerated hydrogen peroxide disinfectant to inactivate porcine epidemic diarrhea virus in swine feces on metal surfaces

Derald J. Holtkamp, Jacqueline Myers, Paul R. Thomas, Locke A. Karriker, Alejandro Ramirez, Jianqiang Zhang, Chong Wang (page 100)

En mai 2013, pour la première fois en Amérique du Nord, le virus de la diarrhée épidémique porcine (VDEP) fut détecté chez le porc. Il se répandit rapidement, en partie à cause des remorques pour animaux contaminées. L'objectif de la présente étude était de tester l'efficacité d'un désinfectant à base de peroxyde d'hydrogène accéléré pour inactiver le VDEP en présence de fèces sur des surfaces métalliques, telles que celles retrouvées dans les remorques pour animaux. Des mâles castrés âgés de 3 semaines ont été inoculés par voie intra-gastrique avec 5 mL de fèces VDEP-négatives pour les témoins négatifs, 5 mL de fèces VDEP-positives non traitées pour les témoins positifs, et 5 mL ou 10 mL de fèces VDEP-positives soumises à un traitement au désinfectant à base de peroxyde d'hydrogène accéléré à une concentration de 1:16 ou 1:32 avec un temps de contact de 30 min à 20 °C. Les porcs ont servi de bioessai afin de déterminer l'infectivité du virus suite au traitement. Des écouvillons rectaux prélevés des porcs inoculés aux jours 3 et 7 post-inoculation ont été testés par réaction d'amplification en chaine en temps réel utilisant la transcriptase réverse et spécifique au VDEP, et la proportion de porcs devenus infectés par le VDEP dans chaque groupe fut déterminée. Aucun des porcs utilisés pour le bioessai dans les quatre groupes de traitement ainsi que dans le groupe témoin négatif ne devint infecté par le VDEP ce qui était significativement différent des animaux du groupe témoin positif (P < 0,05) qui devinrent tous positifs. Ces résultats suggèrent que l'application du peroxyde d'hydrogène accéléré dans les conditions testées était suffisante pour inactiver le virus présent dans les fèces sur les surfaces métalliques. (Traduit par Docteur Serge Messier)

Concurrent vaccination of boars with type 1 and type 2 porcine reproductive and respiratory syndrome virus (PRRSV) reduces seminal shedding of type 1 and type 2 PRRSV

Jiwoon Jeong, Changhoon Park, Ikjae Kang, Su-Jin Park, Chanhee Chae (page 108)

La présente étude visait à déterminer les effets d'une vaccination simultanée de verrats avec les types 1 et 2 du virus du syndrome reproducteur et respiratoire porcin (VSRRP) sur l'excrétion séminale des deux génotypes. Les verrats ont bien toléré l'administration simultanée des deux vaccins VSRRP commerciaux, et aucune réaction adverse ne fut observée. Aucune interférence dans la réponse immune humorale (mesurée par le titre d'anticorps anti-VSRRP) ou la réponse immunitaire à médiation cellulaire (mesurée par le nombre de cellules secrétant de l'interféron γ spécifique au VSRRP) ne fut observée après l'administration simultanée comparativement à une administration unique des mêmes vaccins. L'administration simultanée a réduit significativement la charge de type 1 et de type 2 du VSRRP dans le sang et la semence après une infection défi avec un seul type (type 1 ou type 2) ou les deux (type 1 et type 2), et n'affectait pas de manière significative l'efficacité de chaque vaccin. Les résultats démontrent que la vaccination simultanée de verrats avec le type 1 et le type 2 du VSRRP diminue l'excrétion des deux génotypes dans la semence. (Traduit par Docteur Serge Messier)

Effect of probiotic Lactobacillus murinus LbP2 on clinical parameters of dogs with distemper-associated diarrhea

Luis Delucchi, Martín Fraga, Pablo Zunino (page 118)

L'objectif de la présente étude était d'évaluer l'effet d'une souche indigène du probiotique Lactobacillus murinus (LbP2) sur des paramètres cliniques généraux de chiens avec une diarrhée associée au distemper. Deux groupes de chiens âgés de plus de 60 jours avec du distemper et de la diarrhée ont fait partie de l'étude réalisée à l'hôpital de la Faculté vétérinaire de l'Université de l'Uruguay, Montevideo, Uruguay. Les chiens ont été traités quotidiennement par voie orale pendant 5 j avec le probiotique ou avec un placebo (véhicule sans les bactéries). Des paramètres cliniques ont été mesurés et notés selon un système conçu spécifiquement pour l'étude. Des paramètres sanguins ont également été mesurés. L'administration du probiotique améliorait significativement le pointage clinique des patients, alors que l'administration du placebo n'avait aucun effet. La production de selles, la consistance fécale, l'état mental, et l'appétit se sont tous améliorés chez les chiens traités avec le probiotique. Ces résultats confirment des résultats antérieurs d'effets bénéfiques du probiotique L. murinus LbP2 chez les chiens. Ainsi, combiner à d'autres mesures thérapeutiques, le traitement probiotique semble prometteur pour la gestion de diarrhée canine associée au distemper. (Traduit par Docteur Serge Messier)

Lactobacillus casei regulates differentiation of Th17/Treg cells to reduce intestinal inflammation in mice

Kai Wang, Hao Dong, Yu Qi, Zhihua Pei, Shushuai Yi, Xiaojie Yang, Yanli Zhao, Fanxing Meng, Shouping Yu, Tiezhong Zhou, Guixue Hu (page 122)

Afin d'étudier la capacité de Lactobacillus casei à soulager l'entérite murine, 18 souris ont été réparties de manière aléatoire en trois groupes : le groupe entérite, le groupe intervention, et le groupe témoin. Les quantités d'interleukine (IL)-6 et de facteur de croissance transformant β (FCT-β) dans le sang périphérique et le duodénum de souris furent détectées à l'aide d'une épreuve immunoenzymatique (ELISA). Les cellules T régulatrices (Tregs) CD4+CD25+Foxp3+ et les cellules CD4+IL-17A+ Th17 dans les nœuds lymphatiques mésentériques (NLM) et la rate ont été détectées et dénombrées par cytométrie en flux, et réaction d'amplification en chaîne quantitative avec la transcriptase réverse, et l'analyse par immunobuvardage fut utilisée afin de mesurer l'expression de l'ARNm et de la protéine Foxp3 et du récepteur orphelin γ apparenté au rétinoïde (RORγt) dans les NLM. Les changements histologiques dans le duodénum ont été observés. Les résultats indiquent que dans le groupe intervention, le contenu en IL-6 dans le sang périphérique et le duodénum était significativement moindre que dans le groupe entérite (P < 0,05), alors que le contenu en FCT-β était augmenté de manière significative comparativement au groupe entérite (P < 0,05). Pour le groupe intervention, les pourcentages de Tregs CD4+CD25+Foxp3+ dans la rate et le NLM étaient augmentés (P < 0,05), alors que les pourcentages de cellules CD4+IL-17A+ Th17 étaient diminués comparativement au groupe entérite (P < 0,05). L'expression de l'ARNm et de la protéine Foxp3 dans le groupe intervention était plus élevée que dans le groupe entérite, alors que l'expression de l'ARNm et de la protéine RORγt était significativement moindre (P < 0,05). Suite au traitement des souris du groupe entérite avec L. casei, l'inflammation duodénale était résorbée. La présente étude a démontré que L. casei pourrait avoir des implications possibles dans l'inflammation intestinale induite par Escherichia coli entérotoxinogène en régulant le débalancement du ratio de cellules Th17/Treg. (Traduit par Docteur Serge Messier)

Inflammatory bowel disease affects density of nitrergic nerve fibers in the mucosal layer of the canine gastrointestinal tract

Andrzej Rychlik, Slawomir Gonkowski, Marcin Nowicki, Jaroslaw Calka (page 129)

L'objectif de la présente étude était de déterminer l'effet de la maladie inflammatoire de l'intestin (MII) sur la densité des fibres nerveuses nitrergiques dans la couche muqueuse de différentes sections du tractus gastro-intestinal de chiens. Vingt-huit chiens de race Berger Allemand croisée des deux sexes, pesant entre 15 et 25 kg et âgés de 6 à 10 ans, ont fait partie de l'étude. Les chiens ont été répartis en quatre groupes de 7 chiens dans chaque groupe : des animaux en santé, aussi bien que des chiens souffrant de MII légère, modérée et sévère. L'immunoréactivité à un isoforme neuronal de l'oxyde nitrique synthase, qui est un marqueur des neurones nitrergiques, dans des échantillons de la couche muqueuse du duodénum, jéjunum, et côlon descendant a été étudiée en utilisant la méthode d'immunofluorescence unique et le nombre de fibres nerveuses a été évalué dans chaque champs observé. Les résultats obtenus montrent que la MII cause une augmentation des fibres nerveuses nitrergiques dans tous les segments intestinaux étudiés et que ces changements sont directement proportionnels à l'intensité du processus pathologique. Ces observations pourraient être utiles pour l'évaluation diagnostique des stades de la MII en pratique vétérinaire. Par contre, les mécanismes pathologiques des changements observés et leurs raisons spécifiques ne sont pas encore complètement élucidés et des études supplémentaires sont requises. (Traduit par Docteur Serge Messier)

Assessment of regional left ventricular systolic function by strain imaging echocardiography in phenotypically normal and abnormal Maine coon cats tested for the A31P mutation in the MYBPC3 gene

Arine Pellegrino, Alexandre G.T. Daniel, Guilherme G. Pereira, Paula H. Itikawa, Maria Helena M.A. Larsson (page 137)

Le dysfonctionnement myocardique se produit chez des chats avec une cardiomyopathie hypertrophique (CMH), mais peu de choses sont connues sur les stades initiaux de la maladie. L'échocardiographie par imagerie de déformation (strain imaging) est une méthode qui permet l'évaluation quantitative de la fonction myocardique et de la déformation, permettant ainsi la caractérisation de la dysfonction systolique. L'objectif de la présente étude était d'évaluer la fonction systolique en utilisant l'échographie par imagerie de déformation chez des chats de race Maine Coon testés génétiquement pour la mutation A31P dans le gène MYBPC3, avec et sans hypertrophie ventriculaire. À cette fin, 57 chats Maine Coon des deux sexes, avec un statut inconnu en regard de la mutation au moment de l'inclusion dans l'étude, ont été inclus de manière prospective et évalués par échographie conventionnelle et par imagerie de déformation. Des comparaisons ont été faites parmi les chats sans hypertrophie (n = 45), les chats suspects (n = 7), et les chats avec cardiomyopathie hypertrophique (n = 5), et également entre les hétérozygotes pour le groupe avec mutation (n = 26) et les négatifs pour le groupe avec mutation (n = 28). Finalement, dans le groupe de chats phénotypiquement normaux, les chats hétérozygotes porteurs de la mutation ont été comparés aux chats sans la mutation. Les valeurs de déformation ont été comparées parmi les groupes (étude prospective à l'aveugle). Alors que l'échographie a montré une contractilité normale, les valeurs de déformation (au milieu du septum) étaient plus faibles chez les chats avec CMH. Les valeurs de déformation (à la base de la paroi antérieure du ventricule gauche) étaient plus faibles chez les chats hétérozygotes que chez les chats négatifs, et ce même avant l'hypertrophie. Une corrélation négative fut observée entre quelques valeurs de déformation myocardique et d'épaisseur. Bien que l'échographie par imagerie de déformation était en mesure de détecter des anomalies systoliques, malgré une apparence de normalité lors de l'échographie conventionnelle, elle n'était pas en mesure d'identifier les chats porteurs de la mutation A31P dans le gène MYBPS3. L'échographie par imagerie de déformation pourrait toutefois être un outil utile pour détecter des altérations systoliques chez des chats CMH avec une fonction systolique apparemment normale ou pour détecter des altérations chez des porteurs normaux de la mutation dans le gène MYBPC3. (Traduit par Docteur Serge Messier)

Prokaryotic expression of the extracellular domain of porcine programmed death 1 (PD-1) and its ligand PD-L1 and identification of the binding with peripheral blood mononuclear cells in vitro

Yan-Ping Zhu, Feng Yue, Yong He, Peng Li, Yuan Yang, Yu-Ting Han, Yan-Fang Zhang, Guo-Peng Sun, Dong-Guang Guo, Mei Yin, Xuan-Nian Wang (page 147)

La protéine de la mort cellulaire programmée (PD-1), une molécule co-stimulatrice de la famille de CD28, a deux ligands, PD-L1 et PD-L2. Nos études antérieures ont montré que l'expression de PD-1 et PD-L1 est régulée à la hausse lors d'une infection virale chez des porcs. Des études exhaustives ont montré chez l'humain et la souris qu'un blocage de la voie PD-1/PD-L1 par des anticorps anti PD-L1 ou du PD-1 soluble permet la régénération des cellules T épuisées. Dans la présente étude les domaines extracellulaires de PD-1 et PD-L1 ont été utilisés afin d'évaluer l'attachement de PD-1 et PD-L1 avec des cellules mononucléaires du sang périphérique (CMSP). Nous avons amplifié l'ADNc codant pour les domaines extracellulaires de PD-1 et PD-L1 pour construire des plasmides d'expression recombinants et obtenir des protéines recombinants solubles, qui ont par la suite été marquées avec de l'isothiocyanate de fluorescéine (ITCF). Les protéines recombinantes His-ExPD-1 et His-ExPD-L1 étaient exprimées sous la forme de corps d'inclusion avec un poids moléculaire relatif de 33,0 et 45,0 kDa, respectivement. Nous avons par la suite préparé des anticorps polyclonaux contre ces protéines avec un antisérum titrant 1:102 400. L'attachement des protéines aux CMSP a été évalué par cytométrie en flux. Les signaux de fluorescence de His-ExPD-1-ITCF et His-ExPD-L1-ITCF étaient supérieurs à ceux pour le témoin ITCF. Ces résultats suggèrent que les protéines recombinantes solubles pourraient être utilisées afin de préparer des anticorps monoclonaux pour bloquer la voie PD-1/PD-L1. (Traduit par Docteur Serge Messier)


Communication Brève

Prevalence of small ruminant lentivirus and Mycobacterium avium subsp. paratuberculosis co-infection in Ontario dairy sheep and dairy goats

Nancy Stonos, Cathy Bauman, Paula Menzies, Sarah K. Wootton, Niel A. Karrow (page 155)

L'infection par lentivirus des petits ruminants (SRLV) provoque une variété d'états inflammatoires chroniques qui limitent la production. Mycobacterium avium subsp. paratuberculose (MAP) est aussi une maladie limitant la production majeure de moutons et de chèvres, ce qui provoque une inflammation grave de l'intestin grêle. Des études antérieures ont indiqué que les deux infections de SRLV et MAP sont très répandues dans l'Ontario petits ruminants. Cette étude a été réalisée pour estimer la prévalence de SRLV et MAP co-infection. Des échantillons de sérum qui avaient été préalablement testés pour l'infection de MAP ont été utilisés pour détecter des anticorps spécifiques SLRV. La prévalence de la co-infection était faible, avec 3,4 % intervalle de confiance (95% IC : 1,9–5,9) et 14,3 % (95% IC : 11,6–17,5) des ovins et caprins, respectivement, positive pour les deux infections. Cependant la co-infection est très répandue avec 36,8 % (95% IC : 19,1–59,1) et 71,4 % (95% IC : 52,8–84,9) des élevages ovins et caprins avec un ou plusieurs animaux co-infecté. Une association significative a été trouvée entre SRLV et séropositivité MAP culture fécale (P = 0,021), ce qui suggère que les chèvres co-infectés peuvent être plus susceptibles de jeter le MAP dans leurs excréments. (Traduit par les auteurs)