Amputation de la queue des moutons – énoncé de position

novembre 5, 2021

Position

L’Association canadienne des médecins vétérinaires (ACMV) considère que l’amputation de la queue des moutons est une intervention douloureuse qui peut être nécessaire pour améliorer la santé et le bien-être des animaux lorsqu’il existe un risque de myiases et qu’il n’y a pas d’autre stratégie de régie adéquate. L’ACMV recommande que l’amputation de la queue des moutons, lorsqu’elle est requise, soit réalisée au plus jeune âge possible avec la technique appropriée en ayant recours à une anesthésie locale et à une analgésie systémique.

Sommaire

  • L’amputation de la queue des moutons peut être nécessaire pour réduire le risque de myiases.
  • L’intervention ne devrait être réalisée que par du personnel formé et compétent.
  • L’amputation de la queue au fer chaud est la méthode privilégiée, car elle cause moins d’inconfort que les autres techniques.
  • Les queues ne devraient jamais être coupées plus court que l’extrémité distale du pli caudal.
  • Des protocoles d’analgésie et d’anesthésie devraient être utilisés dans le cadre d’une relation vétérinaire-client-patient valide lors de l’amputation de la queue des moutons pour atténuer la douleur associée à l’intervention.

Contexte

  1. L’ACMV encourage l’élaboration et la mise en œuvre de protocoles pratiques d’analgésie et d’anesthésie pour l’amputation de la queue des moutons afin d’atténuer la douleur aiguë et à long terme ainsi que la détresse associée à cette intervention.

  2. Les myiases affectent considérablement le bien-être des moutons. Lorsqu’il existe un risque de myiases, l’amputation de la queue peut diminuer ce risque en réduisant la présence de matières fécales autour du périnée (1).

  3. Dans certaines situations, la mise en œuvre de stratégies de régie susceptibles de réduire le risque de myiases pourrait permettre d’éviter l’amputation systématique de la queue des moutons (2-4).

  4. Lorsqu’elle est requise, l’amputation de la queue ne devrait être réalisée qu’en consultation avec un médecin vétérinaire dans le cadre d’un programme de santé et de bien-être des animaux et d’une relation vétérinaire-client-patient valide.

  5. L’amputation de la queue devrait idéalement être effectuée avant l’âge de 7 jours, mais après la création du lien d’attachement entre la brebis et l’agneau (qui se produit normalement dans les 24 à 48 heures suivant la naissance).

  6. L’amputation de la queue peut être réalisée de différentes façons, qui comprennent le retrait chirurgical (caudectomie), l’ablation au fer chaud, et d’autres techniques qui entraînent une nécrose de la queue distale (p. ex., anneau de caoutchouc, combinaison d’un anneau de caoutchouc et d’une pince) (5-8).

  7. L’amputation de la queue au fer chaud coupe la queue et cautérise simultanément la plaie. Cette méthode est privilégiée, car elle cause moins d’inconfort que les autres techniques (5).

  8. Les queues ne devraient jamais être coupées plus court que l’extrémité distale du pli caudal (9). 

  9. Une analgésie systémique (p. ex., un médicament anti-inflammatoire non stéroïdien [AINS]) et une anesthésie locale sont bénéfiques pour tous les moutons, peu importe la technique d’amputation de la queue choisie (5, 6, 10). L’ACMV appuie la poursuite de la recherche sur les protocoles d’analgésie et d’anesthésie pour l’amputation de la queue des moutons. 

  10. L’amputation de la queue des moutons devrait être effectuée seulement par du personnel compétent qui utilise de l’équipement bien entretenu ainsi que des techniques reconnues.

  11. Comme l’amputation de la queue est une intervention chirurgicale, les dispositions de l’énoncé de position sur les interventions chirurgicales effectuées sur les animaux de l’ACMV s’appliquent (11).

  12. Les médecins vétérinaires devraient encourager les éleveurs de moutons à adhérer au Code de pratiques pour le soin et la manipulation des moutons du Conseil national pour les soins aux animaux d’élevage (12). Le Code précise que la caudectomie effectuée au moyen de la technique chirurgicale ou chez les agneaux âgés de plus de 6 semaines doit être effectuée par un vétérinaire diplômé et avec anesthésie et analgésie.  

Références

  1. French NP, Wall R, Morgan KL. Lamb tail docking: A controlled field study of the effects of tail amputation on health and productivity. Vet Rec 1994;134:463-467.

  2. Wall R, Lovatt F. Blowfly strike: Biology, epidemiology and control. In Pract 2015;37:181. Disponible au : https://www.researchgate.net/profile/Fiona_Lovatt/publication/277615715_Blowfly_strike_Biology_epidemiology_and_control/links/5683e05d08ae051f9af03611/Blowfly-strike-Biology-epidemiology-and-control.pdf (dernière consultation en février 2021).

  3. Lihou K, Wall R. Sheep blowfly strike: The cost of control in relation to risk. Animal 2019;13:2373-2378. Disponible au : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1751731119000831?via%3Dihub (dernière consultation en février 2021).

  4. British Veterinary Association. Énoncé de position intitulé « Sheep castration, tail docking, and pain management » (2020). Disponible au : https://www.bva.co.uk/media/3364/sheep-castration-tail-docking-and-pain-management-final.pdf (dernière consultation en février 2021).

  5. Graham M, Kent J, Molony V. Effects of four analgesic treatments on the behavioural and cortisol responses of 3-week-old lambs to tail docking. The Vet J 1997;153:87-97.

  6. Lester S, Mellor D, Holmes R, Ward R, Stafford K. Behavioural and cortisol responses of lambs to castration and tailing using different methods. N Z Vet Journal 1996;44:45-54.

  7. Grant C. Behavioral responses of lambs to common painful husbandry procedures. Appl Anim Behav Sci 2004;87:255-273.

  8. Price J, Nolan AM. Analgesia of newborn lambs before castration and tail docking with rubber rings. The Vet Rec 2001;149:321-324.

  9. Thomas DL, Waldron DF, Lowe GD, et al. Length of docked tail and the incidence of rectal prolapse in lambs. J Anim Sci 2003;81:2725-2732.

  10. Kells NJ, Beausoleil NJ, Godfrey AJR, Littlewood KE, Ward RN, Johnson CB. Effect of analgesic strategies on pain behaviour associated with combined ring castration and hot iron tail docking in Merino lambs. Appl Anim Behav Sci 2019;222:104914.

  11. Association canadienne des médecins vétérinaires (ACMV). Interventions chirurgicales effectuées sur les animaux – Énoncé de position (2021). Disponible au : https://www.veterinairesaucanada.net/documents/surgery-performed-animals (dernière consultation en février 2021).

  12. Conseil national pour les soins aux animaux d’élevage (CNSAE). Code de pratiques pour le soin et la manipulation des moutons. Disponible au : https://www.nfacc.ca/codes-de-pratiques/moutons (dernière consultation en février 2021).

((Énoncé de position révisé en juillet 2021))